Encore des Ménéchmes. Les visitandines. Le conteur; ou, Les deux postes. Le cousin de tout le monde. Les conjectures. Les amis de collège; ou, L'homme oisif et l'artisan. Médiocre et rampant; ou, Le moyen de parvenir

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 411 - Un ininistre n'avait pas le titre d'Excellence. On commençait à ne plus l'appeler citoyen ; mais on ne l'appelait pas encore monseigneur. Non-seulement les employés de son ministère, mais les plus petits bourgeois arrivaient à lui facilement , lui parlaient familièrement. Il pouvait regarder comme un parti convenable pour sa fille un de ses premiers commis, ou un jeune militaire encore peu avancé. Au milieu du trouble et de la confusion, un homme médiocre et rampant, comme mon Dorival, avait...
Page 409 - Le Sage et Dancourt écrivaient, les mœurs, les rangs, les états étaient fixés; les changements s'opéraient lentement. Les nuances en étaient presque insensibles; et s'il avait été fidèle dans la peinture des ridicules et des usages, l'auteur comique avait devant lui, outre l'espoir d'arriver à la postérité pour son mérite purement littéraire, la certitude de près d'un siècle de succès au théâtre. Mais au moment où mes amis et moi nous avons écrit nos premiers ouvrages...
Page 441 - DORIVAL A la cour étrangère Près laquelle il réside il doit chercher à plaire. ARISTE Oui; mais sans avilir jamais sa dignité; Que du gouvernement par lui représenté Il fasse respecter le nom, le caractère. DORIVAL C'est ce que j'allais dire: il doit d'une âme fière Soutenir tous ses droits. ARISTE Oui; mais point de hauteur; Qu'à la franchise il mêle une aimable douceur; Et n'oubliant jamais que les hommes sont frères. DORIVAL, achevant la phrase du ministre Qu'il cherche à prévenir...
Page 327 - TRAVAILLEZ, prenez de la peine ; C'est le fonds qui manque le moins. Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine, Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins. Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage Que nous ont laissé nos parents : Un trésor est caché dedans.
Page 410 - Les nuances en étaient presque insensibles ; et s'il avait été fidèle dans la peinture des ridicules et des usages, l'auteur comique avait devant lui, outre l'espoir d'arriver à la postérité pour son mérite purement littéraire, la certitude de près d'un siècle de succès au théâtre. « Mais au moment où mes amis et moi nous avons écrit nos premiers ouvrages, non seulement les habitudes mais les institutions changeaient d'année en année.
Page 327 - COMÉDIE EN TROIS ACTES ET EN VERS, REPRÉSENTÉE POUR LA PREMIÈRE FOIS SUR LE THÉÂTRE l.OUVOIS.
Page 521 - L'événement comme vous me surprend. MADAME DORLIS. J'étais loin de prévoir un malheur aussi grand. CHARLES. Ainsi , sur cette terre injuste et corrompue , Le talent est proscrit , la vertu méconnue, L'hounête homme ne reste en place qu'un instant, Et du méchant lui seul le triomphe est constant!
Page 450 - Le traître !.... il m'attendrit. ARISTE, à Laroche. Qu'avez-vous à répondre ? LAROCHE. Moi ?... rien : ce diable d'homme a l'art de me confondre. ARISTE. Écoutez ! sans relâche attaquer un méchant, C'est le signe assuré d'un vertueux penchant. Mais aussi s'obstiner dans une injuste haine, D'un mauvais caractère est la marque certaine. DORIVAL. Non, il ne me hait pas. Son cœur est excellent, Mais il est vif; pour vivre il n'a que son talent, fl est bien excusable ; il se croyait sans place...
Page 442 - ARISTE. Parlons donc du midi. DORIVAL. Le pays des Césars Avait droit de fixer le premier mes regards : Des beaux arts, des héros, c'est l'antique patrie. Quels souvenirs touchants pour mon âme attendrie ! . ; ARISTE. Je le crois : revenons, de grâce, à notre objet. DORIVAL. Volontiers. Les beaux arts ont un puissant attrait ; L'observateur y trouve une riche matière... ARISTE. Venise à mon esprit vient s'offrir la première. DORIVAL. J'ai fait précisément sur Venise un travail Où j'analyse...
Page 192 - ... fait répéter ce dernier dans lequel l'auteur paraît vouloir prévenir le principal reproche que l'on pourrait faire à son ouvrage : Je vois un critique sévère Sur cet ouvrage prendre feu. « Aux règles la pièce est contraire; Où donc est l'unité du lieu? » Lu argument de cette espèce Ne me paraît pas bien malin. On court deux postes dans la pièce...

Bibliographic information