Les deux matrones; ou, Les infidélités démasquées: Ouvrage posthume de M. Freron, enrichi de notes curieuses & intéressantes, avec figures

Front Cover
Au Temple de la vérité, 1776 - 122 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 59 - N'y atil pas même une témérité indifcrette à vouloir dévoiler les miftères de l'Himen , qui femblent inféparables du filence & de l'ombre...
Page 88 - II efi fi vrai •, Mylord , que la nature a mis Une forte de proportion entre les plaifirs que l'on trouve dans le Mariage & la peine que les parens font obligés de prendre pour leurs enfans * que comme les petits des animaux font beaucoup plutôt en état de fe pafler du...
Page 60 - ... pour me mettre dans l'embarras , il s'en préfente encore plufieurs autres qui l'augmentent confidérablement. Comment ferai-je pour me tirer d'affaire au milieu de tant d'opinions contradictoires fur ce fujet , qui font reçues dans le monde , & qui ont toutes une antiquité qui les rend également refpe&ables?
Page 61 - ... règles uniquement tirées de fa mauvaife humeur, & le jeune homme galant qui ne veut reconnoître d'autre règle en amour que l'amour même? . Ce feroit fans contredit tenter l'impoffible que de chercher à concilier tant de fentimens oppofés : je les oublie donc tous dans ce moment; je ne veux faire aucune attention aux règles reçues dans le monde , ni à la maniére dont on penfe communément fur l'Amouc & le Mariage.
Page 90 - ... & pour apprendre à l'homme, que fi d'un côté il peut raifonnablement chercher à fatisfaire fes défirs , il ne doit en même tems le faire qu'avec une fage modération; que leur vivacité naturelle ne fauroit l'autorifer à s'y livrer fans mefure , puifqu'il peut les modérer en faifant ufage de fa raifon , & que c'eft d'ailleurs dans des vues bien différentes que la nature leur a donné ce degre de vivacité & de douceur.
Page 89 - N'eft-ce pas là une preuve bien fenfible que l'Auteur de la nature., en donnant aux animaux un penchant naturel aux plaifîrs de l'amour...
Page 64 - Mylord , qui fê préfente à mon efprit & qui me frappe de la manière la plus évidente , c'cft cette inclination générale & que je trouve univerfellement répandue chez tous les hommes pour les plaifirs de l'amour. Quand j'examine cette inclination de plus près, je m'apperçois bientôt...
Page 61 - Mylord, de raifonner aujourd'hui avec cette liberté que vous accordés à vos amis , & qui donne tant d'agrément aux converfations qu'ils ont avec vous. Je ne rechercherai donc point ici ce que les Juifs , les Romains , les Philofophes Payens ou Chrétiens même , ont penfé ou penfent encore là - deffus.
Page 66 - I la la nature humaine , il ne peut au pis aller être pris que pour une chofe indifférente & qui n'a en elle-même rien de mauvais; ce qui ~me fait penfer ainfi , c'eft la remarque que je viens de faire que ce penchant , ces...
Page 76 - Corps affoibli & tombé dans la mollette & dans la langueur , le réduififle dans un état pire que la mort même ? Conviendroit-il d'ailleurs à l'homme , qui fait partie de la fociété & qui eft né pour elle , de fe livrer aux piaifirs, au préjudice de cette même fociété & de ce qu'il doit aux autres hommes?

Bibliographic information