Pensées de milford Bolingbroke: sur différents sujets d'histoire, de philosophie, de morale, &c

Front Cover
[s.n.] ; se trouve à Paris : chez Praults fils, 1771 - 396 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 373 - Ne vous étonnez pas fi on fait fouvent plus de compte d'un chien que d'un hom, me, qui efl un animal ordinairement beaucoup plus avide. Le chien, de tous les biens de ce monde, ne prétend qu'un fe ul os.
Page 368 - Arabes , comment il s' étoit assuré qu'il y avoit un Dieu. « De la » même façon , répondit-il , que je connois , par les « traces marquées sur le sable , s'il ya passé un, )) homme ou une bête (i) ». (i) \royage en Arabie, par M.
Page 374 - ... un animal ordinairement beaucoup plus avide. Le chien de tous les biens de ce monde, ne prétend qu'un seul os. Et tout ce qui est dans le monde n'est pas capable de remplir les yeux d'un seul homme, c'est-à-dire, de le contenter.
Page 355 - Quand vous aurez entendu dire qu'une montagne s'eft transportée d'un lieu à un autre, vous pouvez le croire; mais quand on vous dira qu'un homme a changé de naturel...
Page vi - Univerfité d'Oxford , une éducation dirigée par ces grands principes. Il entra dans le monde au fortir de fes études , doué de tous, les avantages qui pouvoient le mettre en état d'y jouer un rôle brillant. Sa figure étoit agréable , fa phifîonomie intéreflante , fon air noble 3 fes manières engageantes , fa, vivacité fîngulie're , &r fa mémoire prodigieufe.
Page 43 - ... contemplation des choses naturelles. Ce sont ces derniers qui se disent philosophes , c'est-à-dire , amateurs de la sagesse. Et comme à l'égard des jeux il n'est rien de si honnête que d'y assister sans aucune vue intéressée , de même dans ce monde la profession la plus noble est celle d'une étude , qui n'a d'autre but que de parvenir à la connoissance de toutes choses.
Page 376 - Prince vous foufrit 9 quand vous avez dit un bon mot : Car la foudre ne tombe jamais de la nue que dans le lems qu'elle fejnkle rite.
Page 182 - Aa femmes à même de jouîf de l'autre. Marchons donc avec intrépidité partout où nous conduit le cours des accidens humains. En quelque endroit qu'ils nous conduifent, fur quelque côte qu'ils nous jettent, nous ne...
Page 315 - Lorfqu'oti s'applique de bonne-heure à l'étude de la fagefle & à la pratique de la vertu , ces maux deviennent indifFérens ; au lieu qu'ils deviennent nécef; Ddii ».. faires, lorfque nous avons négligé Ae le faire.
Page xi - Thoyras fait une defcrîption fi charmante. patrimoine de fes ancêtres. Là, dans la jouiffance d'une Bibliothèque, eftimée quarante mille livres fterlings , & dans la fociété de quelques gens de lettres , il trouvoit un charme puiflant contre les maux de la vieillefle & l'ennui de la folitude.

Bibliographic information