Le porte-feuille d'un philosophe ou mélange de pièces philosophiques, politiques, critiques, satyriques et galantes, Volume 1

Front Cover
P. Marteau fils, 1770
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 77 - Cercéniens s'étant divulgué dans tout le païs , le refte des Atlantes en fut fi épouvanté , que tous , d'un commun accord , rendirent leurs villes , & promirent de faire ce qu'on leur ordonneroit. La reine Myrine les traita avec beaucoup de douceur. Elle leur accorda fon...
Page 80 - L'hiftoire de Zingha , Reine de cette Nation , eft fuffifamment atteftée par les relations de divers Européens , rémoins oculaires ; par la guerre que les Portugais du Congo eurent à foutenir contre cette Reine; par le Traité qu'ils firent avec elle ; enfin par fa converfion au Chriftianifme, & par fon mariage avec le jeune Portugais qu'elle époufa dans un âge très- avancé.
Page 78 - ... les tombeaux des Amazones. Les Gorgones s'étant relevées dans la fuite, furent attaquées encore une fois par Perfée, fils de Jupiter. Médufe étoit alors leur Reine. Mais enfin cette Nation & celle des Amazones , furent détruites l'une & l'autre par Hercule...
Page 78 - Hercule, lorfqu'étant pafTé dans l'Occident, il planta une colonne dans l'Afrique, ne pouvant fouffrir, après tant de bienfaits que le Genre Humain avoit reçus de lui , qu'il y eût une Nation gouvernée par des femmes. On dit, pour l'ordinaire, que les Amazones ont été ainfi...
Page 152 - ... j'encherirois volontiers sur Plutarque; et dirois qu'il ya plus de distance de tel à tel homme qu'il n'ya de tel homme à telle beste3 : III hem vir vin quid prœstat"; et qu'il ya autant de degrez d'esprits qu'il ya d'icy au ciel de brasses, et autant innumerables.
Page 72 - Pnyx , le long de la place dorée ; que l'aile droite des Athéniens , qui s'étoit formée près du Mufée , donna fur l'aîle gauche des Amazones , comme cela fe voyoit encore par les tombeaux de celles qui moururent en cette occafion ; car ils étoient dans la place qui menoit aux portes, qu'on appelloit les portes du Pirée , du feras de Plutarque , vis-à-vis de la chapelle de Chalcodon.
Page 76 - Elles fe fervoient fort adroitement de ces dernières armes, nonfeulement contre ceux qui leur réfiftoient, mais contre ceux qui les pourfuivoient dans leur fuite. Ayant fait une irruption dans le Pays des Atlantes, elles vainquirent d'abord en bataille rangée les habítaos de la ville Cercene, & étant entrées dans cette Place, pêle-mêle avec les fuyards, elles s'en rendirent maîtreiTes.
Page 79 - Clerc ajoute que ce qui ya donné lieu , c'eft qu'en Cappadoce les femmes alloient avec leurs maris à la guerre , comme elles avoient été autrefois à la conquête des Indes avec Bacchus ou Ofiris ; que les noms qu'on leur donne, comme Antiope...
Page 69 - Elles confentirent même à fe marier avec la troupe de jeunes hommes qu'on leur avoit oppofée ; mais ne pouvant fe réduire à la vie fédentaire des femmes Scythes qui ne fortoient point de leurs chariots, elles engagèrent leurs nouveaux époux à traverfer le Tanaïs avec ce qu'ils avoieut de troupeaux , pour s'établir à l'Orient de ce fleuve. » Leurs defcendans , » dit Hérodote , ont formé la nombreufe nation des Sauromates qui occu...
Page 158 - ... si doulce consolation en la perte de nos amis, que celle que nous apporte la science de n'avoir rien oublié à leur dire, et d'avoir eu avecques eulx une parfaicte et entière communication.

Bibliographic information