Correspondance, littéraire, philosophique et critique par Grimm, Diderot, Raynal, Meister, etc: revue sur les textes originaux, comprenant outre ce qui a été publié à diverses époques les fragments supprimés en 1813 par la censure, les parties inédites conservées à la Bibliothèque ducale de Gotha et à l'Arsenal à Paris, Volume 8

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 95 - Théogonie d'Hésiode, avec des dissertations relatives à cet objet, sous le titre de l'Origine des dieux du paganisme, et le sens des fables découvert par une explication suivie des poésies d'Hésiode.
Page 484 - Il est vrai, je suis capucin, C'est sur quoi mon salut se fonde; Je ne veux pas, dans mon déclin, Finir comme les gens du monde. Mon malheur est de n'avoir plus Dans mes nuits ces bonnes fortunes, Ces nobles grâces des élus, A mes confrères si communes.
Page 298 - Voyage en Sibérie , fait par ordre du roi en 1761 , contenant les mœurs, les usages des Russes, et l'état actuel de...
Page 165 - Ce M. Grétry est un jeune homme qui fait ici son coup d'essai ; mais ce coup d'essai est le chef-d'œuvre d'un maître qui élève l'auteur sans contradiction au premier rang.
Page 285 - ... sens la vie nouvelle de la nature? Sur la palette de Lucrèce. M. de SaintLambert a étouffé quelques beaux vers dans une foule de vers communs. Voici pourtant un distique que je ne saurais m'empêcher de citer, pour la grandeur et la vérité de l'image : Et l'astre lumineux s'élançant des montagnes , Jetait ses réseaux d'or sur les vertes campagnes. Ce chant est terminé par l'empire de l'amour sur le cheval, le taureau, les lions, les tigres, le cygne, la tourterelle , le moineau. En général,...
Page 85 - Voilà le bonhomme qui fit Cent prodiges qui nous enchantent, Des fables qui jamais ne mentent, Et des bêtes pleines d'esprit. La morale a besoin, pour être bien reçue, Du masque de la fable et du charme des vers ; Et c'est la seule vierge, en ce vaste univers, Qu'on aime à voir un peu vêtue.
Page 472 - N'êtes-vous pas pourtant au rang de ces mortels Qui ne prêchent jamais que des devoirs cruels, Qui m'ont tous annoncé, d'une voix formidable...
Page 203 - Je sers, en faisant volte-face, l'.l. la robe et l'épée , et la ville et la cour. Mon nom devient plus commun chaque jour; Chaque jour il se multiplie En Sorbonne, à l'Académie, Dans le conseil des rois et dans le parlement; Par tout ce qui s'y fait, on le voit clairement. Embarrassé de tant de rôles...
Page 406 - J'étais le chien de Bélisaire; Je suis le chien de Riballier. — L'Académie royale des inscriptions et belles-lettres vient de perdre un de ses pensionnaires par la mort de l'abbé Vatry. Il était professeur en langue grecque au Collège royal de France. Tout ce que je sais de lui, c'est que c'était depuis quinze ans une apoplexie ambulante , et que la première attaque lui avait ôté la mémoire.
Page 153 - Felix qui potuit rerum cognoscere causas, Atque metus omnes, et inexorabile fatum Subjecit pedibus, strepitumque Acherontis avari.

Bibliographic information