Poésies diverses d'Alexis Piron, ou, Recueil de différentes pieces de cet auteur, pour servir de suite à toutes les éditions desquelles on a supprimé les ouvrages libres de ce poëte

Front Cover
de l'Imprimerie de Williams Jackson [i.e. Samuel Fauche], 1779 - Erotic poetry, French - 236 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 230 - II l'eût pris sans une Poupée Qui le séduisit de nouveau. On la lui donne ; en sautant il l'emporte; Chez la maman le voilà de retour : Aux gens du logis tour à tour II fait...
Page 198 - Ah ! que le trône , ah ! que fon étalage Nuit aux defirs , effarouche l'amour ! Sur les carreaux je m'endors à la Cour , Comme avec toi je veillois au village. L'ombre d'un hêtre, un afyle écarté, Une bergere, au...
Page 7 - J'ai vu cent fois en raccourci Les régions que je découvre : Et je sais tous ces chemins-ci , Comme j'ai su ceux du vieux Louvre. POUR le prouver, la bouche il ouvre, Et de...
Page 226 - Promenoit l'hommage inconftant; Tout l'attire , & rien ne l'arrête : II parcourt d'un air de conquête Tous les appas de chaque fleur : Ici fon audace indifcrette De la timide Violette...
Page 229 - Sur les boucles de fes cheveux Balançant fon vol amoureux , Voici ce qu'il ofe lui dire : Seule en ces lieux vous refpirez, Chloé •) la paix & l'innocence : Bientôt , loin des jeux de l'enfance , Dans le monde vous brillerez...
Page 3 - Ce beau roman, le seul utile à lire! Vous, toutefois, dont le rare Apollon Et les écrits ne vont pas au talon De ce prélat; vous dont le chaud délire Vous fait choquer...
Page 34 - L'affreux dégât , le viol équivoque , Qu'Agnès redoute , & dont Barbe fe moque ; L'ardente foif du fang & du butin ; Tant d'autres maux ; le facrilége enfin , Péché mignon des ames fcélérates.
Page 61 - Quand fa langue nageant dansdes flots de falive, Semble un canal impur qui coule une leffive. Ah ! que fur fon grabat fe voyant enchaîné , Un Ribaud voudrait bien n'avoir pas dqguainé f Qu'il détefte l'inftant où fa pompe, afpirante Tira le fuc mortel dg fa cruelle amante.
Page 227 - S'échappe son premier soupir. Aussi légère que les Grâces, Du rival errant du Zéphyr Elle poursuit long-temps les traces. Souvent dans son vol incertain II s'arrête : la nymphe agile Accourt , le guette , étend la main ; Mais le superbe volatile Dans les airs s'élance soudain. Tour à tour flattée et trompée , Elle suit sa proie échappée. L'infidèle se fixe enfin Sur la belle et pâle jonquille.
Page 201 - S'il t'en avoit donné de moins coquins : II te fit belle, &, qui plus eft, jolie; II prit plaifir à former les contours De ce beau fein , que tu caches toujours , Pour qu'à le voir toujours on s'étudie ; N'oubliant rien , il t'apprit à rougir , Même à pleurer ; il unit dans Glycere , Pour tout charmer , pour tout affujettir , L'air de Lais aux traits d'une Bergere: Glycere a tout pour donner du plaifir.

Bibliographic information