La Richesse de la Hollande: Ouvrage Dans Lequel on Expose, L'origine Du Commerce & de la Puissance Des Hollandois; L'acroissement Sucessif de Leur Commerce & de Leur Navigation; Les Causes Qui Ont Contribuʹe À Leur Progrès, Celles Qui Tendent À Les Dʹetruire; & Les Moyens Qui Peuvent Servir À Les Relever, Volume 2

Front Cover
Aux dʹepens de la Compagnie, 1778 - Merchant marine
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 145 - Europe , n'ont pas cent hommes -, & en réunifiant ce qui eft difperfé fur tous ceux qui naviguent dans les Indes , on ne trouveroit pas de quoi former un feul équipage. Tout homme accoutumé à calculer des probabilités , ne craindra pas d'avancer que la puiflance...
Page 217 - ... repoferont tranquillement dans les mêmes lieux où mes peres voyoient fe former des tempêtes ! Que de motifs pour idolâtrer fa patrie! Cependant il n'ya plus de patriotifme -, il n'ya plus d'efprit public en Hollande. C'eft un tout , dont les parties n'ont d'autre rapport entre elles , que la place qu'elles occupent. La baflefle, l'aviliflement & la mauvaife foi , font aujourd'hui le partage des vainqueurs de Philippe.
Page 176 - Des adrniniftrateurs qui ne s'affembloient que deux fois l'année, le printemps & l'automne, à l'arrivée & au départ des flottes , perdirent l'habitude & le fil d'un travail qui demande une attention continue. Ils furent obligés d'accorder une confiance...
Page 173 - Les bénéfices que faifoit la compagnie dans de» lieux où fon commerce n'étoit pas troublé, couvrirent long-temps les pertes que la tyrannie ou l'anarchie lui occafionnoient ailleurs. Les autres nations Européennes lui firent perdre ce dédommagement. Leur concurrence la réduifit à acheter plus cher , & à vendre à meilleur marché. Peutêtre fes avantages naturels l'auroient-ils mife en état de foutenir ce revers, fi fes rivaux n'avoient pris le parti de livrer aux négocians particuliers...
Page 144 - Elle ne parviendra pas à leur infpirer cet efprit public , cet enthoufiafme pour la gloire qu'elle n'a pas elle-même. Un corps eft toujours à cet égard dans le cas d'un gouvernement qui ne doit jamais conduire fes troupes que par les principes fur lefquels porte fa conftitution. L'amour du gain , l'ceconomie font la bafe de l'adminiftration de la compagnie.
Page 217 - Quels fentimens de patriotifme ne devroit-on pas en effet attendre d'un peuple qui peut fe dire à lui-même. Cette terre que j'habite -, c'eft moi qui l'ai rendue féconde -, c'eft moi qui l'ai embellie-, c'eft moi qui l'ai créée. Cette mer menaçante , qui couvroit nos campagnes , fe brife contre les digues puiflantes que j'ai oppofées à fa fureur. J'ai purifié cet air , que des eaux croupiflantes rempliffoient de vapeurs mortelles.
Page 173 - On ne trouve dans la plupart des contrées de l'Inde, que des defpotes qui préferent le brigandage au commerce -, qui n'ont jamais connu de droit que celui du plus fort , & à qui tout ce qui eft poflîble , paroît jufte.
Page 289 - Lorfqu'on voit de grands peuples fe faire une guerre longue & opiniâtre, c'eft fouvent une mauvaife politique de penfer qu'on peut demeurer fpeftateur tranquille ; car celui des deux peuples qui eft le vainqueur entreprend d'abord de nouvelles guerres , & une nation de foldats va combattre contre des peuples qui ne font que citoyens.
Page 146 - Un petit fort , bâti fur une hauteur qui commande la place , ne prolongeroit pas la defenfe de vingt-quatre heures. Tous ceux qui ont vu de près & bien vu les Moluques, s'accordent à dire, qu'elles ne tiendroient pas un mois contre les forces qu'on vient d'indiquer.
Page 143 - ... mais ils n'ont pas la premiere idée des évolutions navales. D'ailleurs, les vices de leur éducation ne leur permettent ni de concevoir l'amour de la gloire, ni de l'infpirer à l'efpece d'hommes qui leur eft foumife.

Bibliographic information