Oeuvres complètes, Volume 4

Front Cover
Calmann Lévy, 1883
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Suite du Giotto
60
Circonstances générales
66
Du goût français dans les arts voir des défauts dans
72
ils ny trouvent jamais sacrifice de de lintérêt propre à quelque eentiment généreux
77
Esprit public à Florence amour furieux pour la
83
Dela sculpture à Florence Ghiberti et Donatello
86
Paolo Ucello et la perspective
87
Masaccio premier homme de génie
89
Suite de Masaccio
91
Définition Ce que cest que grandiose style ton gé néral
92
De la peinture après Masaccio
95
Vie de frère Philippe aventures romanesques
97
André del Castagno assassine le premier peintre à lhuile
100
Invention de la peinture à lhuile par Jean de Bruges duquel il y a deux tableaux au Musée royal
101
La chapelle Sixtine Sixte IV y appelle en 1474
103
De Ghirlandajo et de la perspective aérienne
105
Prédécesseurs immédiats des grands hommes
108
État des esprits en 1500 on appelait beau ce qui était fidèlement imité le beau idéal eût passe pour incorrection Corruption triste et cruelle de lÉcosse ...
110
Revue
116
Les cinq grandes écoles Ib Chap XXXIII Épreuve sous la statue dIsis
117
Le véritable artiste toujours fou souvent ridicule tb Chap XXXV Caractères des peintres de Florence bon dessin style minutieux peu de beauté point d...
122
La fresque à Florence
124
Différence entre Florence et Venise
125
Les époques de sa vie
129
Ses premiers ouvrages
130
Des trois styles de Léonard
131
Léonard à Milan
132
Vie privée de Léonard à la cour de Milan
133
Léonard au couvent des Grâces Il peint le dernier repas de Jésus avec les apôtres
137
Exécution de ce chefdœuvre 1411
141
Bandello conte la manière de peindre de Vinci
146
de la vérité historique triomphe des pédantesques
154
Chap LVIlI Léonard à Rome Madones de lErmitage Le Vinci
164
Pour être aussi célèbre que Bacon il na manqué
171
Lon ne peut courir la chance dêtre grand quen sap
177
Histoire du beau
186
Influence des prêtres
192
De la froideur de lantique
197
Le Torse plus grandiose que le Laocoon
198
Défaut que n a jamais l antique Ib Chap LXXXVH Donner une physionomie aux muscles tel est lu nique moyen de la sculpture
200
Les différences de forme sont moindres que celles de couleur LApollon serait beau dans plusieurs parties de lA frique
204
Un sculpteur
205
Difficulté de la peinture et de lart dramatique
206
De mémoire de rose on na jamais tu mourir de jar dinier
207
Six classes dhommes
210
Du tempérament sanguin
211
Du tempérament bilieux
214
Les trois jugements Une civilisation trèsavancée ne permet pas de dire à un inconnu quelque chose qui décèle ou beaucoup aesprit ou beaucoup dâme
216
Le flegmatique du sens intérieur et de M Schleghel
217
En France on sait toujours ce quil est ridicule de ne pas savoir
245
Art de voir lb Chap CVIIS Plus un artiste a de style dans le portrait moins il a de mérite aux yeux du physionomiste
247
Que la vie active ôte la sympathie pour les arts
249
De lhomme aimable Pour suivre ceci il faut dabord oublier
255
De la décence des mouvements chez les Grecs
258
De tétourderie et de la gaieté dans Athènes
259
De la beauté des femmes
261
Nous navons que faire des Vertus antiques tb Chap CXIX De lidéal moderne
266
la beauté anglaise
267
Les toiles successives
268
l11 Nous aimons bien le courage mais nous aimons bien aussi quil ne paraisse que dans le besoin
270
Suite
271
Révolutions du vingtième siècle
272
De lamabilité antique
276
La force en déshonneur
278
Que resteratil donc aux anciens?
280
Les Salons et le Forum tb Chap CXXX De la retenue monarchique
283
lItalie lAllemagne lEspagne
285
Le Français dautrefois
291
Quarriveratil du beau moderne et quand arri veratil?
292
Premières années
294
Il voit lantique
296
Bonheur unique de téducation de MichelAnge Laurent le Magnifique
297
Accidents de la monarchie
301
Voyage à Venise MichelAnge est arrêté à Bo logne générosité dun Aldfovandi
302
Voulutil imiter lantique?
304
11 fait compter et nou sympathiser avec ses person nages i
306
Spectacle touchant
308
Contradiction
309
dur CXLlIl Explications 510
312
MichelAnge lhomme de son siècle 3l3 Chap CXLVI Le David colossal 4
317
Lart didéaliser reparaît après quinze siècles
319
Chap CXLVIlI Jules II
322
Chap CXLLX Tombeau de Iules II
323
Disgrâce
325
Chap CLHI Chapelle Sixtine
330
Froideur des arts avant MichelAnge
338
Sous Léon X MichelAnge est neuf ans sans rien faire
344
Statues de saint Laurent
351
Le Moue à SanPietroinVincoti
358
Le Jugement dernier
367
Influence du Dante sur MichelAnge
374
Tableaux de MichelAnge
380
Un grand homme en butte à la médiocrité
388
Suite du caractère de MichelAnge
395
Le goût pour MichelAnge renaîtra révolution
401
Épilogue Cours de cinquante heures
407
Circonstances du traité de Tolentino
413
Artistes vivants
421

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 118 - This guest of summer, The temple-haunting. martlet, does approve, By his lov'd mansionry, that the heaven's breath Smells wooingly here : no jutty, frieze, Buttress, nor coigne of vantage, but this bird Hath made his pendent bed, and procreant cradle : Where they most breed and haunt, I have observ'd, The air is delicate.
Page 182 - De là l'inanité des disputes sur Racine et Shakespeare, sur Rubens et Raphaël. On peut tout au plus s'enquérir, en faisant un travail de savant, du plus ou moins grand nombre d'hommes qui suivent la bannière de l'auteur de Macbeth ou de l'auteur d'Iphigénie.
Page 242 - To remark the folly of the fiction, the absurdity of the conduct, the confusion of the names and manners of different times, and the impossibility of the events in any system of life, were to waste criticism upon unresisting imbecility, upon faults too evident for detection, and too gross for aggravation.— JOHNSON.
Page 213 - ... qui se manifeste dans les impressions. L'aisance des fonctions donnera un grand sentiment de bien-être; les idées seront agréables et brillantes, les affections bienveillantes et douces. Mais les habitudes auront peu de fixité : il y aura quelque chose de léger et de mobile dans les affections de l'âme; l'esprit manquera de profondeur et de force : en un mot, ce sera le tempérament sanguin des anciens, avec tous les caractères qu'ils lui prêtent dans leurs descriptions.
Page 180 - De là tant de ces tableaux qui embarrassent les jeunes amateurs aux expositions, ils ne savent qu'y blâmer; y blâmer, serait inventer. , Le comble de l'abomination, c'est que ces artistes perroquets font respecter leurs oracles comme s'ils partaient directement de l'observation de la nature. La Harpe a appris la littérature à cent mille Français, dont il a fait de mauvais juges, et étouffé deux ou trois hommes de génie, surtout dans la province. Le talent vrai, comme le Vismara, papillon...
Page 43 - Platon remerciait le ciel de ce qu'il était né du temps de Socrate ; et moi, je lui rends grâces de ce qu'il m'a fait naître dans le gouvernement où je vis, et de ce qu'il a voulu que j'obéisse à ceux qu'il m'a fait aimer.
Page 251 - La beauté est l'expression d'une certaine manière habituelle de chercher le bonheur; les passions sont la manière accidentelle. Autre est mon ami au bal, à Paris, et autre mon ami dans les forêts d'Amérique.
Page 8 - Torchill, de me trancher la tête le plus prestement qu'il te sera possible, car c'est une question que nous avons souvent agitée à Julin, de savoir si l'on conserve quelque sentiment après avoir été décapité ; c'est pourquoi je vais prendre ce couteau d'une main : si, la...
Page 169 - Probablement Léonard approcha d'une partie de la science de l'homme, qui même aujourd'hui est encore vierge : la connaissance des faits qui lient intimement la science des passions, la science des idées et la médecine. Le vulgaire des peintres ne considère dans les larmes qu'un signe de la douleur morale.
Page 232 - L'action musculaire est plus faible ; les fonctions qui demandent un grand concours de mouvements languissent. En même temps, on observe que les impressions se multiplient, que l'attention devient plus soutenue, que toutes les opérations qui dépendent directement du cerveau, ou qui supposent une vive sympathie de quelque autre organe avec lui, acquièrent une énergie singulière.

Bibliographic information