L'Académie impériale de musique, Volume 1 (Google eBook)

Front Cover
Castil-Blaze, 1855
1 Review
  

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

Roland de Piccini

Related books

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 190 - Tout Paris se divisa en deux partis plus échauffés que s'il se fût agi d'une affaire d'État ou de religion. L'un, plus puissant, plus nombreux, composé des grands, des riches et des femmes, soutenait la musique française ; l'autre, plus vif, plus fier, plus enthousiaste, était composé des vrais connaisseurs, des gens à talents, des hommes de génie.
Page 42 - Qu'on ne saurait trop tôt se laisser enflammer; Qu'on n'a reçu du ciel un cœur que pour aimer ' ; Et tous ces lieux communs de morale lubrique Que Lulli * réchauffa des sons de sa musique?
Page 182 - Tous les arts , tous les goûts , tous les talents de plaire: Pompadour, vous embellissez La cour, le Parnasse, et Cythère. Charme de tous les cœurs, trésor d'un seul mortel, Qu'un sort si beau soit éternel! Que vos jours précieux soient marqués par des fêtes! Que la paix dans nos champs revienne avec Louis! Soyez tous deux sans ennemis, Et tous deux gardez vos conquêtes.
Page 190 - C'était le temps de la grande querelle du parlement et du clergé. Le parlement venait d'être exilé; la fermentation était au comble : tout menaçait d'un prochain soulèvement. La brochure parut ; à l'instant toutes les autres querelles furent oubliées : on ne songea qu'au péril de la musique française, et il n'y eut plus de soulèvement que contre moi.
Page 374 - Ce Marmontel si long, si lent, si lourd, Qui ne parle pas, mais qui beugle, Juge la peinture en aveugle , Et la musique comme un sourd. Ce pédant à si sotte mine Et de ridicules bardé, Dit qu'il a le secret des beaux vers de Racine. Jamais secret ne fut si bien gardé.
Page 41 - Par toi-même bientôt conduite à l'Opéra, De quel air penses-tu que ta Sainte verra D'un spectacle enchanteur la pompe harmonieuse, Ces danses, ces héros à voix luxurieuse, Entendra ces discours sur l'amour seul roulants...
Page 193 - La nature féconde , ingénieuse , et sage , Par ses dons partagés ornant cet univers, Parle à tous les humains, mais sur des tons divers. Ainsi que son esprit tout peuple a son langage, Ses sons et ses accents à sa voix ajustés, Des mains de la nature exactement notés : L'oreille heureuse et fine en sent la différent» ; Sur le ton des Français il faut chanter en France.
Page 215 - Il faut se rendre à ce palais magique' Où les beaux vers, la danse, la musique, L'art de tromper les yeux par les couleurs. L'art plus heureux de séduire les cœurs, De cent plaisirs font un plaisir unique.
Page 117 - Attendre l'ordre d'un valet. J'ai vu du ténébreux empire Accourir, avec un pétard, Cinquante lutins pour détruire Un palais de papier brouillard. J'ai vu des dragons fort traitables Montrer les dents sans offenser; J'ai vu des poignards admirables Tuer les gens sans les blesser. J'ai vu l'amant d'une bergère, Lorsqu'elle dormait dans un bois. Prescrire aux oiseaux de se taire, Et, lui, chanter à pleine voix. J'ai vu la Vertu, dans un temple, Avec deux couches de carmin Et son vertugadin très-ample,...
Page 459 - Leurs voix ont presque toujours quelque chose de sec et d'aigre, bien éloigné de la douceur jeune et moelleuse des voix de femmes ; mais elles sont brillantes, légères, pleines d'éclat , très...

References from web pages

Unpacking the << Organizational Imprinting Hypothesis >>: Cultural ...
Cited by Castil-Blaze, L’Académie Impériale de Musique, p. 20. 33. Nuitter and Thoinan, Les Origines, pp. 42-43. 34. Ibid., p. 21. ...
www.coi.columbia.edu/ pdf/ oih_vj.pdf

Bibliographic information