Philosophic zoologique: ou Exposition des considérations relative à l'histoire naturelle des animaux, Volume 2 (Google eBook)

Front Cover
Dentu et L'Auteur, 1809 - Zoology
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Related books

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 61 - Puisque l'existence du monde n'est qu'un passage continuel de la vie à la mort, et de la mort à la vie, loin que tout soit, rien n'est.
Page 52 - ... dans les parties souples des corps vivants qui les contiennent, est de s'y frayer des routes, des lieux de dépôt et des issues, d'y créer des canaux et par suite des organes divers ; d'y varier ces canaux et ces organes à raison de la diversité, soit des mouvements, soit de la nature des fluides qui y donnent lieu et qui s'y modifient ; enfin, d'agrandir, d'allonger, de diviser et de solidifier graduellement ces canaux et ces organes par les matières qui se forment et se séparent sans...
Page 318 - C'est d'une façon toute moderne que LAMARCK explique, par la répétition des actions, l'acquisition des habitudes : a Dans toute action le fluide des nerfs qui la provoque, subit un mouvement de déplacement qui y donne lieu.
Page 365 - Chaque individu, dit-il, se trouve depuis l'époque de sa naissance dans un concours de circonstances qui lui sont tout à fait particulières, qui contribuent en très grande partie à le rendre ce qu'il est aux différentes époques de sa vie, et qui le mettent dans le cas d'exercer ou de ne pas exercer telle de ses facultés et telle des dispositions qu'il avait apportées en naissant; en sorte qu'on peut dire, en général, que nous n'avons qu'une part bien médiocre à l'état où nous nous...
Page 350 - D'où il aurait pu tirer une autre conséquence très utile : c'est que toute idée doit se résoudre en dernière décomposition en une représentation sensible, et que puisque tout ce qui est dans notre entendement est venu par la voie de la sensation, tout ce qui sort de notre entendement est chimérique, ou doit en retournant par le même chemin trouver hors de nous un objet sensible pour s'y attacher.
Page 171 - ... non-seulement nous ne comprenons ni ne comprendrons jamais comment des traces quelconques, imprimées dans notre cerveau, peuvent être perçues de notre esprit et y produire des images ; mais quelque délicates que soient nos recherches, ces traces ne se montrent en aucune façon à nos yeux, et nous ignorons entièrement quelle est leur nature, quoique...
Page 326 - De là l'origine de leurs actions habituelles et de leurs inclinations particulières, auxquelles on a donné le nom d'instinct. Ce penchant des animaux à la conservation des habitudes et au renouvellement des actions qui en proviennent, étant une fois acquis, se propage ensuite dans les individus, par la voie de la reproduction ou de la génération, qui c'onserve l'organisation et la disposition des parties dans leur état obtenu, en sorte que ce même penchant existe déjà dans les nouveaux...
Page 187 - Il suffit de penser qu'il ya un roi, sans qu'on ait jamais à se préoccuper de savoir où il réside, sans qu'il se mêle jamais des affaires de son royaume? Ce politique serait-il un royaliste? Sans doute Lamarck n'a rien du matérialiste dogmatique...
Page 417 - Or, toute science n'étant qu'un corps de principes et de conséquences convenablement déduits et observés, le génie est absolument nécessaire pour poser ces principes et en tirer ces conséquences; mais il faut qu'il soit dirigé par un jugement solide et retenu dans les limites qu'un haut degré de lumière peut seul lui imposer.

Bibliographic information