Mémoires et correspondance de Duplessis-Mornay: Écrits politiques et correspondance, 1571-1614

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 104 - Roi, sous l'obligation et hypothèque de tous et un chacun nos biens présents et à venir, garder et observer inviolablement, sans jamais aller ni venir au contraire, directement ou indirectement, en quelque sorte et manière que ce soit; en témoin de quoi nous avons fait mettre notre scel à ces présentes.
Page 113 - Henry, par la grace de Dieu, roy de France et de Navarre, à tous ceulx qui ces présentes lectres verront, salut. Comme entre les infinis biens qui sont causez par la paix celluy qui provient de la culture des arts n'est pas des moindres, se rendant grandement florissant par icelle, et dont le public a reçeu une très grande commodité, nous avons eu aussy cest esgard en la...
Page 293 - 29 octobre 1599 : « Je le fais, je le proteste, très volontiers et sans aulcung regret, cognoissant que c'est le contentement du Roy, qui m'est devant toute chose ; le bien de ce royaulme, mon repos, ma liberté et ma seureté...
Page 114 - Don Phelipe por la gracia de Dios, Rey de Castilla, de Leon, de Aragon, de las dos Sicilias...
Page 461 - Majesté m'a daigné honorer de ses lettres sur la naissance du fils1 qu'il a pieu à Dieu vous donner; je l'en loue de toute mon affection, parce qu'il a respondu à vostre désir; je le supplie de le vous conserver, parce que je l'estime donné non tant au souhait de Vostre Majesté qu'aulx soupirs de tout son peuple. Les feux s'en sont faicts partout, et encores que je m'en sois trouvé esloigné, vostre chasteau de Saulmur2 n'aura laissé d'en bruire.
Page 365 - Périlleuse aussi peu, estant demeurée si humble en mon naturel, par la grâce de Dieu, si bas en ma condition, puisqu'il a pieu au roy que je ne puis, au pis aller, estre tombé que de mon hault, sans estonnement et sans froissure. Mon mal est qu'es exemples de tant de grands serviteurs de roys qui ont esprouvé semblables défaveurs, je me trouve en ung poinct sans exemple; que ce qu'il leur restoit de bon de leur faveur, leur rendoit leur défaveur plus supportable. Dont nous avons ce mot du...
Page 296 - Tout cela le rend extrêmement affligé , mais non pas m'aimant moins, et me dict sa peine avec tant d'amoureuses paroles qu'à toute heure j'ai les yeux pleins de larmes, mais pourtant bien résolue de vivre et mourir en la craincte de Dieu.
Page 486 - Estat, et puisse au moins faire quelque service au général de la chrestienté et rebastir une fortune estrangère sur les ruines de celle que j'avois en France, dont Vostre Majesté auroit la disposition souveraine aussi bien que de ma personne , car en quelque lieu qu'elle m'envoyast je serois et paroistrois François, et le repentir de mon offense me rendroit passionné au bien de ma patrie. Si vous me faictes ce bien, Sire, je béniray vostre pitié et ne maudiray point...
Page 486 - Biron vous demande ce mesme bénéfice , et supplie vostre pitié de se monstrer en cela aussi puissant que mon malheur est grand , et vous desrober le souvenir de ma faute, afin qu'ayez mémoire de mes services .et de ceux de feu mon père, de qui les cendres vous adjurent de pardonner à son fils, et de vous laisser esmouvoir à sa requeste. Si les...