Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

a

[ocr errors]

a

;

)

с

a

supérieure d'une petite plaque de fer sur favans Chanoines ont fait honneur á laquelle le Chapelier appuie le pouce en leur patrie, sur-tout le dernier , par ses avalant la ficelle. Voyez CHAPEAU. • ouvrages : il est mort en 1727:

AVALOIRE d'embis, f. f. terme de Avallon est à 20 lieues de Dijon, à 16 Bourrelier ; c'est une partie du harnois d'Autun, & à 3 de Vezelay. Long. 21, 22; du cheval, qui consiste en une large bande lat. 47, 28. (6) de cuir double , assujettie par les deux Il y a dans l'ille de Terre-neuve, Amébouts à deux grands anneaux de fer à rique feptentrionale une province de l'extrémité des reculemens ; & foutenue même nom. par deux bandes de cuir qui defcendent AVALURE, f. f. (Manege & Maredu sur-dos, & qui la tiennent en une chal.) c'est un bourrelet ou cercle de position horisontale dans laquelle elle corne, qui se forme au sabot d'un cheval regne autour des cuisses du cheval : l'ava- quand ce dernier a été blessé, & qu'il loire d'embas sert à faire reculer le car- vient de la nouvelle corne qui pousse rosse au moyen des bandes de côté qui l'ancienne devant elle; c'est proprement tirent les chaînettes , & par conséquent la marque de l'endroit où la nouvelle - le timon en arriere.

corne touche l'ancienne. S AVALON ou AVALLON, (Géogr.) Les avalures n'arrivent que par acciville de Bourgogne , en Auxois, sur le dens & blessures à la corne : lorsque celleCousin. Le lavant M. Pelegrin a décou-ci a été entamée par une blessure, ou par vert une médaille du onzieme fiecle, sur quelque opération, il se fait une avalure laquelle on lit Aballo. L'itinéraire d’An- c'est-à-dire , qu'il croît une nouvelle corne tonin , & la table de Peutinger , placent à la place de celle qui a été emportée ; cette ville entre Saulieu & Auxerre : c'étoit cette nouvelle corne est plus raboteuse une place førte dès 931, puisque Flodyard plus grossiere &plus molle que l'ancienne; la nomme Avallonem caftrum ; elle fut elle part communément de la couronne, elle-même au septieme siecle le chef lieu & defcend toujours chassant la vieille ded'un pagus ou canton, régi par un Comte. vant elle : lorsqu'on voit une avalure L'acte de partage de l'empire François par on peut compter que le pied eft altéré. Charlemagne, & le capitulaire de Charles (1) le Chauve, en parlent sous le nom de AVANACU, f. m. (Hift. nat. Botan.) pagus Avalensis.

espece de ricin, ainsi nommée au MalaCette ville n'a qu'une paroisse & une bar, & fort bien gravée par Van-Rheede, collégiale, fondée au huitieme ou neuvieme dans son Hortus Malabaricus , volume II, fiecle ; le college, occupé par des Doctri- page 57, planche XXXII, sous le nom naires doit son établissement au pré- d'avanacoe, les Malabares l'appellent ensident Odebert en 1654: le bailliage est core cit avancu , & les Brames erando ; ancien.

selon Jean Commelin c'est le ricinus Avalloni a souffert plusieurs fieges ; vulgaris de Gaspard Bauhin. M. Linné Emme, femme du roi Raoul, l'alliégea l'appelle ricinus, communis , foliis pel& la prit en 931; le roi Robert s'en tatis , subpalmatis , Serratis, dans son empara après trois mois de fiege en Syftema naturæ , édition 12e, imprimée 1005 ; son fils Robert, depuis Duc de en 1767, page 636, no. 1. Bourgogne, la prit en 1031, & la garda C'est un arbrifleau qui s'éleve à la avec le duché; Charles VII s'en rendit hauteur de neuf à dix pieds, ayant une maître , mais Philippe le bon la reprit tête sphérique , portée sur un tronc de en 1433

quatre à cinq pieds de hauteur , sur trois à Le commerce d'Avallon est en futailles, quatre pouces de diametre, noueux, combois, bled & vins, dont quelques côteaux me articulé, à bois peu épais, blanc font renommés : les bois & les vins fe mou , léger, creux ấu-dedans, remplí

au tirent pour Paris.

d'une moëlle fongueuse , blanc-jaunâtre Pierre Forestier , & Lazare Boquillot, séparée & comme coupée à chaque arti

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

3

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

res

[ocr errors]
[ocr errors]

culation, par une cloison aussi fongueuse, fleurs inférieures qui fécondent les supé& blanchâtre, mais plus solide , & recou- rieures , quoique leur panicule fe fouvert d'une écorce cendrée grise , les bran- tienne droite comme une pyramide. Chaches font alternes , affez ferrées, ouvertes que fleur consiste en un calice caduc , sous un angle de 45 degrés semblables au à cinq feuilles vertes, sans aucune ef

à tronc, inais plus tendres , charnues & cou- pece de corolle , les étamines des fleurs vertes d'une écorce verte & liffe.

mâles, au nombre de cent, font réunies La racine eft courte , fibreuse & blan- par la moitié inférieure de leurs filets châtre.

en une colonne pleine, qui occupe le Les feuilles sont disposées alternative-centre du calice , & ces filets funt étament & circulairement le long des bran-gés de maniere que ceux du milieu font ches à des distances d'un à deux pouces, les plus longs; les antheres qui les terrondes, de huit à neuf pouces de dia- minent font sphériques, d'un jaune-clair, metre, palmées, c'est-à-dire décon- marquées de quatre fillons longitudinaux pées jusqu'au milieu de leur demi - dia- en croix, & s'ouvrent en deux loges metre, en sept à huit lobes rayonnans par les deux fillons latéraux, qui répanen étoiles , mais inégaux, les antérieurs dent une poussiere génitale, composée étant une fois plus grands , triangulai- de molécules ovoïdes, d'un jaune foufré

une fois plus longs que larges , & luisantes. Le pistil consiste en un ovaire bordés chacun d'une trentaine de dente- fesfile , fans aucun disque; sphérique lures aiguës de chaque côté ; elles sont verd , hérissé de pointes coniques, molmolles, minces , lisses, verd-obfcures les, couchées, terminé par trois ftyles en-dessus verd-clair en-dessous , rele- partagés en deux, de maniere qu'ils forvées de sept à huit côtes rayonnantes ment fix ftigmates cylindriques, velus qui , partant de l'extrêmité de chaque rougeâtres. lobé, vont se réunir un peu au-delà du L'ovaire, en mûrissant, devient une centre de la feuille , au fommet d'un pé- capsule sphéroïde , longue de fix lignes, dicule aussi long qu'elles, qui les fou- verte , comme poudrée d'une rosée bleuâtient à peu-près comme un parasol. Ce tre , marquée extérieurement de trois pédicule est parfaitement cylindrique , fillons, & hérissées de pointes coniques marqué à sa surface supérieure & anté- fort longues , molles , & composées de

à la rieure d'un fillon peu sensible duquel deux substances, l'une qui est une peau partent quelques glandes orbiculaires peuverte, charnue, qui fe feche & le dé

, relevées & suisantes. A l'opposé de ce tache de la substance intérieure , qui est pédicule , on apperçoit , comme dans le cartilagineuse , très - élastique

& qui figuier commun , une grande ftipule mem-forme, à proprement parler, la capfubraneuse,

verté , triangulaire, qui en-le; elle est partagée intérieurement en vironne la branche à son origine qui trois loges , qui font comme formées enveloppe le bourgeon des feuilles, fous par la réunion de trois capsules ovoïla forme d'un capuchon conique, & qui des, réunies autour d'une colonne comtombe au moment de leur premier dé- mune, qui s'éleve jusqu'à la moitié de veloppement : les feuilles sont pliées dans leur longueur; chacune

chacune de ces loges le bourgeon en autant de doubles qu'elles s'ouvre, dans la maturité, en deux valont de nervures ou de côtés.

ves ou batrans égaux ; de forte que la Les branches sont terminées par une capsule cft à fix yalves, qui font si élafpanicule en épi de quinze à vingt fleurs tiques, qu'elles lancent au loin les grai

à vertes , de quatre à cinq lignes de dia- nes qui sont au nombre de trois dans

portées ehacune sur un pédun-chaque fruit, c'est-à-dire, une dans chacule de leur longueur. Celles de ces que loge. Chaque graine est ovoïde fleurs qui occupent le centre de la pa- longue de quatre lignes , à quatre lignes

à nicule , sont femelles, pendant que les & demi , de moitié moins large , cominférieures sont mâles : ce sont donc ces . primée de devant en arriere blanche

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

metre

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

d'abord , ensuite rougeâtre , enfin rouge- communément de 12 à 15 pieds. 3o. Ses brune , ondée de taches cendrées, carti- feuilles, ses fleurs & les fruits, font lagineuse , très - dure , & porte sur la plus grands. 4°. Ses graines sont plus face intérieure vers le haut, un corpul, grandes, plus applaties, plus brunes cule charnu , blanchâtre.

c'est-à-dire , marquées d'une moindre Culture. L'avanacu vit communément quantité d'ondes cendrées. dix à vingt ans ; il croît naturellement Le pandi-avanacu eft plus rare au Madans les terreins fáblonneux de l'Afrique labar, que l'avanacu. . au Sénégal , & au Malabar, où il fleurit Usages. On prétend que son écorce, & fru&ifie deux à trois fois l'an : il fleu- portée suspendue au cou, arrête le vorit continuellement pendant la saison des missement. pluies , & dans les terreins humides. Remarques. Quoique M. Linné ait con

Qualités. Toutes ses parties, étant fondu ces deux elpeces comme deux vacoupées, jettent une liqueur verdâtre riétés, nous croyons avec Tournefort assez abondante ; leur saveur est amere, & avec tous les bons observateurs, qui légérement astringente & âcre.

n'ont jamais vu les graines de l'une déUfuges. L'amande des graines rôtie générer & produire l'autre espece, que se donne en poudre avec le sucre pour cette constance dans leurs différences capurger. L'huile qu'on en tire par expref- rađéristiques, mérite qu'on les distingue, fion est très - purgative, soit qu'on la & qu'on en faffe deux especes. Une autre boive seule , soit qu'on la mêle avec le remarque vient à l'appui de cette distinclait doux ; cette méme huile, ou fon tion; c'est que le pandi-avanacu , femé marc., s'applique sur les reins ou le dans nos climats froids ou tempérés у ventre, pour en appaiser les douleurs. est constamment vivace , au lieu qu'on La décoction de sa racine se boit pour a toutes les peines du monde à y conserdissiper les vents , la tympanite, l'asthme, ver pendant l'hiver l'avanacu qui ne s'y les douleurs du ventre, des reins, l'en- montre communément que comme une flure des pieds , la goutte & le feu sacré. herbe annnelle en supposant qu'il ne Ses feuilles entieres ou pilées s'appliquent soit pas différent du ricin annuel, qu'on sur la tête pour disliper la migraine ; on les appelle comniunément palma chrifti ( M.

11 applique , amorties au feu, sur les parties | ADANSON.) attaquées de la goute, ou bien on expose AVANCE, s. f. (Commerce.) se prend

E ces parties à la vapeur de leur décoce pour anticipa. ion de tems. Payer un biltion : le bain pris dans cette déco&ion let , une promesse d'avance,

c'est en pouffe les urines lorsqu'elles ont des dif- compter la valeur avant le tems fon ficultés.

échéance, ce qui se fait ordinairement Deuxieme espece. PANDI-AVANACU.

en escomptant. Voyez ECHEANCE & Es

COMPTER. Van - Rheede décrit à la page 60 du AVANCE , fignifie aussi prêt d'argent volume II, de son Hortus Malabaricus, ou fourniture de marchandises : je suis

dont il ne donne en avance avec un tel , c'est-à-dire, je aucune figure , quoiqu'il la regarde com- lui ai prêté des sommes considérables ;

; me une espece différente ; les Malaba- | je lui ai fourni beaucoup de marchanres l'appellent , selon lui, pandi avanz- dises. cu ; les Brames voloerando ; M. de AVANCE; on dit en termes de lettres Tournefort le nomme ricinus africanus, de change, avance pour le tireur, lorfmaximus caule geniculato rutilante ; que d'une lettre négociée, celui qui la Instituts, page 532.

négocie en reçoit plus que le pair, c'estIl differe de l'avanacu en ce que, 1o.il a-dire , plus que la somme portée par

% eft d'un beau rouge dans toutes ses par-| la lettre : on appelle au contraire avance ties , au lieu que l'avanacu est verd-bleuâ- pour le donneur & perte pour le tireur, tre terne. 2°. Il est plus grand , & élevé lorsque par la négociation, celui à qui ap

[ocr errors]

ܪ

[ocr errors]
[ocr errors]

un autre aranacil

ܕ

و

[ocr errors]
[ocr errors]

>

2

[ocr errors]

*

*

[ocr errors]

Qu

[ocr errors]
[ocr errors]

ronne

partient la lettre, n'en reçoit pas l'en-'. AVANCEUR, s. m. ouvrier employé

. tiere valeur. (G)

à une opération particuliere dans le tiAVANCE ou SAILLIE, en Architectu- rage de l'or. Voyez AVANCER & TIRER

. re ; c'est ordinairement la ligne ou la dif- L'OR, tance qu'il y a entre l'extrémité d'un mem- AVANIE, outrage , affront, infulbre ou d'une moulure, & la partie dé- te , (Grammaire.) termes relatifs à la couverte de la colonne ou de toute au- nature de procédés d'un homme envers tre partie d'où l'avance se fait.

un autre. L'insulte est ordinairement dans Cependant il y a des auteurs qui re- | le discours ; l'affront dans le refus ; l'ougardent l'avance, ou la faillie, comme trage & l'avanie dans l'action ; mais l'invenant de l'axe de la colonne ,' & ils la Sulte marque de l'étourderie ; l'outrage , définiffene une ligne droite comprise en- de la violence; & l'adanie , du mépris. tre l'axe & la surface extérieure d'un Celui qui vit avec des étourdis, est exmembre ou d'une moulure, Voyez ŞAIL- posé à des insultes ; celui qui demande LIE. (P)

à un indifférent ce qu'on ne doit atten* AVANCE, (cap d') cap du Magel- dre que d'un ami mérite presqu'un lan, dans l'Amérique méridionale , ainsi affront. Il faut éviter les hommes vioa nommé de ce qu'il est le plus avancé dans lens fi l'on craint d'essuyer des outrages ; le détroit de Magellan,

& ne s'attaquer jamais à la populace , AVANCE, (Géogr.) petite riviere si l'on est sensible aux ayanies. dans le Condomnois. Elle a fa fource à AVANIE, ( Hift. mod. & Commerce.) une lieue , nord, de la paroisse de Du- ce terme est particuliérement usité dans rance, & fon embouchure dans la Ga- le Levant & dans tous les états du Grand

entre Marmande & Sainte - Ba- Seigneur , pour fignifier les présens ou feille : après un cours d'environ six lieues, les amendes que les Bachas & les Douacette riviere reçoit , auprès de Caftel- niers Turcs exigent des marchands ChréGeloux trois belles fources qui font tiens ou leur font payer injustement travailler des moulins à bled , à drap & fous de faux prétextes de contraven& à cuivre, qu'on appelle inarținets. tion. (C. A.)

2 * AVANCER les plantes , ( Agricul- nation, ce sont les Ambassadeurs ou les

Quand les avanies regardent toute une ture. ) c'eft hâter leur accroiflement ou Consuls qui les reglent, & qui ensuite leur fruit ; ce qui s'opere par le fumier en ordonnent la levée sur les marchands qu'on leur donne , ou par le remụement & particuliers de la nation , mais ordi, des terres, ou par l'arrosage ; tous ces

; tous ces nairement de l'avis & avec la participa moyens produisent le même effet, tion des principaux d'entr'eux,

AVANCER, dans le Cominerce, a dif- Pour les avanięs particulieres, chacun férens sens. Il' signifie 1o. faire les frais s'en tire au meilleur marché qu'il lui eft d'une entreprise avant que le tems foit poffible , en employant toujours néans venu de s'en rembourser ; ainsi l'on dit moins le crédit & l'entremise des Ama qu'un homme a avançé tous les frais bassadeurs ou des Consuls , dont le prind'une manufacture : 2°, il se prend pour cipal emploi à Conftantinople , & dans prêter de l'argent ou fournir à crédit les échelles de la Mediterranée , eft de

, des marchandises : 3 en fait de paye- protéger le commerce & les négocians ,

?. an dit avancer un payeinenţ , & de prévenir ou de faire cesser les avac'est-à-dire , le faire avant l'échéance. nies. (G)

, ) Voyez AVANCE. (G.)

AVANT, (Grammaire, ) préposition AVANCER, en terme de Tireur d'or ; qui marque préférence &' priorité de C'est donner au fil d'or le quatrieme ti- tems ou d'ordre , & de rang ; il est ar– rage pour le mettre en état d'être fini rivé avant moi : il faut mettre le sujet dans la derniere opération qui se fait par de la préposition avant l'attribut : se les tourneuses. Voyez TIREUR D'OR. faire payer avant l'échéance : n'appellez

personne

2

ment

[ocr errors][ocr errors]

&

a

[ocr errors]
[ocr errors]

avant

[ocr errors]
[ocr errors]

personne heureux avant la mort : nous leges qui ne sont pas accordés à la prose. devons servir Dieu , & l'aimer avant tou- D'ailleurs, comme on dit pendant que, tes choses : la probité & la justice doivent après que, depuis que , parce que, l'anaa aller avant tout.

logie demande que l'on dise avant que. M. l'Abbé Girard , dans son traité des Enfin avant est aussi une prépofition fynonymes , observé qu'avant est pour inséparable qui entre dans la composicion Pordre du tems , & que devant est pour de plusieurs mots

. Par preposition insépal'ordre des places. Le plutôt arrivé se rable , on entend une préposition qu'on place avant les autres ; le plus confidé- ne peut séparer du mot avec lequel elle rable fe inet devant eux. On est exposé à fait un tout sans changer la fignificaattendre devait la porte quand on s'y rend tion de ce mot : ainsi on dit avant-garavant l'heure.

de avant-bras , avant-court , Devant marque aussi la présence : il goût, avant-hier, avant-midi , avanta fait cela devant moi ; au lieu qu'il a miin, avant-propos

avant - quart , fait cela avant moi , marqueroit le temps; avant-train ; ce sont les deux roues

| sa maison est devant la mienne, c'est qu'on ajoute à celle de derriere; ce mot à-dire , qu'elle est placée vis-à-vis de la eft sur-tout en usage en Arrillerie : on mienne ; au lieu que si je dis , sa mai- dit aussi en Architecture , avant-bec ; ce son est avant la mienne, cela voudra font les pointes ou éperons qui avandire que celui d qui je parle arrivera àcent au-delà des piles des ponts de pierla maison de celui dont on parle , avant re , pour rompre l'effort de l'eau contre que d'arriver à la mienne.

ces piles, & pour faciliter le passage des Avant se prend aussi adverbialement bateaux. (F) & alors il est précédé d'autres adverbes; AVANT (aller en), terme de Pratique il a pénétré si avant , bien avant , trop usité finguliérement dans les avenir qui se avant, allez avant.

fignifient de procureur à procureur : il fiIl faut dire , avant que de partir ou gnifie poursuivre le jugement d'une affaire. avant que vous partiez. Je sais pourtant |(H) qu'il y a des auteurs qui veulent sup- AVANT, a différentes significations en primer le que dans ces phrases, &. dire Marine. L'avant du vaisseau ou la proue, avant de se mettre à table , &c. mais je c'est la partie du vaisseau qui s'avance lá crois que c'est une faute contre le bon premiere à la mer. usage ; car avant étant une prépofition, On entend auffi par l'avant, toute la doit avoir un complément ou régime partie du vaisseau comprise entre le mât immédiat ; or une autre prépofition ne de misaine & la proue, le château d'avant, Tauroit être ce complément : je crois ou le gaillard d'avant. Voyez CHATEAU qu'on ne peut pas plus dire avant de, D'AVANT.

. qu'avant pour ,

ayant par,

avant sur Vaifeau trop sur l'avant c'est-àde ne se met après une préposition que dire, qui a l'ayant trop enfoncé dans l'eau. quand il est partitif, parce qu'alors il Etre de l'avant, se mettre de l'avant y a ellipse; au lieu que dans avant que, se dit d'un vailleau qui marchant en comce mot que, hoc quod , eft le complé- pagnie , avance des premiers. ment, ou, comme on dit , le régime Etre de l'avant, se dit aussi lorsque de la préposition avant ; avant que de, l'on se trouve arrivé à la vue d'une terc'est-à-dire , avant la chose de , &c.

quand par l'estime de ses routes Avant que de vous voir, tout flattoit on croit en être encore éloigné. Voyez mon envie

ESTIME. dit Quinault , & c'est ainsi qu'ont parlé Le vent se range de l'avant, c'est-àtous les bons auteurs de son tems , ex-dire , qu'il prend par la proue & devient

| cepté en un très-petit nombre d'occasions contraire à la route. (2) Qù une fyllabe de plus s'opposoit à la AVANT-BEC, f. m. en Architecture : mesure du vers : la poésie a des privi- nom qu'on donne aux deux éperons de Tome IV.

B

a

re ,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »