Les oeuvres de mylord Comte de Shaftsbury contenant ses Caracteristicks, ses lettres, & autres ouvrages, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 67 - Ne perdons plus de temps : le sacrifice est prêt; Allons-y du vrai Dieu soutenir l'intérêt; Allons fouler aux pieds ce foudre ridicule Dont arme un bois pourri ce peuple trop crédule ; Allons en éclairer l'aveuglement fatal...
Page 362 - Monsieur, avec toute la vérité d'un cœur péné» tré, les remerciements que mérite la part que vous voulez bien » prendre à ce qui me regarde. Quelqje pouvoir qce ussent mes » ennemis, la voix de la vérité s'est fait entendre; la cour et lemi...
Page 352 - Locke , n'a point d'autre mesure, d'autre loi ni d'autre règle que la mode et la coutume. La justice, la morale et l'équité dépendent de la loi et de la volonté. Dieu est libre, et parfaitement libre, de faire consister le bien et le mal en ce qu'il juge à propos de rendre bon ou mauvais selon son bon plaisir. Il peut, s'il le veut, faire que le vice soit vertu et que la vertu soit vice. C'est lui qui a institué le bien et le mal. Tout est de soi indifférent, et il n'ya ni bien ni mal qui...
Page 351 - ... vertu dans le monde, en prétendant que les idées d'ordre et de vertu, ainsi que celle de Dieu, étaient acquises et non pas innées, et que la nature ne nous avait donné aucun principe d'équité. 11 joue misérablement sur le mot d'idée innée, et ce mot, bien entendu, signifie seulement une idée naturelle ou conforme à notre nature. Car qu'importé, au point de vue de la question, la naissance ou la sortie du fœtus hors du sein maternel ? Il ne s'agit point du temps auquel nos idées...
Page 120 - Kalokagathia qui est celui du virtuose défini par Shaftesbury comme «les gens de bon ton, ceux qui aiment les Beaux Arts, ceux qui ont vu le monde, ceux qui sont instruits des mœurs et des coutumes des diverses nations de l'Europe, qui ont fouillé dans leurs antiquités, considéré leur police, leurs lois, leurs constitutions, etc.
Page 292 - Mais quant à la partie entièrement imitative de l'art de la peinture , qui emploie dans fes ouvrages la force réunie de...
Page 292 - De même dans les gravures, les médailles ou tout ce qui ne fait qu'un corps de fubftance, comme le bronze ou la pierre; dans les defleins ordinaires ou e/lampes , on y admet beaucoup de chofes fantaftiques, merveilleufes ou hyperboliques.
Page 303 - Je voulus voir enfuite quel effet il feroit en couleur, & j'en fis faire un croquis coloré. Cet eflai fut fi bien reçu des Virtuofes qui font très-habiles dans cette partic du monde rqu'iU m'engagèrent à entrepren^dre le grand ouvrage.
Page 225 - Dialogues, n'ont ni unité ni vraifemblance: en quoi ils figurent parfaitement avec ce flyle métaphorique & empoulé qui relevé l'éclat de leur Logique. Rien de plus compliqué que leurs peintures morales du genre humain : elles ne repréfentent aucun individu , aucun ordre d'Hommes ; & leurs portraits ne reffemblent à rien de l'efpece.
Page 309 - Arts libéraux que le fier efprit de liberté, qui après avoir jugé des affaires les plus importantes, contracte l'habitude de juger librement d'autres...

Bibliographic information