La restructuration de l'espace microfinancier du Kivu (Est R D Congo): Pistes d'une intermédiation efficace

Front Cover
Presses univ. de Louvain, 2006 - Business & Economics - 286 pages

L’efficacité de la microfinance, considérée comme mode de financement des exclus de la finance classique, peut être évaluée en terme de pérennité de financement et d’adéquation de celui-ci aux besoins des clients. Cette démarche quasi absente de la littérature est au centre de cette étude qui propose une relecture de la théorie financière des organisations. Grâce à l’approche qualitative, les rationalités des principaux stakeholders sont analysées et la pertinence relativement contextuelle des indicateurs de performance est discutée. L’approche quantitative tente de modéliser le comportement des emprunteurs et des prêteurs au Kivu en s’appuyant sur les données collectées auprès de 31 IMF (Institutions de microfinance) et 260 de leurs clients pour la période allant de 1996 à 2002. Il ressort de notre étude que trop peu d’indicateurs classiques sont compatibles avec les réalités du Kivu. Le ratio de liquidité immédiate et la caution solidaire sont peu significatifs. Seul le portefeuille à risque explique les contre-performances souvent enregistrées par les IMF. Il fournit des résultats (= 11 %) supéieurs aux normes thériques (5 % pour un PaR30) mais significatifs au Kivu dans la mesure oùles crénces irréouvrables ne sont pas exclues des prês en retard de paiement, base thérique de déermination du ratio. Les IMF dont le PaR30 déasse 20 % s’nlisent dans le rationnement de créit et finissent souvent par cesser tout octroi de créit. En rèle gééale, les IMF du Kivu ne mobilisent pas suffisamment l’éargne locale et n’ccèent pas aux fonds commerciaux. La restructuration de l’space microfinancier local passe par l’nstitutionnalisation des organisations qui fonctionnent de manièe professionnelle. Ceci leur permettra d’ccéer àl’éargne du public et au refinancement auprè des banques commerciales parfois en situation de sur-liquiditéfaiblement réunéé. Àcette occasion, tous les stakeholders peuvent tirer parti de l’inversion du cycle d’intermédiation financière (c’est-à-dire l’octroi des microcrédits plus rentables à partir des crédits bancaires à long terme) par les IMF. Nos investigations mettent enfin en exergue d’intéressantes pistes d’économies d’échelle à l’aide des fusions possibles entre quelques organisations de microfinance du Kivu.

 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

CHAPITRE 1
13
1 Brève historique sur les Coopératives dépargne et de crédit
24
1 Comparaison entre tontines et Coopératives dEpargne et de Crédit
29
2 Risques majeurs en microfinance
38
2 Les étapes dune démarche rigoureuse en microfinance
44
CHAPITRE 2
53
1 Bref aperçu de la situation actuelle des IFCau Kivu
56
2 Les COOPEC novatrices et dynamiques
63
CHAPITRE 4
137
1 Résumé des principales caractéristiques statistiques des variables
143
3 Régression du crédit par la méthode instrumentale GMM
150
1 Allure générale de la relation entre NCO et PaR
154
2 c COODEFI
161
6 Résultats par catégories dorganisations
164
CHAPITRES
170
1 Les clauses indispensables dun pacte dactionnariat au Kivu
187

Ventilation des microentreprises commerciales par tranches des capitaux
74
9 Les montants de prêts nets et les échéances dans les tontines du Kivu
85
CHAPITRES
88
1 Le contrat de dette standard
96
2 a Offre et demande de fonds sur le marche financier officiel
103
1 Coûts de transaction liés à un contrat de crédit
113
1 Condensé des règles de base de la bonne gouvernance
122
3 Grille synthétique des critères et indicateurs defficacité en microfinance
134
1 Ebauche dappréciation chiffrée déconomies de gamme
193
2 Institutionnalisation des organisations de microfinance du Kivu
196
3 Principaux éléments des coûts maîtrisables en USD
199
3 Atouts et limites de la fusion UBC et MECREGO
207
CONCLUSION GENERALE
210
BIBLIOGRAPHIE
217
Copyright

Common terms and phrases

Bibliographic information