Histoire d'Hérodote: traduite du grec, avec des remarques historiques et critiques, un essai sur la chronologie d'Hérodote, et une table géographique, Volume 3

Front Cover
G. Debure l'aîné, 1802 - Greece
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 262 - ... marchandises , ils l'emportent et s'en vont. Mais s'il n'y en a pas pour leur valeur, ils s'en retournent sur leurs vaisseaux, où ils restent tranquilles. Les autres reviennent ensuite, et ajoutent quelque chose, jusqu'à ce que les Carthaginois soient contents. Ils ne se font jamais tort les uns aux autres. Les Carthaginois ne touchent point à l'or, à moins qu'il n'y en ait pour la valeur de leurs marchandises; et ceux du pays n'emportent point les marchandises avant que les Carthaginois...
Page 12 - Ce médiateur, debout entre les deux contractans , tient une pierre aiguë et tranchante, avec laquelle il leur fait à tous deux une incision à la paume de la main près des grands doigts. Il prend ensuite un petit morceau de l'habit de chacun , le trempe dans leur sang, et en frotte sept pierres qui sont au milieu d'eux, en invoquant Bacchus et Uranie.
Page 175 - Un Scythe boit du sang du premier homme qu'il renverse, coupe la tête à tous ceux qu'il tue dans les combats , et la porte au roi. Quand il lui a présenté la tête d'un ennemi, il a part à tout le butin ; sans cela , il en serait privé. Pour écorcher une tête, le Scythe fait d'abord une incision à l'entour, vers les oreilles, et, la prenant par le haut, il en arrache la peau en la secouant.
Page 99 - Nord de l'Europe ; mais je ne saurois dire avec certitude , comment on parvient à se le procurer. On dit cependant que les Arimaspes enlèvent cet or aux Gryphons, et que ces Arimaspes n'ont qu'un œil. Mais, qu'il y ait des hommes qui naissent avec un œil seulement , et qui, dans tout le reste, ressemblent parfaitement aux autres hommes, c'est une (a) Quoique je ne sois pas tout-à-fait de l'avis de M.
Page 203 - Les femmes sont communes entre eux, afin qu'étant tous unis par les liens du sang, et que ne faisant tous, pour ainsi dire, qu'une seule et même famille, ils ne soient sujets ni à la haine, ni à la jalousie.
Page 15 - Phanès avait amené contre l'Egypte une armée d'étrangers , se vengèrent de ce perfide sur ses enfants qu'il avait laissés en ce pays lorsqu'il partit pour la Perse. Ils les menèrent au camp, et, ayant placé à la vue de leur père un cratère entre les deux armées, on les conduisit l'un après l'autre en cet endroit et on les égorgea sur le cratère. Lorsqu'on les eut...
Page 196 - Trois d'entre eux sont chargés de tenir chacun une javeline la pointe en haut, tandis que d'autres prennent , par les pieds et par les mains , celui qu'on envoie à Zalmoxis. Ils le mettent en branle, et le lancent en l'air, de façon qu'il retombe sur la pointe des javelines.
Page 263 - Quant à la bonté du terroir, la Libye ne peut, à ce qu'il me semble , être comparée ni à l'Asie ni à l'Europe : j'en excepte seulement le Cinyps, pays qui porte le même nom que le fleuve dont il est arrosé.
Page 99 - Kridan un fleuve qui se jette dans la mer du Nord, et dont on dit que nous vient l'ambre. Je ne connais pas non plus les îles Cassitérides (*), d'où l'on nous apporte l'étain. Le nom même du fleuve est une preuve...
Page 246 - Leurs femmes portent à chaque jambe un anneau de cuivre , et laissent croître leurs cheveux : si elles sont mordues par un pou , elles le prennent, le mordent à leur tour, et le jettent ensuite. Ces peuples sont les seuls Libyens qui aient cette coutume ; ils sont aussi les seuls qui présentent leurs filles au roi , lorsqu'elles vont se marier.

Bibliographic information