Recueil de chants historiques français depuis le XIIe jusqu'au XVIIIe siècle

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 182 - Le Français, né malin, forma le vaudeville, Agréable Indiscret, qui, conduit par le chant, Passe de bouche en bouche et s'accroît en marchant. La liberté française en ses vers se déploie : Cet enfant de plaisir veut naître dans la joie.
Page 131 - Ma fille m'aporte un pigne En sa main par cortoisie. Lors sui de mon ostel sire A mult grant joie sanz ire Plus que nuls ne porroit dire.
Page xxiii - Si sai bien faire frains à vaches Et ganz à chiens, coifes à chièvres. Si sai faire haubers à lièvres, Si forz qu'il n'ont garde de chiens. Il n'a el monde, el...
Page 193 - Aucuns qui me hayent à tort ; Autres en ont eu desconfort, Qui m'ayment de loyal vouloir, Comme mes bons et vrais amis; Si fais à toutes gens savoir Qu'encore est vive la souris.
Page xlii - Erembors a la fenestre au jor Sor ses genolz tient paile de color; Voit Frans de France qui repairent de cort...
Page 193 - ... commence De bonne paix, qui tous biens peut donner. Pour ce, tournay en confort mon penser : Mais non pourtant mon cueur ne se lassoit De veoir France, que mon cueur amer doit. Alors, chargeay en la nef d'Espérance Tous mes souhaitz en les priant d'aler Oultre la mer, sans faire demourance, Et à France de me recommander.
Page 206 - Oh ! oh ! je n'y prenais pas garde : Tandis que, sans songer à mal , je vous regarde , Votre œil en tapinois me dérobe mon cœur ; Au voleur ! au voleur ! au voleur ! au voleur ! CATHOS.
Page 193 - Qu'encore est vive la souris. Jeunesse sur moy a puissance , Mais Vieillesse fait son effort De m'avoir en sa gouvernance ; A present faillira son sort , Je suis assez loing de son port , De pleurer vueil garder mon hoir ; Loué soit Dieu de Paradis , Qui m'a donné force et povoir, Qu'encore est vive la souris.
Page 52 - De ce sui au cuer dolente Que cil n'est en cest païs, Que si sovent me tormente Ke je n'ai ne jeu ne ris. Il est biaus et je suis gente : 2. Je souffrirai mon malheur jusqu'à ce que l'année soit passée. Il est en pèlerinage , et j'attends impatiemment son retour; et malgré toute ma famille je ne veux pas chercher d'autre parti. Qu'un autre fasse mariage; l'ol est qui m'en vent parler.
Page 107 - Sunt de sanctis inaudita, Cunctis passis in hac vita, Quemquam passum talia ; Manus, pedes amputari, Caput, corpus vulnerari, Abscidi virilia. Sis pro nobis intercessor Apud Deum, qui defensor...

Bibliographic information