Les poètes françois, depius le xiie siècle jusqu'à Malherbe [ed. by P.R. Auguis].

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 195 - LE Temps a laissé son manteau De vent, de froidure et de pluye, Et s'est vestu de broderie De soleil luisant , clair et beau.
Page 249 - Si avoit, je vous certifie, Combien que point trop ne m'y fie. Quand on me dit, présent notaire : « Pendu serez ! » je vous affie, Estoit-il lors temps de me taire?
Page 389 - UN charlatan disoit , en plein marché , Qu'il monstreroit le diable à tout le monde , Si n'y eust nul, tant fust-il empesché, Qui ne courust pour voir l'esprit immonde. Lors une bourse assez large et profonde Il leur desploie, et leur dit : Gens de bien, Ouvrez vos yeux ; voyez , y at-il rien ? Non , dit quelqu'un des plus près regardans.
Page 251 - La mort le fait fremir, pallir, Le nez courber, les vaines tendre Le col enfler, la chair mollir, Joinctes et nerfs croistre et estendre.
Page 181 - Tant en y eut, que ilz sembloient, Fors à estre en nombre compris. Les arbres regarday flourir , Et lievres et lapins courir. Du printemps tout s'esjouissoit. Là sembloit amour seignourir. Nul n'y peut vieillir, ne mourir, Ce me semble, tant qu'il y soit. Des herbes un flair...
Page 423 - Christ estre semblable, Renoncer tout bien terrien, Et tout honneur qui est damnable, Et la Dame belle et jolye, Et plaisir qui la chair esmeult; Laisser biens, honneurs et amye : II ne fait pas le tour qui veult.
Page 202 - CLOTH.DE au sien amy doulce mande accolade, A son espoulx, salut, respect, amour! Ah ! tandiz qu'esplorée et de cœur si malade , Te quier la nuict , te redemande au jour , Que deviens , où cours-tu ? loing de ta bien-aymée Où les destins entraisnent donc tes pas? Faut que le dize, hélas!
Page 163 - TOUT à l'entour de nos remparts Les ennemis sont en furie : Sauvez nos tonneaux , je vous prie ! Prenez...
Page 147 - On doit le temps ainsi prendre qu'il vient: Tout dit que pas ne dure la fortune. Un temps se part, et puis l'autre revient: On doit le temps ainsi prendre qu'il vient. Je me comforte en ce qu'il me souvient Que tous les mois avons nouvelle lune: On doit le temps ainsi prendre qu'il vient: Tout dit que pas ne dure la fortune.
Page 242 - ENTRE tous les bons livres imprimez de la langue françoyse, ne s'en veoit ung si incorrect ne si lourdement corrompu que celluy de Villon ; et m'esbahy (veu que c'est le meilleur...

Bibliographic information