Les fleurs du mal

Front Cover
Calmann-Levy, 1869 - 349 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

I
1
II
83
III
85
IV
89
V
90
VI
92
VII
93
VIII
95

IX
98
X
99
XI
100
XII
101
XIII
102
XIV
103
XV
104
XVI
105
XVII
106
XVIII
108
XIX
109
XX
111
XXI
112
XXII
113
XXIII
114
XXIV
116
XXV
118
XXVI
119
XXVII
121
XXVIII
122
XXIX
123
XXX
124
XXXI
125
XXXII
127
XXXIII
130
XXXIV
131
XXXV
133
XXXVI
134
XXXVII
135
XXXVIII
136
XXXIX
137
XL
139
XLI
140
XLII
144
XLIII
145
XLIV
146
XLV
148
XLVI
149
XLVII
150
XLVIII
152
L
154
LI
155
LII
156
LIII
158
LIV
160
LV
161
LVI
164
LVII
166
LVIII
168
LIX
171
LX
172
LXI
174
LXII
176
LXIII
178
LXIV
179
LXV
181
LXVI
183
LXVII
184
LXVIII
186
LXIX
187
LXX
188
LXXI
189
LXXII
190
LXXIII
191
LXXIV
192
LXXV
193
LXXVI
194
LXXVII
195
LXXVIII
196
LXXIX
197
LXXX
198
LXXXI
199
XC
212
XCI
213
XCII
214
XCIII
215
XCIV
218
XCV
220
XCVI
222
XCVII
223
XCVIII
225
XCIX
227
C
229
CI
230
CII
231
CIII
233
CIV
234
CV
235
CVI
236
CVII
237
CVIII
238
CIX
239
CX
240
CXI
242
CXII
245
CXIII
247
CXIV
249
CXV
251
CXVI
253
CXVII
254
CXVIII
255
CXIX
258
CXX
261
CXXI
264
CXXII
269
CXXIII
270
CXXIV
271
CXXV
273
CXXVI
275
CXXVII
277
CXXVIII
280
CXXIX
282
CXXX
283
CXXXI
285
CXXXII
286
CXXXIII
290
CXXXIV
293
CXXXV
295
CXXXVI
297
CXXXVII
299
CXXXVIII
302
CXXXIX
303
CXL
305
CXLI
307
CXLII
308
CXLIII
309
CXLIV
312
CXLV
314
CXLVI
315
CXLVII
316
CXLVIII
317
CXLIX
319
CL
322
CLI
325
CLII
327
CLIII
329
CLIV
332
CLV
337
CLVI
339
CLVII
340
CLVIII
341
CLIX
342
CLX
343
CLXI
344

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 92 - La Nature est un temple où de vivants piliers Laissent parfois sortir de confuses paroles; L'homme y passe à travers des forêts de symboles Qui l'observent avec des regards familiers. Comme de longs échos qui de loin se confondent Dans une ténébreuse et profonde unité, Vaste comme la nuit et comme la clarté, Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.
Page 120 - Un port retentissant où mon âme peut boire A grands flots le parfum, le son et la couleur ; Où les vaisseaux, glissant dans l'or et dans la moire, Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire D'un ciel pur où frémit l'éternelle chaleur.
Page 390 - Soyez béni, mon Dieu, qui donnez la souffrance Comme un divin remède à nos impuretés Et comme la meilleure et la plus pure essence Qui prépare les forts aux saintes voluptés!
Page 202 - Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis, Et que de l'horizon embrassant tout le cercle II nous verse un jour noir plus triste que les nuits ; Quand la terre est changée...
Page 24 - Car la passion est chose naturelle, trop naturelle même, pour ne pas introduire un ton blessant, discordant, dans le domaine de la Beauté pure; trop familière et trop violente pour ne pas scandaliser les purs Désirs, les gracieuses Mélancolies et les nobles Désespoirs qui habitent les régions surnaturelles de la Poésie.
Page 268 - Mais moi, moi qui de loin tendrement vous surveille, L'œil inquiet, fixé sur vos pas incertains, Tout comme si j'étais votre père, ô merveille ! Je goûte à votre insu des plaisirs clandestins : Je vois s'épanouir vos passions novices ; Sombres ou lumineux, je vis vos jours perdus ; Mon cœur multiplié jouit de tous vos vices ! Mon âme resplendit de toutes vos vertus...
Page 129 - Étoile de mes yeux, soleil de ma nature, Vous, mon ange et ma passion ! Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces, Après les derniers sacrements, Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses, Moisir parmi les ossements. Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine Qui vous mangera de baisers, Que j'ai gardé la forme et l'essence divine De mes amours décomposés...
Page 402 - ... singuliers et des fruits savoureux ; Des hommes dont le corps est mince et vigoureux. Et des femmes dont l'œil par sa franchise étonne. Guidé par ton odeur vers de charmants climats. Je vois un port rempli de voiles et de mâts Encor tout fatigués par la vague marine, Pendant que le parfum des verts tamariniers, Qui circule dans l'air et m'enfle la narine, Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.
Page 205 - Esprit vaincu, fourbu ! Pour toi, vieux maraudeur, L'amour n'a plus de goût, non plus que la dispute ; Adieu donc, chants du cuivre et soupirs de la flûte ! Plaisirs, ne tentez plus un cœur sombre et boudeur ! Le Printemps adorable a perdu son odeur ! 176 Et le Temps m'engloutit minute par minute, Comme la neige immense un corps pris de roideur ; Je contemple d'en haut le globe en sa rondeur, Et je n'y cherche plus l'abri d'une cahute.
Page 348 - O cerveaux enfantins ! Pour ne pas oublier la chose capitale, Nous avons vu partout, et sans l'avoir cherché, Du haut jusques en bas de l'échelle fatale, Le spectacle ennuyeux de l'immortel péché...

Bibliographic information