Page images
PDF
EPUB

thérapeutique de la dépravation du suc | Lu thermometre de Fahrenheit ; à midi, nourricier consiste à changer les fonétions au toleil, de 80, & le foir en diminuant naturelles, animales & vitales , s'il est de 63, 62, 52; c'étoit à Naples que je possible.

faifois eas observations. Dans quatre auSUC MOELLEUX, Anat. On appelle tres jours le même os perdit 415 grains , Suc moelleux cette subftance huileuse qui & la chaleur étoit le matin de 52 à 57 se trouve répandue dans les cellules des degrés ; à midi de 61 à 76; le soir de 62 0$, & on donne le nom de incelle à celle à 64. Un même espace de temps lui fit qui se trouve rassemblée dans les gran- perdre cncore 367 grains : le thermomedes cavités cylindriqnes des .os-longs; tre étoit lenatin de 49 à 57 ; à midi de mais l'une ne differe de l'autre que pour 64 à 83 ; le soir de 59 à 62. Au bout de la place qu'elles occupent, & elles sont quatre autre jours l'os avoit perdu 198 coinprises sous le nom commun de moelle ; grains ; mais dans ce dernier temps il ce endant cette distinction n'est pas inuti- plut toujours. La nuit suivante il perdit le. Le fuc unoëlleux surpasse en quantité encore lix grains ; donc la perte totale la subitance même de l’os da:s fes extré-qu'il fit dans l'espace de seize jours & une niités ; mais son corps-a bien plus de ma- nuit, fut 1629 grains. tiere que la moëlle y compris le fic moël. Pour remarquer la différence qui se leux qui se trouve dans les interitices de pasfoit entre les deux extrémités qui .fes lames : il faut en dire autant des alle font spongieuses, & le corps de l'os qui tres os extrêmement compactes, tels que est compacte, je sciai ce dernier jour l'exles os temporaux. Cependant le suc moëls trémité l'upérieure de la longueur de 4 leux est bien plus abondant que la moelle, pouces & in lignes : elle pesoit 7 onces & l'un & l'autre surpassent en quantité 5 gros & 12 grains, 00 4404 grains ; le toute la substance de l'os prise en géné- corps de l'os fut fcié aussi de la longueur ral, comme on verra dans l'instant : ce de 6 pouces: son poids étoit de 4 onces 2 qui doit s'entendre des os frais; parce- gros & 20 grains, ou de 2468 grains ; que les os dissous par la durée du temps l'extrémité inférienre, qui restoit , étoit ou par la calcination“, semblent être llongue de 2 pouces 6 lignes : elle peloit composés d'une très - petite quantité de 2 onces 6 gros 7 grains, ou 1591 grains. terres,de maniere qu'on diroit que la p!us En adilitionnant ces trois quantités , & grande partie de la substance primitive en les souftrayant du dernier poids de étoit formée de parties Auides. Comme l'os entier, on voit qu'on a perdu 20 s'étois parvenu à faire régénérer des os grains par la sciure. Quatre jours, après, longs entiers dans les animaux vivans, la premiere portion d'os'avoit perdu 131 par la seule destruction de la noëlle , voy. / grains, la seconde 49, & la troisieme 54. 'TIBIA, je voulus voir de quelle manie. Cependant la chaleur de cette saison temre perspiroient le suc *zzoëllenx & la moëlle pérée fat bien inoindre dans ces quatre dans les os encore frais des cadavres hu- jours , que celles des trois suivans. Dans mains quelle étoit leur quantité & celle ce dernier espace de temps, qui finit au de la substance osseuse, quelle impres- | 27 du mois de mars, la premiere étoit difion l'air faisoit fur eux, & s'ils absor- minuée encore de 358 grains, la seconde boienť de l'humidité atmosphérique. de 72, & la troisieme de 78. Ainsi le

Le 4 du mois de mars 1774, je pris les poids qui restoit à la premiere, dans ce deux tibia d'un homme qui étoit mort méine jour , étoit de 3914 grains, à la

étiqué le jour précédent, je les dénuai seconde de 2347. & à la troisieme de
exactement du périofte , des ligamens & 1459.
des autres parties molles , & je les laissai Je
à l'air libre & au soleil. Je trouvai la fur- d'os pendant tout l'été suivant qui fut
face extérieure de chacun de 57 pouces bien chaud. Je les transportai avec moi
quarrés , & le poids d'une livre une once à Paris , & je les repesai le 23 du mois
quatre gros vingt-deux grains, ou de d'août 1775: l'os n'étoit pas encore bien
Ioro2 grains. Le premier, qui resta en- defléché. Je trouvai la premiere de 2200
tier, perdit dans l'espace de quatre jours grains, la feconde 1748 & la troisieme
39 grains : dans ce temps, la chaleur de 864: elles avoient donc perdu depuis le
l'atmosphere étoit le matin de 52 degrés i 27. du mois de mars jusqu'à ce temps,

[ocr errors][ocr errors]

Leme 595:

l'une 1714 grains, l'autre 599,& la troi- | l'extrémité inférieure qui étoit longue

En additionnant de nouveau ['de 3 pouces 7 lig. Quant aux deux preles trois quantités 2200, 1748, 864, mieres, on voit les résultats des expée trouvées à ce terme, & en les soustrayant riences dans la table suivante , où des du poids primitif 10102 trouvé au quatre deux portions d'os font indiquées simple du mois de mars, on trouvera la perte ment par les mots premiere & seconde. Je totale de 5290 qui est plus considérable les pesai tous les jours depuis le quatre que la moitié de ce même poids primi- jusqu'au viogt-trois du mois de mars, le tif. Il résulté que le suc nioëlleux & la matin & le soir, pour remarquer la difə moelle surpassent en quantité la substan- férence qu'y apportoient la nuit & le totale de l'os.

jour ; quoique la nuit les os fussent cou. L'autre-tibia fut également scié d'a- verts d'une planche, le poids de la sebord en trois portions comme le premier, conde augmentoit très-souvent à mesure & chacune d'elles ensuite en deux autres qu'il tomboit plus ou moins de rosée. Ce portions dans leur longueur : ce qui me surplus de poids & la quantité plus abondonna six morceaux. Je ne parlerai que dante de rofée ont été marqués dans la de la moitié de l'extrémité supérieure qui table avec le signe +. La premiere pesoit étoit longue de 4 pouces 1 ligne ; de la 4 oncos 16 grains, ou 2320 grains : & la moitié du corps de l'os qui étoit longue feconde 2 onces I gros 29 grains, ou 1253 de 5 pouces 9 lignes, & de la moitié de "grains.

се

2

1.11.13

A À

[ocr errors]
[ocr errors]

NUI T.

Vores TREMOMETRE: [PERTE

TE PENDANT LE PERTE PENDANT LA

JOUR.
Le
Le JA

De
err. matin. midi. \la pre-1.0se- Pluie. la pri-la se Rosée.
MAKS

miere. conde.

miere. condo.

De

De De

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Il fautt remarquer lo que quoiqu'un qui font la perte de cette portion. Je se. jour fût plus chaud qu'un autre, elles pelai ce même fragment l'année suivante transpirerent plus ou inoins à raison des avec les autres portions , & je le trouvai vents qui régnerent avec force dans cette de 418 grains; son poids primitif étoit saison , & suivant que le temps étoit plus 886. grains ; donc la perte totale du suç ou moins humide; 2°. que la nuit du moëlleux étoit de 468 graiņs : quantité neuvieme jour fut sans rosée bien sensi- qui surpasse de so grains le reste de l'os, ble, & que je laissai les deux morceaux (Cet article est de N1. Troja.) de l'os à découvert; 3o. que quand la Suc, en Pharmacie, est une prépara, premiere portion avoit perdu une bonne tion faite avec les végétaux. quantité de suc noëlleux , elle

augmnen

Le fuc est une liqueur qu'on tire des toit aussi de poids pendant la nuit. végétaux par incision ou par expreilionį

Je les pesai le nouveau le 23 d'août on en tire ausi des animaux; mais on 1775.: je trouvai la premiere de 936 leur donne d'autres noms. grains: son poids primitif étoit de 2320. Le suc qui se tire par incision est meil grains : elle avoit donc perdu 1354 leur que celui qu'on retire par expreslion, grains, & le sic moëlleux surpassoit la parce que la presle fait couler beaucoup substance offeuse de 448 grains: la fccon- de parties terrestres avec la liqueur. de se trouvoit de 8.2 grains, son poids Pour avoir cette espece de fucs on fait prinitif étoit de 1253 grains: elle avoit des taillades à la plante ou à sa racine; il donc perdu 434 grains, & la substance fort peu à peu par ces ouvertures une hu. offeuse surpassoit le suc moelleux &. la meur qu'on fait évaporer au soleil ou à moëlle de 391 grains,

une chaleur très-lente : c'est de cette La troilieme portion de cet os , qui manicre qu'on prépare l'aloès fuccotrin. étoit la moitié de cette extémité infé- & le sang-dragon. rieure , pefoit I once 2 gros & 66 grains, Les fucs se tirent par expression en pi. ou 886 grains. Je la renfermai dans un lant la plante, ses feuilles ou la racine Van de verre qui fut fermé avec un boule dans un inortier ; & l'exprimant fortechon de liége & avec de la poix. Dans les inent, il en fort une liqueur qu'on peut preniers jours le verre étoit obscurci par faire épaillir par la chaleur du soleil, ou de très petites gouttes qui suoient de l'os par le feu : c'est ainli que l'on prépare sous la forme d'une eau très limpide qui i'aloès caballin , le mécanium, que nous se ramassoit ensuite au fond du vale. appellons opium, l'acaciu, l'hypociste, l'ea Vers le huitieme jour & les suivans, on lateriuil. voyoit sur la surface extérieure de l'os On tire davantage de suc de la plante une grande quantité de très-petites gout li, avant que de l'exprimer, on la laisse, tes de sang; les mêmes fuintoient des en digestion pendant quelques heures. petits vaiffeaux, lesquels pour être gon- Plusieurs plantes sont naturellement fi Äés de fang, se montroient au travers des peu succulentes, qu'on doit les arcoser plaques ofcufes, comme s'ils eullent été de quelque liqueur appropriée lorsqu'on injedés d'une matiere colorée: on les veut en tirer le suc: telles sont la petite, voyoit aboutir aux pores dont la furface centaurée , la verge d'or-, l'armoise, l'eu. de l'os étoit garnie. C'étoit l'air de l'os phraife, & plusieurs racines, développé & raréfié , qui avoit pousé le Lorsqu'on veut garder les sucs en lis fang hors de l'os même : il fit aussi une queur, on les dépure , soit en les faisant fente au verre le dixieme jour : on avoit bouillir, soit en les coulant, soit en les yu la moëlle jusqu'à ce temps très-blan- laissant reposer un jour ou deux au fo. che, & même plus blanche que celle des leil, & en les séparant ensuite de leur autres portions qui étoient restées à l'air sédiment, on en remplira des bouteilles, libre ; inais dès que le verre fut fendu on y ajoutera de l'huile d'amandes dou& que l'air extérieur y pénétra, elle der ces à la hauteur de deux doigts, cela eme vint d'abord d'une couleur foncée, noi- pêche l'action de l'air qui y occasion, râtre & enfin noire. Au vingtieme jour ueroit la fermentation & la corruption. je retirai l'os du vase. L'eau qui étoit ra- SUCS ARSENICAUX , Chyinie , les maffée au fond ne le condensoit pas à sues arsénicunx, ou substances arsénical'action du froid; elle peluit 153 grains les, furient trois claffes, qui font l'orpig

[ocr errors]

ment, le réalgal & l'arsénic proprement gues de trois lignes, & larges å peine dit. Voyez ces trois mots.

d'une ligne ; les fleurs viennent aux ailCes portes de substances ont beaucoup | selles des côtes qui portent les feuilles, d'affinité avec le soufre', aussi bien qu'a

& font ramassées en un bouton sphérique vec les métaux. Elles conviennent avec porté sur un pédicule d'un pouce de lanle soufre en ce qu'elles se dissolvent dans gueur; elles sont d'une couleur d'or & les huiles, qu'elles brûlent, s'enflam- fans odeur, d'une seule piece eo maniere ment, & que pendant ce temps elles re- de tnyau grèle, renflé à son extrémité pandent une odeur de soufre plus forte, supérieure, & découpé en cinq quartiers, souvent nuisible; de plus, elles s'éle- Elles sont garnies d'une grande quantité vent entiérement par la chaleur du feu d'étamines, & d'un pistil qui devient en une légere fumée, ou, comme les une gouffe semblable en quelque façon à Chymistes l'appellent, en une feur vola. celle du lupin, longue de cinq pouces tile, fans qu'il reste rien ou très-peu, de plus ou moins, brune ou roussátre , apmatiere métallique. Elles participent des platie , épaisse d'une ligne dans son mimétaux & sur-tout du mercure, puis.. lieu, plus mince sur les bords, large inéqu'elles en ont l'éclat, ou qu'elles le regalement; & fi fort rétrecie par interçoivent facilement ; qu'elles laissent sou- valle, qu'elle représente 4, 5, 6, 8, vent après l'évaporation un peu de mé- 10, & méme un plus grand nombre de tal, & que leurs exhalaisons blanchil- pastilles applaties liées ensemble par un fent le cuivre, comme le font celles du fil. Elles ont un demi-ponce dans leur mercure. (D. J.)

plus grande largeur , & la partie interSUCS BITUMINEUX, Chymie, les médiaire a à peine une ligne : l'intérieur Chymistes appellent fr!cs bitumineux des de chacune est rempli par une femence corps minéraux inflammables , qui fe ovalaire, applatie , dure , mais moins diffolvent, & fe inêlent dans l'huile ;'on que celle du cormier; de couleur de chà. divise les sucs bitumineux, en bitumes taigne, marquée d'une ligne tout au tour proprement dits , qui font liquides ou comme les graines de tamarin , & enveconcrets, en soufre & en arfenic. Voyez loppée d'un mucilage gommeux, & un BITUME , SOUFRE, ARSENIC & Sucs peu astringent ou acide & roulâtre. Cet ARSENICAUX. (D. J.)

arbre est commun au grand Caire ; onarSUC D'ACACIA , foc épaiffi, gom- rose d'eau les gousses qui ne sont pas en. meux, de couleur brune à l'extérieur, & core mûres ; op les broie: on en exprinoirâtre ou roussâtre, ou jaunâtre en de- me le fuc qu'on fait houillir pour l'épaisdaus; d'une consistance ferme, dure, fir, puis on les met en petites masses. s'aniollissant dans la bouche; d'un goût | Ce fuc analysé donne une portion médioauftere aftringent, non désagréable ; for- cre de fel acide , très-peu de fel alkali, mé en petites masses arrondies du poids beaucoup de terre aftringente, & beanide quatre, fix; huit onces , & envelop- coup d'huile ou subtile ou grossiere. On pé de veflies mincés. On nous l'apporte le place entre les astringens incraffans & d'Egypte par Marseille ; on estime le repercussifs ; il affermit l'eftomac, fait meilleur celui qui est récent, pur, net cesser le vomisement, arrête les hémora & qui se dissout facilement dans l'eau. rhagies & les flux de ventre : on le donOn tire ce suc des gousses non mûres d'un ne deptiis-z: B: jufqu'à 3. J. sous la forarbre appellé acacia folio scorpioidis legume de poudre ou de bol, ou dans une li. mose, C.B. P. C'est un grand arbre , & queur convenable. Les Egyptiens en ora fort branchu., dont les racines se parta-donnent tous les matins à ceux qui cragent en plusieurs rameaux & fe répan- chent le fang, la quantité d'un gros difdent de tous côtés, & dont le trone a sou- fonte dans une liqueur, &c. vent un pié d'épaisseur, & égale ou mê- Le suc d'acacia entre dans la thériaque, me furpasse en hauteur les autres especes le mithridat, les trochisques de karabé, d'acacia. Il eft ferme, garni de branches & l'onguent ftyptique de charas. & armé d'épines ; 'ses fenilles font mes Il sert aux corroyeurs du Grand Caire nues, conjuguées , & rangées par pai- ) pour noircir leurs peaux: à cet acacia res fur une côte, de deux pouces de lon- vrai, on substitue souvent l'acacia nostras, gueur : elles sont d'un verd obfour , lon: Voyez ACACIA NOSTRAS: le fuc de l'aul

« PreviousContinue »