Des lettres de cachet et des prisons d'état: Ouvrage posthume, composé en 1778, Volumes 1-2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 344 - ... et vertueux patriote qui se consacre volontairement et par devoir à la mort pour le salut de son pays : mais si l'on entend qu'il soit permis au gouvernement de sacrifier un...
Page 36 - L'enfer s'émeut au bruit de Neptune en furie. Pluton sort de son trône, il pâlit, il s'écrie; II a peur que ce dieu, dans cet affreux séjour, D'un coup de son trident ne fasse entrer le jour, Et, par le centre ouvert de la terre ébranlée, Ne fasse voir du Styx la rive désolée; Ne découvre aux vivants cet empire odieux, Abhorré des mortels, et craint même des dieux1.
Page 190 - J'avoue pourtant que l'usage des peuples les plus libres qui aient jamais été sur la terre me fait croire qu'il ya des cas où il faut mettre pour un moment un voile sur la liberté, comme l'on cache les statues des dieux.
Page 36 - D'un coup de fon trident ne fafle entrer le jour ; Et par le centre ouvert de la terre ébranlée , Ne fafle voir du Styx la rive défolée ; Ne découvre aux vivans cet empire odieux , Abhorré des mortels & craint même des dieux, (a) Parlons fans figure.
Page 268 - Se d'un ennui plus cruel encore , vivent » dans la fermentation d'une rage étouffée, & gé» miflent autant de fois qu'ils refpirent : on n'en» tend pas dire à Londres, qu'aucun d'eux com» mette des homicides fur les geôliers, fur les chi"» rurgiens, fur les prêtres qui les vifitent, dans la » feule vue de fortir de ce lieu d'horreur, & de » repofer plus librement fur la roue de l'écha
Page 123 - C'est un caractère particulier de ces lois des Barbares, qu'elles ne furent point attachées à un certain territoire : le Franc étoit jugé par la loi des Francs, l'Allemand par la loi des Allemands, le Bourguignon par la loi des Bourguignons, le Romain par la loi romaine ; et, bien loin qu'on songeât dans ces temps-là à rendre uniformes les lois des peuples conquérants, on ne pensa pas même à se faire législateur du peuple vaincu.
Page 54 - Et par l'ordre constant d'une agréable loi Tout revient, mais le jour ne revient pas pour moi. Fleurs, qui nous étalez vos peintures nouvelles...
Page 311 - L'unique différence , c'est que nos orateurs français insultent à l'humanité en prose faible et barbare , dans ce jargon qui n'était pas encore une langue ; au lieu que l'orateur d'Italie , écrivant avec pureté dans la langue de l'ancienne Rome , ses mensonges du moins sont doux et harmonieux. Il est triste que les orateurs , chargés des éloges funèbres des hommes puissans , se soient trop souvent réduits eux-mêmes à ne parler que le langage des cours.
Page 10 - ... comment démêler alors, la vérité ? Eh bien ! ce font des faits précis que je vais articuler. Il eft difficile d'imaginer ce que les prifons d'état coûtent au roi. Parmi les dettes de Louis XIV, on trouve dans le dépouillement qu'en a fait M. de Forbonnois un article de cent trente-fix mille livres pour le pain des prifonniers que le jéfuite le Tellie'r avoit fait renfermer à la Baftille, à Vincennes, à Pierre-en-cife, à Saumur, à Loche, fous le prétexte de janfénifme. Le nombre...
Page 81 - Nous leur écrivions , ils nous. faisoient réponse ; et le commerce de Paris à Lyon n'a jamais été mieux réglé. Bar, qui les gardoit, étoit homme de peu de sens : de plus, les plus fins y sont trompés. M. le cardinal Mazarin , qui...

Bibliographic information