Page images
PDF
EPUB

Levis Barbour

3-24-26

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

DICTIONNAIRE RAISONNÉ

DES SCIENCES,
DES ARTS
ARTS ET DES

DES MÉTIERS.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Α Ρ Α

Α Ρ Α
PACARO,f.m. (hift. nat. I ouvertes à peine sous un angle de trente de

Botaniq.) nom Brame d'un grés & couvertes d'une écorce brun-noire.
A arbrisseau toujours verd Ses feuilles sont disposées alternativement

assez bien gravé, mais sans & circulairement, assez écartées, ellipti

détails, sous le nom Mala- i ques, pointues aux deux bouts, longues de OUULUDUODU bare Isjerou-panel par Van- trois à quatre pouces, une fois à une fois &

છે Rheede, dans son Hortus Malabaricus, Vol. demie moins larges, entieres ,

entieres , épaiffes V , page 3 2 , planche XVI. Les Malabares verd-noires, luisantes deflus, verd-claires l'appellent encore Baalapaleti & les Hollan- & ternes dessous , avec une côre longitudidois Clyn heyl Wortel.

nale, garnie de chaque côté de huit à dix Il croît dans plusieurs endroits du royal- nervures peu élevées, alternes , & portées me de Malabar , sur-tout à Angiccaimal, sur un pédicule cylindrique affez court. fous la forme d'un buisson ovoïde , de cinq Entre les intervalles que les feuilles laisà fix piés de hauteur , toujours chargé de fent entr'elles le long des branches mêmes , feuilles, de fleurs & de fruits. Son tronc eft vers leurs extrêmités, sortent des fleurs som garni du haut en bas de branches alternes, litaires, rougeâtres , longues d'un pouce cylindriques, aflez longues, assez écartées, environ , portées horizontalement, cu penTome III.

A

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

a

9

[ocr errors]
[ocr errors]

dantes für un pédicule cylindrique, verd- APAGOGIE, f.f. (Logique. ) sorte de velu , à-peu-près de même longueur. Elles démonstration , par laquelle on prouve la consistent en un calice caduc , verdâtre, vérité d'une propofition, en faisant voir petit , épais, d'une seule piece , divisé en

que

la

proposition contraire est absurde. trois parties, & en une corolle à six pétales (Voyez DEMONSTRATION; ) d'où vient égaux, longs, presque cylindriques , épais, qu'on l'appelle aussi reductio ad impossibile ouverts en étoile & caducs; le centre de la ou ad absurdum. Voyez RÉDUCTION. (O) fleur est rempli par une centaine d'étami- APALACHES ou APALACHITES. nes courtes , à antheres blanches, parallé-|(Géog. & Hift.) Peuples de l'Amérique lipipedes , féfiles , fort serrées & rappro- feptentrionale , qui habitent une contréebor.. chées en boule autour de huit à quinze née au nord & au couchant par les monts. ovaires, portés chacun sur un disque en Aliganiens ou Apalataches , au sud par la forme de colonne cylindrique, & terminés Floride & à l'eft par la Géorgie ; on les divise par un style qui a à son côté un stigmate en plusieurs nations, qui ont chacune leur velouté. Ces öyaires, en mûriffant devien-chef particulier nommé paracousa. Les plus. nent chacun une baie ou une écorce char- considérables de ces nations sont celles. pue , acide, douçâtre , sphéroïde, de trois de Bemarin, d’Amana: & de Matique , que

quatre lignes de diametre, noirâtre , lisse, les François, les Anglois & les Espagnols portée sur un pédicule mince de même ont sub-divisées, en une infinité d'autres longueur d une loge qui ne s'ouvre point, sous, des noms différens & particuliers á. & qui contient un pepin en osselet sphéri- leur langue. Leur ville capitale est Melilor que noirâtre, du diametre de deux lignes, au fond de la vallée de Bemarin ; c'est le dont l'amande eft blanchâtre.

séjour du roi d'Apalache , qui est reconnu: Qualités. Toutes les parties de l'àpacaro, pour souverain par tous les autres chefs ; sur-tout ses feuilles, ont une odeur & une les autres villes principales sont Schama & faveur âcre & aromatique; il fleurit en Mefaco dans les montagnes, Aqualaque juillet & août.

Coca; & Capaha, le long de la riviere du. Usages. Le fực exprimé de ses feuilles & Misfifiipi. Ce pays est fertile : & assez bien, donné en boisson avec un peu d'opium ou cultivé : ces peuples sont bien faits, & ont; de fuc, de pavot , au, commencement des le teint naturellement blanc , mais il de . fievres intermittentes... en calme les paro- vient alivâtre par. l'usage fréquent qu'ils : xysines ; leur décoction se boit à la dose font d'un onguent composé de racines & d'une demi-tafse , pour appaiser les dou- de graisse d'ours , auquel ils attribuent la leurs de la goutte qui se déclarent aux propriété de rendre plus supportables le articulations.

froid & les chaleurs. Ils sont courageux: Remarques. L'apaçạro doit donc faire un fars être barbares : ils se contentent de genre nouveau., voisin du Cananga ,, dans couper, les

, cheyeux aux prisonniers qu'ils

, la famille des anones , & qui ne differe font &

& aux ennemis qu'ils tuent à la de celui du. Cananga. qu'en ce que les guerre. La polygasnie est en usage chez baies, au, lieu d'avoir plusieurs loges & eux : ils peuvent même épouser leurs paplusieurs graines n'en ont qu'une seule. rentes-, autres cependant que leurs fæurs.. ( M. ADĂNSON.)

Leurs mæurs font simples & douces : ils. * ARACHES, f. m.pl. (Géog. & Hift.). adorent le soleil , qu'ils. saluent, tous les ,

. peuples de l'Amérique feptentrionale au nou: jours à son lever par des .cris, d'alégresse veau Mexique, ou ils occupent un pays très- & en l'honneur duquel ils célebrent tous

où étendu , sous les noms d'Apaches de Perillo, les ans.quatre fêtes folemnelles sur la monau midi; d'Apaches de Xilla., d'Apaches. tagne Olaymi, où accourent les habitans. de Navaio , au nord; & d’Apaches Vaque- des diverses contrées du royaume. Il n'est , TOS, au levant. Voyez la Conq, du. Mexiq.. pas rare d'en voir, parmi, eux qui vivent: APAGOGE, .( Logiq.) á razeyi, com- jusqu'à cent cinquante ans, ils doivent cer.

; pose d'Ao, de, & d'apa , mener, ou tirer. avantage à leur grande fobriété, & à l'état , voyez. ABDUCTION.

paisible de leur ame. (C. 4.),

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

->

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small]
[ocr errors]

a

[ocr errors]
[ocr errors]

APAMATUCK, (Géog. mod.) riviere neau , dans la famille des conques , ou de de l'Amérique septentrionale dans la Vir- ceux qui ont deux battans à la coquille, ginie ; elle se décharge dans celle de Pow- Il n'est cité dans aucun auteur; j'en ai athan. Voyez Mat. Diction. Geogr. donné la figure dans mon Histoire naturelle APAME, (Hift

. d'Egypte. ) veuve de du Sénégal , page 222 , pl. V. figure 5. Magus, usurpateur de la Cyrénaïque

dont

Il est commun dans la mer du Sénégal, le roi d'Egypte lui avoit confié le gouver- où il est attaché aux rochers , à trois brasies nement, avoit tout le courage & tous les de profondeur , autour des caps Bernard & calens nécessaires pour affermir un trône Dakar, près de l'ile Gorée & du Cap-verd. usurpé. Après la mort de son mari, elle C'est la plus grande de toutes les especes offrit sa fille en mariage à Démétrius, 'oncle de ce genre qui s'observent sur cette côte. d'Antigone , roi de Macédoine. Ce prince, Sa coquille a la forme d'un jambon , ayant séduit par l'appât d'une couronne , se rendit le dos presque droit , l'extrémité supérieure dans la Cyrénaïque, & la veuve, touchée des for large & arrondie', & le ventre un peu graces de la figure, garda pour elle l'époux concave vers le sommet, qui diminue insenqu'elle destinoit à sa fille. La jeune princesse liblement en pointe pour former une espece outragée intéressa en fa faveur le peuple & de manche. Elle a sept pouces de long, & les grands. Tous embrafferent la cause de deux tiers moins de largeur ; & elle est fi la jeunesse & de la beauté : les conjurés ran- applatie que fa largeur surpasse plus d'une gés sous ses ordres, entrent de nuit dans fois son épaisseur. Sa substance est fort minl'appartement de fa mere qu'ils trouvent ce, aufli fragile que du verre, & affez semcouchée avec son nouvel époux; la fille blable à celle de la corne, dont elle emfurieuse enfonce le poignard dans le sein de prunte la couleur & la transparence. fon amant infidele , & brigue le cruel hon- Intérieurement elle est polie & luisante , neur de lui porter les premiers coups. mais au dehors sa surface eft hérissée vers Apamé fut épargnée , & les conjurés la ren- | l'extrémité d'un grand nombre de pointes voyerent à son frere Antiochus. Elle vieillit pliées en cornets ou en tuyaux cylindriques dans sa cour chargée du mépris public

fort minces, de même nature que la coquoiqu'elle poffédât cous les talens qui font quille , longs de quatre à cinq lignes , &

, naître l'estime; mais il ne faut qu'un mo- relevés en angle de quarante cinq degrés. ment de foiblesse pour ternir l'éclat de mille Ces pointes en tuyaux doivent leur origine vertus. (T. N.)

aux crenelures du manteau de l'animal , & * APAMÉÉ , sur l'Oronte , (Géog. anc. quoiqu'elles paroissent sans ordre , au pre& mod.) ville de Syrie , distante d'Antioche mier abord, à cause du petit nombre des eriviron de vingt lieues. Les modernes la grandes qui se montrent à leur extrémité nomment Aman ou Hama. Elle n'a de con- néanmoins en examinant de près les vestisidérable que la situation.

ges des premieres qui ont été usées * APAMÉE , sur le Marse, (Géog. anc. & brisées, on voit qu'elles étoient disposées mod.) ville de Phyrgie : elle est aujourd'hui sur quinze ou vinge rangs · paralleles à la presque ruinée.

longueur de la coquille. * APAMÉE OU APAMI, (Géog. anc. & Le ligament qui attache les deux batmod.) ville de la Bithynie sur la Proponti-tans, s'étend depuis le sommet jusqu'aux de , entre Bourse & Cyzique. Les Turcs trois quarts de leur longueur , vers l'extrél'appellent aujourd'hui Myrlea.

mité supérieure. On ne distingue aucune APAMÉE, (Géog.anc.) ville de la Me- dent à la charniere. die, vers la contrée des Parthes. On la L'animal qui remplit cette coquille nomme aufli Miana.

son manteau bordé d'environ trente creneAPAMÉE : : on place dans la Mésopo- lures fort larges , au lieu des filets qu'ont tamie deux villes de ce nom ; l'une sur les autres especes. l'Euphrate , l'autre sur le Tigre.

Usages. Les Negres font la pêche de APAN, 1. m. (Hif. nat. Conchyliologie.) l'apan en plongeant dans le fond de la espece de coquillage du genre du jambon- | mer ; ils le détachent avec un couteau des

A 2

[ocr errors]

ou

[ocr errors]

*

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

rochers où il est collé par un grand nom-inconvéniens, on jugea dans la suite qu'il bre de fils, assez semblables à ceux auxquels valoit mieux donner aux cadets ou puînés les anciens donnoient le nom de by jus, des comtés, des duchés, ou d'autres démais plus courts. Sa chair est très-bonne, partemens ,'à condition de foi & homsur-tout lorsqu'elle est cuite & apprêtée; elle mage, & de réversion à la couronne à dés

, est fort goûtée des Européens & des naturels faut d'héritiers mâles , comine il est arrivé du Pays. (M. ADANSON.)

à la premiere & à la feconde branche des APANAGE , f. m.ou , comme on disoit ducs de Bourgogne. A présent même les autrefois, APPENNAGE, (Hift. mod.) princes apanagistes n'ont plus leurs apanaterres que les souverains donnent à leurs ges en souveraineté : ils n'en ont que la puînés pour leur partage , lesquelles sont jouiffance utile & le revenu. Le duché reversibles à la couronne , faute d'enfans d'Orléans est l'apanage ordinaire des semâles dans la branche à laquelle ces terres conds fils de France , à moins qu'il ne soit ont été données. Ducange dit que dans la déja possédé, comme il est actuellement , baffe latinité on disoit apanere , apanamen- par un ancien apanagiste. tum , & apanagium , pour désigner une pen- On ne laisse pas d'appeller aussi improfion ou un revenu annuel qu'on donne prement apanage, le domaine même de aux cadets , au lieu de la part qu'ils de- | l'héritier présomptif de la couronne; tel vroient avoir dans une seigneurie, qui ne qu'est en France le Dauphiné; en Angledoit point , suivant les loix & coutumes, terre la principauté de Galles ; en Espagņe se partager', mais rester indivise à l'ainé celle des Asturies; en Portugal celle du Hoffman & Monet dérivent ce mot du Bresil, &c. celtique ou allemand , & disent qu'ilsignifie On appelle aussi apanage , en quelques exclure & forclorre de quelque droit; ce coutumes , la portion qui est donnée à un

à qui arrive à ceux qui ont des apanages , des enfans, pour lui tenir lieu de tout ce puisqu'ils sont exclus de la succession pa- qu'il pourroit prétendre à la succession. . ternelle. Antoine Loysel , cité par Ménage, Paul Emile a remarqué que les apanages croit que le mot apanager vouloit dire sont une invention que les rois ont rapporautrefois donner des pennes ou plumes, & tée des voyages d'outre – mer. (G. H.) des moyens, aux jeunes seigneurs qu'on APANAGISTE, f. m.terme de droit, est chassoit de la maison de leurs peres, pour celui qui possede des fiefs ou autres domaines aller chercher fortune ailleurs, soit par la en apanage. Voyez APANAGE.(H.) guerre, soit par le mariage.

APANORMIA, (Géogr.) ville de l'île Nicod & Ménage dérivent ce mot du de Santorin, dans les plages de la Méditerlatin panis , pain, qui souvent comprend ranée , que l'on nomme en cet endroit mer aussi tout l'accessoire de la subsistance. de Candie. Elle a un port très - spacieux,

Quelques-uns pensent que les apanages, en forme de demi-lune , mais fi profond dans leur premiere institucion , ont été seu-qu'il est impossible aux vaisseaux de s'y lement des pensions ou des paiemens an- mettre à l'ancre. (C. A.) nuels d'une certaine somme d'argent. * APANTA ou APANTE, (Géog.mod.)

Les puînés d'Angleterre n'ont point d'a- province de la terre ferme de l'Amérique panage déterminé comme en France, mais méridionale , entre le lac de Parimé & la seulement ce qu'il plaît au roi de leur riviere des Amazones, à l'occident de la donner. Voyez PRINCE, &c.

.

province de Caropa. En France même, sous les rois de la * APARAQUA, (Hift. nat. bot.) espece premiere & ceux de la seconde race, le de bryone qui croit au Brefil. Ray, Hist. droit de primogéniture ou d'aineffe , & Plant. celui d'apanage , étoient inconnus; les do- * APARIA, (Géog. mod.) province de maines étoient à-peu-près également par l'Amérique méridionale au Pérou , près de tagés entre tous les enfans. Voyez PRIMO- la riviere des Amazones, & de l'endroit où GÉNITURE & AINESSE.

elle reçoit le Curayaie au nord des PacaMais comme il en naiffoit de grands mores.

:

و

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »