Le porte-feuille d'un philosophe ou mélange de pièces philosophiques, politiques, critiques, satyriques et galantes, Volume 3

Front Cover
P. Marteau fils, 1770 - 508 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 186 - Où est-ce donc que vous la voyez, cette unité qui vous dirige dans la construction de votre dessin, cette unité que vous regardez dans votre art comme une loi inviolable, cette unité que votre édifice doit imiter pour être beau, mais que rien sur la terre ne peut imiter parfaitement, puisque rien sur la terre ne peut être parfaitement un?
Page 230 - D'où il s'ensuit que, quoique le rapport ne soit que dans notre entendement, quant à la perception, il n'en a pas moins son fondement dans les choses...
Page 230 - Voilà, ce me semble, sinon la seule, du moins la plus forte objection qu'on puisse me faire, et je vais tâcher d'y répondre. Le rapport en général est une opération de l'entendement, qui considère soit un être, soit une qualité, en tant que cet être ou cette qualité suppose l'existence d'un autre être ou d'une autre qualité. Exemple : Quand je dis que Pierre est un bon père, je considère en lui une qualité qui suppose l'existence d'une autre, celle de fils; et ainsi des autres rapports,...
Page 240 - Il me semble que nous considérons alors les êtres, non-seulement en eux-mêmes, mais encore relativement aux lieux qu'ils occupent dans la nature, dans le grand tout; et selon que ce grand tout est plus ou moins connu , l'échelle qu'on se forme de la grandeur des êtres est plus ou moins exacte : mais nous ne savons jamais bien quand elle est juste.
Page 205 - ... et dans le composite autant; que les colonnes ont un renflement, depuis leur naissance jusqu'au tiers du fût; que dans les deux autres tiers, elles diminuent peu à peu en fuyant le chapiteau; que les entre-colonnements sont au plus de huit modules, et au moins de trois; que la hauteur des portiques , des arcades , des portes et des fenêtres est double de leur largeur.
Page 247 - Les cabinets d'histoire naturelle en offrent un grand nombre d'exemples. Les rapports sont alors des résultats de combinaisons fortuites, du moins par rapport à nous.
Page 186 - ... vous conviendrez du moins sans peine que la similitude, l'égalité, la convenance des parties de votre bâtiment réduit tout à une espèce d'unité qui contente la raison.
Page 237 - ... d'expérience, d'habitude de juger, de méditer, de voir, plus d'étendue naturelle dans l'esprit, on dit qu'un objet est pauvre ou riche, confus ou rempli, mesquin ou chargé.
Page 89 - ... tant d'exactitude, qu'en ne suivant que ses propres loix, qu'elle a reçues avec son estre. elle s'accorde pourtant avec l'autre: tout comme s'il y avoit une influence mutuelle, ou comme si Dieu y meltoit tousjours la main au delà de son concours general.
Page 221 - Il eft évident, ce me femble, que ce ne peut être que celle dont la préfence les rend tous beaux ; dont la fréquence ou la rareté, fi elle eft fufceptible de fréquence & de rareté , les rend plus ou moins beaux ; dont l'abfence les fait...

Bibliographic information