Les grands hommes vengés: ou, Examen des jugements portés par M. de V., & par quelques autres philosophes, sur plusieurs hommes célebres, par ordre alphabétique; avec un grand nombre de remarques critiques & de jugements littéraires, Volume 2; Volume 9

Front Cover
& se trouve A Lyon, chez J.-M. Barret, Imprimeur-Libraire, 1769
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 250 - Pour moi, quand je regarde Paris ou Londres, je ne vois aucune raison pour entrer dans ce désespoir dont parle M. Pascal; je vois une ville qui ne ressemble en rien à une île déserte, mais peuplée, opulente, policée, et où les hommes sont heureux autant que la nature humaine le comporte. Quel...
Page 164 - Je me représente ses peines; je les ressens pour lui; je ne me souviens du passé que pour me rappeler toutes les bontés dont il m'a honoré pendant tant d'années. Tout le reste est effacé, Dieu merci, de mon cœur; rien n'y est altéré : je ne regarde que la seule main de Dieu, qui a voulu m'humilier par miséricorde.
Page 249 - En voyant l'aveuglement et la misère de l'homme, et ces contrariétés étonnantes qui se découvrent dans sa nature, et regardant tout l'univers muet, et l'homme sans lumières abandonné à lui-même, et comme égaré dans ce recoin de l'univers, sans savoir qui l'ya mis, ce qu'il y...
Page 171 - ... arrêter dans le torrent des incertitudes qui les entraînent. » Comme dans la société civile il a fallu mettre la raison par écrit, réduire ses préceptes dans un corps de lois, établir des magistrats pour les faire exécuter, parce que tous les hommes ne sont pas en état de consulter et de suivre par eux-mêmes la loi naturelle ; de même, dans la religion , les hommes ne voulant pas écouter avec attention . ni suivre par amour la...
Page 3 - C'est un livre divin. Je ne dis pas seulement pour la matière, mais encore pour la forme. Je ne veux plus lire que ce livre-là pour ce qui regarde mon salut : il ne me feroit pas quitter le monde comme il...
Page 66 - ... C'est un songe. Mais, lui disais-je, c'est un songe que vous nous donnez comme un grand mystère, et comme le fondement « d'une oraison, » ou plutôt non « d'une oraison, mais d'un état dont on ne peut rien dire à cause de sa grande pureté.
Page 4 - Jusqu'ici je n'ai point été touché de tous les autres livres qui parlent de Dieu, et j'en vois bien aujourd'hui la raison; c'est que la source m'en...
Page 174 - Voilà le plan général de la Providence; voilà pour ainsi dire la philosophie de la Bible : y at-il rien de plus digne de Dieu, ni de plus consolant pour l'homme, que ces hautes et nobles idées? Ne devroit-on pas les souhaiter vraies, supposé qu'on ne pût en démontrer la vérité?
Page 39 - Il avoit un génie capable pable de tout approfondir ; mais il écrivoit quelquefois à la hâte, & fe contentoit d'effleurer les matières* les plus graves. D'ailleurs on ne peut juftifier cet Auteur d'avoir trop aimé l'obfcurité défolante du Pyrrhoniûne.
Page 169 - Dieu aurait manqué aux besoins de presque tous les hommes en leur donnant une loi écrite , s'il ne leur avait pas donné en même temps un interprète sûr, pour leur épargner une recherche dont ils sont incapables. Tout homme simple et sincère n'a besoin que de son ignorance bien sensée pour voir l'absurdité de toutes les sectes qui fondent leur séparation de...

Bibliographic information