Oeuvres complètes de madame Émile de Girardin, née Delphine Gay, Volume 6

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 154 - Je sens de veine en veine une subtile flamme courir par tout mon corps sitôt que je te vois, et dans les doux transports où s'égare mon âme je ne saurais trouver de langue ni de voix. Un nuage confus se répand sur ma vue, je n'entends plus, je tombe en de douces langueurs, et pâle, sans haleine, interdite, éperdue, un frisson me saisit, je tremble, je me meurs.
Page 154 - Heureux qui près de toi pour toi seule soupire, Qui jouit du plaisir de t'entendre parler, Qui te voit quelquefois doucement lui sourire ! Les Dieux dans son bonheur peuvent-ils l'égaler ? Je sens de veine en veine une subtile flamme Courir par tout mon corps, sitôt que je te vois. Et dans les doux transports où s'égare mon âme Je ne saurais trouver de langue ni de voix.
Page 405 - Eh bien ! je suis en colère, je suis furieuse, il ya des choses qui me révoltent. MADAME DES AUBIERS. Quoi donc? BLANCHE. C'est qu'il arrive de si grands bonheurs à des gens qui ne les méritent pas, qui ne les sentent pas ! Et que vous, vous ayez tant de chagrins ! ... vous qui êtes si bonne, si généreuse, si aimée ! MADAME DES AUBIERS. J'avais reçu ma part trop belle, Dieu me l'a reprise. Mais de qui veux-tu parler ? BLANCHE. De cette mauvaise mère . . . moi je trouve que c'est une mauvaise...
Page 377 - Vos quatre orangers ! BLANCHE. J'en aurai d'autres — Mais non, il ne faut pas que je le lui demande, elle verrait bien que c'est une idée pour elle et elle ne voudrait pas. Il faut qu'elle croie que je le désire. Vois-tu, Noël, il n'ya que l'idée de me faire plaisir qui puisse l'entraîner... il faut bien se dire cela.
Page 4 - ... la famille l'honneur, qui est son prestige, à l'intelligence la gloire, qui est son avenir. Il ya plusieurs intérêts, dira-t-on; sans doute, puisqu'il ya plusieurs victimes; mais ces malheurs divers ont tous la même cause, l'unité est dans le fléau.
Page 152 - Partout l'âcre parfum du naphte et du bitume; Partout l'orgueil humain follement excité, Luttant dans sa misère avec l'éternité Des peuples disparus qu'importent ces vestiges? Art monstrueux! je hais tes vains et faux prodiges. Tout dans ce pays, tout est odieux pour moi; Tout, jusqu'à ses beautés, m'inspire de l'effroi, Jusqu'à son fleuve illustre, énigme dans sa course, Dont, depuis trois mille ans, on cherche en vain la source. Son bonheur même a l'air d'une calamité, Car le sombre...
Page 152 - ... Tout dans ce pays, tout est odieux pour moi ; Tout, jusqu'à ses beautés, m'inspire de l'effroi ; Jusqu'à son fleuve illustre, énigme dans sa course, Dont, depuis trois mille ans, on cherche en vain la source. Son bonheur même a l'air d'une calamité, Car le sombre secret de sa fertilité N'est pas le don du sol, l'heureux bienfait d'un astre, Cette fécondité naît encor d'un désastre, Il faut, pour qu'il obtienne un éclat passager, Que son fleuve orgueilleux daigne le ravager.
Page 102 - Dieu puissant! donnez-moi l'arme de la beauté; Donnez à ces bijoux l'éclat de vos étoiles; De parfums enivrants baignez ces chastes voiles; Chargez d'anneaux la main qui doit tenir le fer, Livrez-moi les secrets du ciel et de l'enfer; Faites-moi posséder, par un affreux mélange, L'astuce du démon et la candeur de l'ange ; Donnez-moi cet attrait, ce prestige du mal, Que vous avez donnés à tout être fatal , A la gloire, à l'abîme, aux fantômes des songes, A tous les grands dangers, à...
Page 379 - Eh! monsieur, si j'étais sa veuve, j'aurais le droit de porter son deuil toute ma vie. OCTAVE Alors ce serait différent... les convenances... MATHILDE, irritée, passant à gauche. Eh! qu'appelez-vous les convenances? Je pleure avec ceux qui ont la même douleur que moi, voilà pour moi les seules convenances. OCTAVE Vos devoirs de fille... MATHILDE La mère d'Adrien est pour moi une mère. OCTAVE Mais enfin, votre père... MATHILDE Mon père est remarié ; il est heureux : il n'a pas besoin de...
Page 4 - ... est une égide ; siècle de raison sublime et de démence incurable, où les hommes d'Etat font l'émeute, où les boutiquiers la répriment; temps de grandeur et de simplicité, où les princes qu'on assassine bravent les balles sous un parapluie, où les aventures les plus chevaleresques sont égayées par les incidents les plus risibles; où des filles de roi, des femmes illustres se cachent dans des fours, dans des cheminées, après d'héroïques combats; époque sans nom, où tout est contraste...

Bibliographic information