Li romans de Garin le Loherain: pub. pour la première fois et précédé de l'examen du système de M. Fauriel sur les romans carlovingiens, Volume 2

Front Cover
Paulin Paris
Techener, 1835
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 219 - Où je n'ai nul de mes prochains amins, « Fors que Rigaut et le sien père Hervi. « Je n'ai qu'un frère, le Loherenc Garin, « Bien a set ans passé que ne le vis.
Page 38 - ... va nous décrire. Guillaume, en le voyant privé de son arme, le croyait vaincu. 3 Sovient, se souvient , il souvient à Begon. 4 Saisir. Variante du msc. 9654 : Férir. ' Laidis, blessé. Oiez merveille que li Loherens fist : Ou cors li met Floberge au pont d'or fin ; Le cuer dou ventre entre ses deus mains tint ', Guillaume fiert devant , emmi le vis : « Tenez, vassal , le cuer vostre cuisin , « Or le povez et saller et rotir. » Li Loherens à Nostre Dame en vint ' , Et la roïne moult grant...
Page 224 - Jcl chasserai, car li cuers le me dit, " Et porterai la teste au duc Garin « Mon très chier frère , que je piéça ne vis.
Page 48 - Rhin, à une lieue de Philisbourg et justement à l'extrémité de la France opposée à Saint-Michel. Garin baillèrent l'enseigne Saint-Denis, Là véissiez la viande venir. Vers Bar-le-Duc firent lor ost guenchir; A la riviere par desoz Viteri ' , Loge le soir l'emperères Pepins. Et li Borgoins , li prous et li hardis ', Fist l'eschargaite, à deus mil fer-vestis; Plus het Bernart le signor de Naisil 3 Que il ne fait mil home qui soit vis , Et Bernars lui et le prise petit.
Page 240 - Lohéraine tiens, Jamais tes cors n'iert servis par le mien. Mi doi afant, li fil de ma moillier, Sé je véquisse, vous fuissiez chevalier, Or, vos soit pères, li glorious del ciel ! » Trois foilles d'erbe a prins entre ses piés, Si les conjure de la vertu del ciel, Por corpus Deu les reçut volontiers.
Page 229 - Li pors les voit, s'a les sorcis levés, Les iex roelle, si rebiffe du nés, Fet une hure, si s'est vers eus tornés; Trestous les a ocis et afollés. Begues le voit à pou n'est forcenés; Mont durement escria le sanglé : — «Hé, fis de truie, com tu m'as hui pené!
Page 104 - En l'ost s'eu vint où li barnages git; Vit les chevaus et torcher et covrir, Haubers roler et hiaumes esclarir ; De toutes pars la viande venir. Onques par homme ne li fu contredis, Vespres estoit quant de l'ost départit ; Plus tost s'en va , quant il fu au chemin , Que ne fait lievres quant li chiens le choisi. courge, sorte de plante rampante, d'abord employée pour tresser les mêmes baguettes.
Page 162 - II, 18, étendard; lmâ. standardum; mot qui „dans nos „anciens auteurs signifiait le point „central de l'armée, indiqué par un „pal ou mât quelquefois fiché en „terre, le plus souvent dressé sur „un chariot.... Au sommet du „mât se développait la forme on„doyante d'un dragon dont la gueule „était toujours tournée dans la di„rection qu'on voulait donner à la „marche des combattants".
Page 179 - Hervi : ; Begues le voit, si l'a à raison mis : « Sires Rigaus, » dit-il , « biaus dous amis, « Je vous ai bien vos convens acomplis. « — « Non l'avez, sires, fors del cheval de pris. « Vous me déistes, plus l'oïrent de mil « Que je seroie chevaliers , sans respit. » — « Vous le serez, » li Loherens a dit , • Or vous alez baigner un seul petit, « Et vous arez et le vair et le gris *.
Page 218 - N'est pas richoise né de vair né de gris, « Né de deniers, de murs né de roncins, « Mais est richoise de parens et d'amins : « Li cuers d'un homme vaut tout l'or d'un...

Bibliographic information