Mélanges philosophiques, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 11 - Tant de maux réunis , & procédant d'une même fource, méritoient affurément qu'on cherchât à y apporter des remèdes. Il eft même furprenant , que dans les Etats les mieux policés de l'Europe , on n'ait trouvé jufqu'à préfent aucun moyen efficace à cet égard. Ce n'eft pas dans l'abolition entière des procès qu'il faut le chercher ; la chofe , avons-nous dit , eft impoffible ; mais c'eft dans l'accourciifement des procédures.
Page 82 - Cette mer d'abondance , où leur âme se noie, Ne craint ni les écueils ni les vents rigoureux : Ils ne partagent point nos fléaux douloureux ; Ils marchent sur les fleurs , ils nagent dans la joie : Le sort n'ose changer pour eux. Voilà donc d'où leur vient cette audace intrépide Qui n'a jamais connu craintes ni repentirs!
Page 183 - Paflions, ni de cette molleffe entre les bras de laquelle l'homme s'endort fi volontiers. Je ne cherche à mettre l'homme dans une fituation riante, qu'autant qu'elle eft propre à faciliter la pratique de fes devoirs ; car fi je le détournois de fes devoirs , je le rendrois malheureux, & je ne pourrois plus me vanter de lui donner une leçon de Morale. Je donnerai dans la fuite de ce Difcours quelques Exemples qui achèveront de fixer les juftes limites limites de cette obligation.
Page 35 - Il eft facile de fe faire après cela une idée, comment il eft poflîble de pourfuivre les Procès fans aucune interruption, & les conduire tout de fuite, à leur fin. Car, dès que les Avocats ont par devers eux toutes 'les informations, en entreprenant l'affaire , ils peuvent paflèr auffitôt à la preuve.
Page 165 - Confcience^fans être au fait des principes qui doivent lui fervir de régies. Et de là viennent ces fréquentes confultations de perfonnes, qui ne marchant qu'à tâtons craignent toujours de fe heurter, & vont emprunter ailleurs les lumières qui leur manquent. ^ Suivre la Confcience, c'eft donc fuivre la Raifon éclairée fur fes devoirs. C'eft ici le lieu de parler des remors; & je dirai en peu de mots ce que j'en penfe. Les remors en général font tout fouvenir d'une action commife, qui nous...
Page 178 - ... facrifier à la confervation de de ce Tréfor. Suivez le chemin qu'on a fait pour arriver de ce Principe aux confequences qui engagent deux hommes, deux amis intimes, à fe couper la gorge pour un mot, pour un gefte, pour un regard ; & vous ne vous étonnerez plus de rien. Telle eft la Confcience, fon étendue, fon empire, fes effets, fes modifications. Heureux ceux qui ont eu foin de l'épurer jusqu'au point où elle peut l'être; pourvu que cette lumière ferve à les conduire dans le bon chemin,...
Page 20 - Ceux qui ne connoiilent pas bien les hommes, pourroient aifément s'imaginer que la décifion du Juge inférieur fuffit, &. qu'il n'ya point de meilleur moyen pour abréger les Procès , que de s'y borner. Mais quand on penfe , combien il eft rare qu'un tel Juge .ait une capacité...
Page 23 - Actes mettent fouvent en évidence que les Griefs déduits & préfentés par l'Appellant à la Juftice fupérieure , font dénués de tout fondement. Dans ce cas , comme il feroit inutile de perdre le tems, & de faire de nouveaux fraix...
Page 161 - Confcience, ne fçauroic donc confifter que dans une régularité de conduite , qui réponde à la plus grande étendue & aux plus exactes notions de fes devoirs que l'homme ait été en état d'acquérir. Les afyles de l'ignorance, ou de l'erreur, feroient extrêmement commodes , s'il étoit permis de s'y réfugier, quand on le jugeroit à propos. Les Moraliftes ont eu foin à la vérité de dire, que l'on n'étoit excufable que dans les cas où l' Ignorance & l'Erreur font invincibles.
Page 26 - Inftances à l'infim , .c'eft-à-dire, étemifer les Procès. Eft-il des précautions capables d'empêcher que le bon droit ne foit léfé ? Autant vaudroit dire .qu'on a trouvé les moyens de délivrer les hommes de toutes leurs imperfections. Des plans de la nature de celui-ci parviennent à leur but , quand ils mettent les chofes fur le meilleur pié où elles puiffent être, les hommes étant tels qu'ils font. Concluons donc , pour revenu' à notre fujet, que le nombre de deux fois gain dé caufc.

Bibliographic information