Souvenirs de la Marquise de Créquy de 1710 à 1803, Volumes 5-6

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 107 - N'espérons plus, mon âme, aux promesses du monde; Sa lumière est un verre, et sa faveur une onde Que toujours quelque vent empêche de calmer. Quittons ces vanités, lassons-nous de les suivre; C'est Dieu qui nous fait vivre, C'est Dieu qu'il faut aimer. En vain pour satisfaire à nos lâches envies, Nous passons près des rois tout le temps de nos vies A souffrir des mépris et ployer les genoux.
Page 180 - Mémoire du comte de Mirabeau , supprimé, au moment même de sa publication , par ordre particulier de M. le Garde des sceaux, et réimprimé par respect pour le Roi et la Justice, avec une Conversation de M. le Garde des sceaux et du comte de Mirabeau à ce sujet.
Page 182 - ... entièrement révolue, il m'est impossible de passer à la profession. La dépense est trop forte pour moi, et mon revenu est trop mince. Dans cet état je ne puis être utile ni au service du roi, ni à moi, ni à ma famille, et la vie trop sédentaire ruine l'élasticité de mon corps et de mon esprit. Depuis ma jeunesse j'ai toujours mené une vie fort agitée, soit dans le militaire, soit dans la politique ; le repos me tue totalement. « Je vous renouvelle cette année mes instances, monseigneur,...
Page 28 - Monsieur, pour la démarche nécessaire que j'ai faite, vous auriez eu la bonté de quitter vos importantes occupations pour venir et daigner remplir auprès de moi des fonctions que je n'ai cru convenables qu'à des subalternes auprès des.
Page 249 - Ce large suisse à cheveux blancs, Qui ment sans cesse à votre porte, Philis, est l'image du temps : On dirait qu'il chasse l'escorte Des tendres Amours et des Ris ; Sous vos magnifiques lambris, Ces enfants tremblent de paraître.
Page 226 - J'ai dit : Pour moi la vie est un supplice. En me donnant la plus digne des mères , Ciel ! tu m'as faille plus beau des présens ; Daigne veiller sur ses jours bienfaisans , Ou tes faveurs me seront trop amères. Oui, je crains moins la douleur pour moi-même , A tous ses traits je suis prête à m'offrir : Les plus grands maux c'est ceux qu'on voit souffrir A des parens qu'on révère et qu'on aime De mille maux l'essaim nous accompagne , Mais sont-ils faits pour un être accompli ? Ah ! d'un objet...
Page 15 - Je soussigné, déclare qu'étant « attaqué depuis quatre jours d'un vomissement de sang, à « l'âge de quatre-vingt-quatre ans , et n'ayant pu me traîner à
Page 183 - J'ai bien pu par obéissance aux ordres du roi et de ses ministres rester en jupes en temps de paix, mais en temps de guerre cela m'est impossible. Je...
Page 16 - Signé : Voltaire, le 2 mars 1778, dans la maison de M. le marquis de Villette, en présence de M. l'abbé Mignot, mon neveu, et de M. le marquis de Villevieille, mon ami.
Page 115 - Necker, avec de l'esprit de vin , dans un grand bocal de verre, ainsi qu'une curiosité d'histoire naturelle ; il est déposé dans un pavillon du jardin de Coppet, et l'on dit que c'est la chose la plus horrible à voir. Ce fut la Reine Marie-Antoinette à qui vint la pensée de faire épouser Mile Necker au Baron de Staël, Ambassadeur de Suède à Paris.

Bibliographic information