Voyages d'Ibn Batoutah, texte arabe, accompagne d'une traduction, Volume 2 (Google eBook)

Front Cover
á l'impr. impériale, 1854
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 27 - Il ya dans chaque station un ermitage , où le voyageur trouve du pain, de la viande et des sucreries. Leurs sucreries sont faites de sirop de raisin mélangé avec de la farine et du beurre. Dans chaque ermitage, il ya un...
Page 265 - Asie Mineure, dans chaque province, dans chaque ville et dans chaque bourgade. On ne trouve pas, dans tout l'univers, d'hommes tels que ceux-ci , remplis de la plus vive sollicitude pour les étrangers, très-prompts à leur servir des aliments , à satisfaire les besoins d'autrui , à réprimer les tyrans , à tuer les satellites de la tyrannie et les méchants qui se joignent à eux.
Page 436 - Des arbres sont plantés avec symétrie de chaque côté du cours d'eau ; et , depuis la porte de l'église jusqu'à celle de cette enceinte, il ya un berceau de bois très-haut sur lequel s'étendent des ceps de vigne , et dans le bas , des jasmins et des plantes odoriférantes.
Page 188 - ... et les disciples du kâdhi ce qui restait dans le plat. Puis il apporta une cruche d'eau de roses de Damas , et en versa sur moi et sur le kâdhi , en disant : « Notre maître ordonne que cet étranger soit logé dans la maison des thâlibs.
Page 388 - Turcs ne suivent pas l'usage de loger les voyageurs et de leur assigner une somme pour leur entretien. Ils se contentent de leur envoyer des brebis et des chevaux destinés à être égorgés , et des outres de kimizz ou lait de jument. C'est là leur manière de montrer de la générosité. Quelques jours plus tard, je fis la prière de l'après-midi avec le sultan , et lorsque je voulus m'en retourner, il m'ordonna de m'asseoir. On apporta des aliments liquides , comme on en apprête avec la graine...
Page 167 - L'on ne voyage pas la nuit sur cette mer, à cause de la quantité de ses écueils, mais seulement depuis le lever du soleil jusqu'au soir ; alors on jette l'ancre, l'on descend à terre, et le lendemain matin on remonte sur le bâtiment. Ces gens appellent robbân (pilote ou capitaine) le chef...
Page 171 - C'est une des capitales du pays de Yaman; elle est grande, très-peuplée, et pourvue de palmiers, de vergers et d'eau. Zebîd est la plus belle ville du Yaman et la plus jolie; ses habitants se distinguent par leur naturel affable, la bonté de leur caractère, l'élégance de leurs formes, et les femmes y sont douées d'une beauté très-éclatante. Cette ville est située dans la vallée d'Alhossaïb , au sujet de laquelle on raconte , dans quelques traditions , que le Prophète avait dit à Mo'âdh...
Page 109 - Baghdad, et trois dans la portion orientale. Quant aux autres mosquées ou chapelles, elles sont fort nombreuses, et il en est de même des collèges ; mais ceux-ci sont ruinés. Les bains sont en grande quantité et des plus jolis ; la plupart sont enduits à l'extérieur, y compris la terrasse,, avec de la poix ; de sorte que quiconque regarde cet enduit croit que c'est du marbre noir. On tire cette poix d'une source située entre Koufah et Basrah, et qui en fait couler continuellement.
Page 389 - Chacune d'elles monte dans un chariot, et la tente dans laquelle la princesse se tient sur ce véhicule a un dôme d'argent doré ou de bois incrusté d'or. Les chevaux qui traînent l'arabah sont couverts de housses de soie dorée. Le conducteur qui monte un des chevaux est un jeune homme, appelé alkachy.
Page 172 - Ils sortent en effet, chaque samedi, à l'époque du commencement de la maturité, lors de la complète maturité des dattes, et se rendent dans les enclos de palmiers. Il ne reste dans la ville aucun des habitants ni des étrangers. Les musiciens sortent aussi, et il en est de même des marchands qui vont débiter les fruits et les sucreries. Les femmes quittent la ville, portées par des chameaux dans des litières. Outre la beauté parfaite que nous avons mentionnée, elles possèdent de belles...

Bibliographic information