Page images
PDF
EPUB

ENCYCLOPÉDIE

کرد

1

OU

DICTIONNAIRE RAISON

DES SCIENCES
DES ARTS ET DES MÉTIE
PAR UNE SOCIÉTÉ DE GENS DE LETTR

Mis en ordre & publié par M. DIDEROT; & quan
PARTIE MATHÉMATIQUE, par M. D'ALEMBE E

Tantìm Series juncturaque pollet ,

Tantùm de medio Sumptis accedit bonoris ! Ho
Édition exáčtement conforme à celle de PELLET, in-quart

Τ Ο Μ Ε

IV.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
[blocks in formation]

Au, Glagr., mot allemand qui vent eft borné à l'ouest par le royaume d'Ar. dire la piuine , & qui, dans ce sens, est racan & la mer ; au fud par le Pegu; le nom propre de plusieurs bourgs, châ- à l'est par une chaine de montagnes, teaux & cuvents peu considérables de & au nord par le pays de Kemarat. Ce l'empire , anfG-bien que celui de quel- royaume fait partie des Etats du roi de ques-uns des environs de Cassel, de Mu. Pégu. On y trouve du musc, de l'aloës, nich & autres villes. (C. A.)

du bon vernis, & des roseaux d'une * AU, Gramm. Quant à la valeur groffeur prodigieuse. Les rubis qui en dans la composition des mots, c'eft in viennent sont fort estimés, de 'inême fon fimple & non diphtongue ; il ne que les chameaux & les éléphans que differe de celui de la voyelle o, qu'en ce l'on y noorrit. Sa capitale eft Ava: qu'il eft un peu plus ouvert : quant à fa c'est une ville assez grande, assez peutvaleur dans le discours, voyez l'article plée , percée de rucs fort droites & garARTICLE.

nies d'arbres, mais bâtie de mailons S AVA. Géogr.. ce royaume d'Afie toutes de bois ; son palais royal eft T'oine IV. Partie I.

A

deul construit de pierres, & pafle mê- | Vienne , à douze lieves, nord-ouest, me pour très-vaite & pour très-riche en de Limoges. Il y a près de ce bourg durure.

une source d'eaux minerales, limpies A leur teint près, qui est olivâtre , & falees , qui ont quelque réputation. les habitans d'Ava sont beaux & bien (+). faits : les femmes y font petites, mais AVAL, Géogr., grand bailliage de agréablement prises dans leur taille , France, dans la Franche-Comté ; il & plus blanches, pour l'ordinaire, comprend les subdélégations de Poligny, que n'y sont les hommes. Elles ont les de Salins , d'Arbois, de Pontarlier & cheveux noirs, & s'habillent d'étoffes d'Orgelet. (C. A.) de coton du plus léger tissu , & de la AVAL, Commerce, c'est une fourcoupe la plus négligée. A chaque mou-cription qu'on met sur une lettre de vement qu'elles funt en inarchant

change ou sur une promesse d'en fouron prétend que leur nudité se décou-nir quelqu'une ; fur des ordres ou sur vre, & l'on ajoute que cette immo- des acceptations ; sur des billets de deltie de vétemens leur fut preferite change ou autres billets , & sur tous par la sagesse d'une fouveraine de leur autres actes de semblable espece, qui propre sexe, qui, dans un tems où le fe font entre marchands & négocians; votre portoit l'horreur à son comble , par laquelle on s'oblige d'en payer la eflaga par cette ordonnance , de rame- valeur ou le contenu, en cas qu'ils ne per aux viies de la nature , les bru- | soient pas acquittés à leur échéance par taux qui s'en écartoient. La religion | ceux qui les ont acceptés , ou qui les de ce pays-là , eit en général cellei ont fignés. C'est proprement une caudes gentons on idolâtres, dont les tion pour faire valoir la lettre, la probrachmanes & les faquirs sont les pré-messe, &C. tres ; mais il y a beaucoup de maho. On appelle ceux qui donnent ces métans parmi les sujets d'Ava, & des fortes de cautions , donneurs d'aval chrétiens en assez petit nombre. La lesquels sont tenus de payer solidaiférocité n'est pas, comme on le dit , rement avec les tireurs , prometteurs, leur caractere; il en a peu coûté endoffeurs & accepteurs, encore qu'il à la vérité , aux Tartares de les insul- n'en soit pas fait mention dans l'aval. ter & de les conquérir; mais s'ils n'ont Ordonn. de 1673, art. 33. du tit. v. pas la valeur de ce peuple dur & con- Suivant l'article 1. du titre vij. de rageux, ils en ont du moins l'hospi- la même ordonnance , les donneurs talité. (+)

d'aval peuvent être contraints par AVA ou AYALA, Géogr. , riviere corps. d'Asie dans la Natolie; elle tombe dans Ceux qui souscrivent & donnent leur la mer Noire; son nom Turc eft Sakari, aval sur les lettres & billets, ne peuvent ou Sakaria, & celui que les Grecs & les prétendre ni réclamer le bénéfice de Latins lui donnoient étoit Sagaris , ou discussion de division: mais ils peuvent Sangarius. (C. A.)

d'abord être contraints par corps ay payeAVACCARI , Hift. nat. hot. , petit ment, ainsi qu'il a été jugé au parlement arbre qui croit aux Indes, & qui a la de Paris. feuille , la Aeur & la baie du myrte ; Les courtiers des marchandises ne peufa baie est seulement un peu plus astrin-vent signer aucune lettre de change par gente.

aval, mais seulement certifier que la * AVAGE, subst. masc. , Jurispru- signature des lettres est véritable. Ordon, dence, c'elt le nom qu'on donne au droit de 1673. art. 2. tit. xj. que les exécuteurs levent ou en argent Il semble qu'il en devroit être de ou en nature , sur plusieurs marchan- même à l'égard des agens de change dises. Ils n'ont pas ce droit par-tout, & de banque, puisque par l'article 1. ni tous les jours; mais seulement dans du titre j. de la même ordonnance , il quelques provinces, & certains jours leur est défendu de faire le change & de marché.

la banque pour leur compte personnel. AVAILLES, Géog. , hourg de Fran- (G) ce, dans la Marche , sur la riviere de AVAL, (d') terme de riviere, op

[ocr errors]

posé à d'onent. L'aval & l'amont font Une dame dont M. Greenhill parle telatifs au cours de la riviere, & à la dans les Tranjućtions Philosophiques, position d'un lien fur ses bords ; l'aval eut une tumeur au noinbril, pour avoir de la riviere fuit la pente de fes eaux; avalé des noyaux de prunes. La tumeur l'emont remonte contre leur cours : le étant venue à s'ouvrir d'elle-même pays d'aval est celui où l'on arrive en quelque tems après elle les rendit ; fuivant le cours de la riviere ; lei mais elle mourut malgré le soin qu'on pays d'amont eft celui où l'on arrive en en prit. Une fille agée de dix ans, qui le reinontant. Ainli des inarchands qui demeuroit auprès d'Halle en Saxe, viennent de Charenton à Paris, navi- avala en jouant un couteau de fix pougeot uval, mais viennent du pays d'a- ces & deini de long; la curiosité du mout; & pareillement des bateaux qui fait engagea Wofgang Christ Weserviennent de Rouen à Paris, & remon- ton, médecin de l'électeur de Brandetent la riviere, navigent amont, mais bourg, à en prendre loin ; le couteau vien.ent du pays d'aval.

changea de place plusieurs fois, & ceffa AVALAGE , subst. masc., terme de d'incommoder cette fille au bout de Torrelier ; c'est l'action par laquelle les quelques mois : mais un an après on maites tonneliers descendent" les vins ne le sentit presque plus, tant il avoit dans les caves des particuliers. Voyez diminué : enfin il fortit par un abcès TONNELIER.

que la pointe avoit causé, trois travers AVALANT, participe, en terme de de doigt au - deffous du creux de l'efRiviere , c'est la même chose que des- tomac; mais il étoit extrêmement dicendant. On dit d'ua bateau qu'il va minué , & la fille fut entierement réen avalant en pleine riviere ; que le tablie. Transactions philofopbiques, no. montant doit céder à l'avalunt en pont; 219. Voyez aussi les Mém. de l'académie & qu'en pertuis, c'est le contraire. On de Chir. dit aussi d'une arche qu'elle est avalan- “ Plusieurs personnes (dit M. Sloa. te , pour marquer que le courant des ne, à l'occasion d'un malheureux qui eaux y eft , fort rapide.

avoit avalé une grande quantité de cail. AVALÉE. fubftantif féminin, ter- loux, pour rémédier aux vents dont il me de morfatture en laine ; c'est la étoit affligé, lesquels ayant resté daris plus grande quantité d'ouvrage que l'ou- fon estomac, l'avoient réduit à un état vrier puisse faire , fans derouler fes pitoyable ; ) » s'imaginent lorsqu'ils ensuples ; celle de devant pour met- » voyent que les oileaux languiffent, à tre deflus l'ouvrage fait, celle de der- moins qu'ils n'avalent des cailloux Tiere pour lächer de la chaine. On ou du gravier, que rien n'est meil. dit aulli levée. Avalée & levée font leur pour aider à la digestion que synonyines à failure : mais falure n'est » d'en avaler : mais j'ai toujours conguere d'usage que dans les manufa&ures » damné cette coûtume ,, car l'estomac ea Soie.

de l'homme étant tout-à-fait différent AVALÉE, se dit encore dans les mê- » des géfiers des oiseaux, qui sont exmes manufactures, de la quantité d'é- trêmement forts, mufculeux, & tatoffe comprise depuis la perche jusqu'au piffés d'une membrane qui sert avec fandet , dans l'opération qu'on appelle » ces petits cailloux à broyer les alile laiuage ; d'aoulée en avalée , la piece » inens qu'ils ont pris ; les cailloux ne fe trouve toute lainée. Voyez LAINER, » peuvent manquer de faire beaucoup TAUDET, DRAPERIE.

de mal. J'ai connu, continue cet * AVALER, v. ad., Phyfiol. Voyez » auteur, un homme qui, après avoir DeglurITION.

» avalé pendant plusieurs années neuf On voit parmi les raretés qu'on con- on dix cailloux par jour aussi gros serve à Leyde, dans l'école d'anatomie, que des noisettes, mourut lubitement, on couteande dix pouces de long, qu'un » quoiqu'ils ne lui eaffent fait aucun paylan avula, & fit fortir par ton efto- » mal en apparence, & qu'ils eussent mae. Ce parfaa vécat encare huit ans » toujours paslé. ayces cet accident.

v. act., ComsnAvaler und

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

AVALER,

« PreviousContinue »