Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

comme en avarice, et aussi content de regarder une grimace de souffrance que le scintillement d'un rubis.

On voit arriver l'avocat Voltore portant une large pièce d'argenterie. Volpone se jette sur son lit, s'enveloppe de fourrures, entasse ses oreillers, et tousse à rendre l'âme. « Je vous remercie, seigneur Voltore. Où est la pièce d'argenterie? Mes yeux sont mauvais. Votre affection ne restera pas sans récompense. Je ne puis durer longtemps. Je sens queje m'en vas. Ah! ah ! ah! ah ! » Il ferme les yeux comme épuisé. « Suis-je héritier? » dit Voltore au parasite Mosca'.

MOSCA.

Si vous l'êtes !
Je vous supplie, seigneur, promettez-moi
De me mettre au nombre de vosgens. Toutes mes espérances
Reposent sur votre seigneurie. Je suis perdu
Si le soleil levant ne brille pas sur moi.

VOLTORE.
Il brillera sur toi, et il te réchauffera aussi, Mosca.

MOSCA.
Seigneur, je ne suis pas l'homme qui ai rendu à votre grâce

1.

VOLTORE.
Am I inscribed his heir for certain?

MOSCA.
Are you?
I do beseech you, sir, you will vouchsafe
To write me in your family. All ny hopes
Depend upon your worship. I am lost,
Except the rising sun do shine on me.

VOLTORE.
It shall both shine and warm thee, Mosca.

MOSCA.

sir,

I am a man that hath not done your love
All the worst offices; here I wear your keys,

Les plus mauvais offices. Je porte ici vos clefs,
Je veille à ce que tous vos coffres et cassettes soient fermés,
Je garde le pauvre inventaire de vos joyaux,
Argent et vaisselle; je suis votre intendant, seigneur,
L'économe de vos biens.

VOLTORE.
Mais suis-je seul héritier ?

MOSCA.
Sans associé, seigneur, confirmé de ce matin.
La cire est chaude encore, et l'encre à peine séchée
Sur le parchemin.

VOLTORE.
Heureux, heureux homme que je suis !
Par quelle bonne chance, cher Mosca ?

MOSCA.
Votre mérite, seigneur.
Je n'y connais pas d'autre cause.

Et il Jui détaille l'affluence des biens où il va nager, l'or qui va ruisseler sur lui, l'opulence qui va couler dans sa maison comme un fleuve, « Quand voulez-vous que je vous apporte votre inventaire, seigneur? ou bien la copie du testament. » C'est avec ces paroles précises, avec ces détails sensibles qu'on allume les imaginations. Aussi, coup sur coup, les héritiers accourent comme des bêtes de proie. Le second est un vieil avare, Corbaccio, sourd, cassé, presque mourant, et qui pourtant espère survivre à Volpone. Pour en être plus sûr, il voudrait bien lui faire donner par Mosca un bon narcotique. Il l'a sur lui, cet excellent narcotique, il l'a fait préparer sous ses propres yeux, il le propose. Sa joie en trouvant Volpone plus malade que lui est d'un comique amer. « Comment va-t-il ? »

sir;

See all your coffers and your caskets lock'd,
Keep the poor inventory of your jewels,
Your plate and monies; am your steward, sir,
Husband your goods here.

VOLTORE.
But am I sole heir ?

MOSCA. Without a partner,

confirm'd this morning; The wax is warm yet, and the ink scarce dry Upon the parchment.

VOLTORE.
Happy, happy me!
By what good chance, sweet Mosca ?

MOSCA.
Your desert, sir;
I know no second cause....
When will you have your inventory brought, sir?
Or see a copy of the will?

(Acte I, sc. I.)

MOSCA.
Sa bouche est toujours entr'ouverte, et ses paupières fermées.

CORBACCIO.
Bon.

MOSCA.
Un engourdissement glacial roidit tous ses membres
Et fait que sa chair a la couleur du plomb.

CORBACCIO.
Cela est bon.

MOSCA.
Son pouls bat lentement et à peine.

CORBACCIO.
Bons symptômes encore.

MOSCA.
Et de son cerveau... (Mosca crie plus haut.)

CORBACCIO.
Je t'entends. Bon.

MOSCA.
Coule une sueur froide, avec une humeur
Qui suinte continuellement des coins de ses yeux noyés.

!

CORBACCIO.
Est-ce possible? Moi, je suis mieux, hé! hé!
Où en sont les éblouissements de sa tête ?

MOSCA.
Oh! seigneur, il a passé l'éblouissement. A présent
Il a perdu le sentiment; il a cessé de ronfler,
A peine pourriez-vous reconnaître qu'il respire.

CORBACCIO.
Excellent! excellent ! Certainement je lui survivrai.
Cela me rajeunit de vingt ans.

a

[ocr errors]

Tiens,

[ocr errors]

« Si vous voulez hériter, le moment est bon. Mais ne vous laissez pas prévenir. Le seigneur Voltore vient d'apporter une pièce d'argenterie. Mosca, dit Corbaccio, regarde. Voici un sac de sequins qui pèsera dans la balance plus que sa pièce d'argenterie.

Faites mieux encore. Déshéritez votre fils, instituez Volpone héritier, et envoyez-lui votre testament. Oui, j'y avais pensé. Cela sera d'un effet souverain. Déshériter un fils si brave, d'un si grand mérite! Résistera-t-il à une telle marque de tendresse? - Tu dis bien, oui, mais

- , l'idée est de moi. D'ailleurs, vous êtes si certain de lui survivre. - Sans doute. — Avec une santé florissante comme la vôtre. – Cela est vrai'. » Et

' il s'en va clopinant, n'entendant pas les injures et les bouffonneries qu'on lui lance, tant il est sourd.

[ocr errors]
[blocks in formation]

Lui parti, arrive le marchand Corvino, qui apporte une perle d'Orient et un diamant superbe.

Suis-je héritier ? — Oui; Voltore, Corbaccio et cent autres étaient là, bouches béantes, affamés de l'héritage. J'ai pris plume, papier et encre, et je lui ai demandé qui il voulait pour héritier ? — Corvino.

- Qui pour exécuteur testamentaire ? Corvino. A toutes les questions, il se taisait, j'ai interprété comme marque de consentement les signes de tête qu'il faisait par pure faiblesse. – 0 mon cher Mosca! Mais a-t-il des enfants? — Des bâtards, une douzaine ou davantage, qu'il a engendrés de mendiantes, de bohémiennes, de juives, de mauresses quand il était ivre. N'ayez pas peur, il n'entend

And makes the colour of his flesh like lead.

CORBACCIO. 'Tis good.

MOSCA. His pulse beats slow and dull.

CORBACCIO. Good symptoms still.

MOSCA. And from his brain....

CORBACCIO.
I conceive you; good.

MOSCA.
Flows a cold sweat, with a continual rheum,
Forth the resolved corners of his eyes.

CORBACCIO.
Is 't possible? Yet I am better, ha!
How does he, with the swimming of his head?

MOSCA.
0, sir, 'tis past the scotomy; he now
Hath left his feeling, and has left to snort:
You hardly can perceive him, that he breathes.

CORBACCIO.
Excellent, excellent! Sure, I shall outlast him.
This make me young again, a score of years.

(ibid.)

« PreviousContinue »