Page images
PDF
EPUB

• Let me

had better let them.'—When I tell you memory of those who have distinthat he lived only six hours after this guished themselves by their talents conversation, you will easily conceive and virtues; but when a death-bed wbat an effort it must have been. The

of this kind becomes the theme of expression of his conntenance when he panegyric, we feel it our duty as evident struggle between disappointed Christians to endeavour to place hopes, and manly resiguation. Less of the subject in a more correct light. the weakness of human nature was per- We know nothing of what passed haps never exhibited upon a death bed. in the secret recesses of the heart Dr. Richardson, and Osman, who has for between our lamented traveller and some time lived with bim, were both his Creator; nor is it ours to judge. present at this conversation. He ended But, as far as facts are publicly by expressing a wish that I should re- stated, we fear that such a deathtire, and shook my hand at parting as

bed is' any thing rather than taking a final leave. So unhappily it

“ Christian :" it recognizes no proved; he died at a quarter before twelve the same night, without a groan. Christian doctrine, and even the The funeral, as he desired, was Mo- amiable or disinterested features hammedan, conducted with all proper which it exhibits have no reference regard to the respectable rank which to the Gospel of the Son of God. he had held in the eyes of the natives. We should not have made this stateUpon this point I had no difficulty in

ment, if it had not been in some deciding, after his own expression on

nieasure forced upon us; for, feelthe subject.” pp. Ixxxvii.---Ixxxix.

ing as we do our own weakness, it This death-bed scene has been is more becoming, and we trust highly panegyrised. One of our more congenial, to pray, contemporaries remarks, “His last die the death of the righteous, and moments were such as became a let my last end be like his," than man and a Christian*." We are to criticize the language and acnot backward in estimating the ami- tions of others, especially of those able and disinterested qualities dis- who from their infancy-and this played in Burckhardt's last mo- may have been Burckhardt's easements; but we should have thought have been unfavourably situated it no derogation from his “ manly" for the acquirement of religious nature to bave found the concerns truth. of eternity pressing upon his mind. The deepest confessions of penitence, the humblest supplications Sermons et Prières. Par J. I. S.

CELLERIER, for mercy, would not in our idea have been unmanly under such Discours familiers. Par le mêine awful circumstances. How such a

Auteur. death can be called " Christian” is

(Continued from p. 416.) to us still more mysterious. So The two succeeding volumes of M. far from even a nominal acknow- Cellerier's Sermons were preached ledgment of the Christian faith, the on ordinary occasions, and are chiefexpiring traveller allows his body ly devoted to practical subjects. to be given over 10 his Mohamme- The tbree first are on the reading dan acquaintance, without so much of the Word of God: its advantages, as verbally disclaiming the Anti- the dispositions for profiting by it, christian connexion. His whole and its necessity, are severally conconversation was secular, and he sidered, from the words of the royal died, as far as we can discover, of Psalmist, (Ps. i. 2.) In the first no religion. We are not tearing of these able and interesting disopen the recesses of domestic pri- courses, M. Cellerier displays the vacy, or wantonly exposing the advantages resulting from ihe read. • New Monthly Magazine. Feb. 1820. ing of Scripture, as affording the

richest instruction, and as calculat

[ocr errors]

p. 190.

ed to strengthen the faith, to nour- ces preuves de sentiment qui se préish the soul, and to support and sentent sans réflexiou à l'ouverture du console the believer, under the dif- livre, et se trouvent partout.

Qnel. ficulties and trials of life. Under quefois c'est le rapport de ce que nous the first of these heads, M. Celler- lisons avec ce que nous découvrons en ier dwells on the grandeur of the n'étre pas frappé de cette bistoire de la

nons-mémes, autour de nous. Comment facts recorded in the Bible, on the chûte de l'homme qui lui donne le secret sublime simplicity of its style, and de lui-même, le secret de sa grandeur on the exquisite beauty of its nar. et de sa bassesse!"_" Comme il me ratives.

dévoile ma nature et mon propre cœur!

Quel rapport entre cette première scène « On sait que plusieurs hommes célè. du monde et ce qui se passe de nos bres, fatigués de tous les autres livres, ne jours.”—“ Quelquefois en lisant nos lisoient plus qne celui-là sur la fin de auteurs sacrés, ce qui me frappe, ce leurs jours. Les incrédules les plus en

sont certains caractères remarquables durcis se sont vus forcés d'admirer le que je ne trouve point et ne puis trony. génie de ceux dont ils méconnoissoient er dans les ouvrages de l'homme; cette l'inspiration. Le plus fanatique d'entr'. barmonie, par exemple, dans leur doceux plaçoit la Bible à côté d'Homère trine, leur morale, leurs sentimens, dans sa bibliothéque; et le chef de cette Quoi! depuis la naissance du monde on secte impie, cet homme qui, pour se

n'a pas vu deux moralistes, deux philodispenser de rendre hommage à l'Ecri- sophes d'accord entr'eux; que dis'je ? ture, passa sa vie à la travestir, y tron- un seul avec lui-même; et je vois des voit malgré lui des mots qui le faisoient hommes nés à plusieurs siècles de displeurer d'admiration.

tauce, différens de caractère, de génie, « Je lis le Nouveau-Testament: un d'education, tous animés du même esautre ordre de beautés se présente ; prit. Ah! c'est l’Eʻsprit de Dieu que j'eprouve des sensations nouvelles. C'est j'aperçois à travers celui de l'homme, quelqne chose de plus grand et de plus comme la lumière du soleil, en passant familier tout ensemble, qui ne ressemble an milieu de verres diversement colorés, à rien, dont rien ne m'avoit donné l'idee. brille toujours à nos yeux.” Ce n'est plus l'homme qui. sur les ailes de l'inspiration s'élève jusqu'an cieux;

M. Cellerier next notices the proc'est la grandenr suprême qui daigne se found piety of the sacred writers, rabaisser et descendre jusqu'à l'homme; the reverence with which tbey proc'est une simplicité majestueuse, une nounce the very name of the Aldouceur mêlée d'onction et d'autorité,

mighty, and yet the holy freedom une sagesse sublime dans un langage

with wbich they converse with him, populaire, toujours animé et propre à

as a man with his friend; a famiceux qui en sont l'objet: c'est la Parole elle-même; oui, c'est la Purole fuile chair.» liarity which they could not have

ventured to exercise, bad they not lo adverting to his second point, been inspired with it by God himM. Cellerier observes, that the self. The following observation on sacred volume carries within itself the transcendant sublimity of the the evidence of its Divine origin. prophetic language *, is original Not to dwell on the imposing series and striking. of its revelations, of prophecies becoming more clearly developed “ C'est que le prophète inspiré voit as they approach their accom- toutes choses comme Dieu même. Pour plishment, of its majestic and con- lui le point de vue n'est pas sur la terre,

mais dans le ciel. Il n'élève point ses soling doctrines, its spiritual and sublime morality, and of the ancient regards pour considérer les plus grands and actual phenomenon of the objets, il les abaisse.”. Jewish nation,

We cannot follow the able and : « Je me borne,” continues M. Celle- eloquent author of these discourses rier, “à vous entretenir de cette im. in bis just and convincing observa. pression naturelle que fait sur nous la simple lectnre de la parole de Dieu, de

• See lsai. xl. 12-15.

tions on the fidelity, impartiality, M.F., et c'est ici un caractère merveiland simplicity of the sacred histo- leux des livres sacrés que j'aurois pu rians, on the peculiarity and evi- compter parmi ceux qui fortifient notre dent' divinity of our Lord's pre dans qnelque circonstance que vous

foi, quelque soit le genre de vos peines, cepts, and on the perfection of his

soyez placés, ouvrez-les, vous y tronexample.

verez le remède qui vous est propre :

vous y trouverez quelqne passage si “ Nourri,” says M. Cellerier, in lau.

convenable à votre situation, qu'il gnage very similar to that of Bishop semble écrit tout exprès pour vous.” Horsley upon the same subject","Nourri de ces saiutes lettres, etranger à toutes After enumerating several inles autres, l'homme le plus simple, l'ar- stances of the relief offered by the tisan, le cultivateur, devient un sage holy Scriptures under some of the de la sphère la plus haute, supérieuraux most painful and prevalent afficphilosophes les plus vantés. Dans toutes tions of humanity, M. Cellerier les circonstances, dans toutes les situa. adds, with equal truth and elotions, il tire de ce trésor dont sa mé

quence, moire est enrichie, des maximes claires, infallibles, qui lui apprennent ce qn'il

« Vous vous arrêtez involontaire, doit faire, ou ce qu'il doit penser. Il est

ment : le livre se ferme : vos regards écrit ainsi dans l' E'criture, se répète-t-il à s'élèvent vers le ciel, comme pour y lui-même à l'exemple de son Sauveur, et

chercher celui dont vous entendez la il ne connoît jamais le doute; et il est

voix." armé contre tous les sophismes, contre In his second sermon upon this toutes les attaques.”—“ Quelle diffé. rence entre ces divines leçons vivifiées subject M. Cellerier considers the

dispositions necessary to appreciate par tapt de motifs, d'espérances, de sentimens, et les écrits de ces docteurs the truth and value, and to profit d'une sagesse tont humaine! Ils ne pré. by the instructions, of the sacred sentent que vide, incertitude, incohé- volume: These he reduces to the rence, obscurité.—Ils ne peuvent don. three following: ner ce qui leur manque, et mettre en

“ 1. Droiture de l'esprit et du cenr. nous ce qu'ils n'out pas. Ils sont trop 2. Désir du salut. 3. Recours à Dieu.” pauvres pour nous enrichir. Non, non; il n'y a que le Dieu dont notre âme est Upon each of these important l'ouvrage qui puisse la retremper et lui points we find a series of able and rendre son ressort.....Il attache cette useful observations, from which we efficace à sa parole: elle est propre, cette

can make only a few brief extracts. divine parole, a instruire, à sanctifier, à rendre l'homme de Dieu accompli en toute “ La verité ne brille point aux yenx bonne ouvre."

intéressées à la méconnoître, et qui se • C'est elle enfin, M. F., qui vons ferment pour ne la voir pas. Une âme offrira les consolations, les plus puis- libre de passions peut seule la chercher santes et les plus vraies. La consola- et l'apercevoir dans vos saints livres.tion est un des plus pressans besoins En effet, Chrétiens, il est une étroite alpour les enfans d'Adam, qui ne laissent liance entre la vérité et la verta, entre le guères éconler un jour sans faire en- beau moral, et le beau de tout genre. tendre l'accent de l'inquiétude on de la L'intégrité du cæur, n'en doutez pas, plainte. Mais où la chercheront-ils? pent seule préserver celle du jugement. Est-ce dans les écrits des philosophes C'est ce que nous avons vu dans ces que vous espérez trouver un remède à jours de désolation où le débordement vos peines ? Lisez-les quand votre âme de l'immoralité sembloit avoir éteint le sera oppressée de tristesse, et dites-nous flambeau du goût, et fait monrir le comment vous en aurez été soulages! génie.” Ah! il faut aller au grand Médecin des

The remarks of M. Cellerier âmes, à celui qui a dit: Venez à moi,

upon the necessity of uprightness vous qui êtes travaillés et chargés, et vous

of mind in the interpretation of trouverez le repos; il faut aller à ce Dieu qui parle dans l'Evangile.”- En effet,

Scripture, and on the various diffi

culties which occur in the Bible, Sermons, vol. IV.

are particularly excellent. Tbe

p. 226.

following is the practical result of n'exister que pour mettre ses préceptes such a disposition as he recom

en action, pour montrer au monde les mends :

vertus qu'elle inspire, et verser leur

sang pour elle. Dans l'église naissante “« Les livres saints m'ont tout dit,' elle étoit si généralement connue, si fas'écrioit, du fond d'une âme pénétrée, milière à tous ses membres, qu' on ne un homme célèbre, converti de nos jours vit point chez eux d'instruction pubpar cette lecture, ' les livres saints lique pour les catechumènes, parce qu'il m'ont tout dit, parce que Dieu m'a fait n'en étoit pas besoin, parce que dans sa la grâce de les ouvrir dans la bonne maison chaque père étoit un pasteur." foi, et de les lire avec amour.'»

After exposing the inconsistency In pointing out certain rules for of the Protestant who neglects the the profitable study of the word of study of the Bible, M. Cellerier God, particularly with respect to points out that of the unbeliever, tbe importance of prayer for Divine which he contends is much greater. illumination, .M. Cellerier refers with great force and feeling to the

“ Quoi ! mon cher frére, c'est là ce false philosophy which has so much que vous opposez à l'obligation de lire

la parole! Eh! ce sont ces doutes mêmes prevailed upon the continent, and

qui rendent cette obligation plus saurges upon his countrymen the crée. C'est précisément pour les disnecessity of recurring to the pure siper, pour sortir d'incertitude sur un and elevated principles of the point si important, qu'il faudroit exGospel, and of accustoming the aminer nos saints livres avec plus de young to the devout perusal of the soin, d'humilité, de droitore. Mais Bible.

vous qui doutez-sur quel fondement?

sur l'autorité d'un monde profane, de “ Heureuses,” he exclaims,“ les fa- quelques sophistes menteurs, ou des milles où l'amour des vérités saintes se

passions ennemies de la loi; avez-vous transmet de génération en génération, jamais réfléchi au péril que vous courez? comme un héritage précieux; où l'on vous doutez! mais vous admettez du peut tevir aux enfans ce langage de moins que l'Evangile peut venir de Dieu ; Saint Panl : Cette foi qui est en vous est

car ou est l'incrédule assez déterminé celle de votre aïeule et de rotre mère; je suis pour ne pas cacher dans les replis de persuadé que vous ne l'abandonnerez point! son âme la pensée de cette possibilité ? Heureusés les familles où l'on ce plait à Vous admettez qne l'Ecriture vient lire la loi de Dieu; où chaque jour peut-être de Dieu, et malgré ce terrible réunis en présence du Très Haut qui peut-être vous bravez ce Dieu dans sa hénit cette demeure sanctifiée par la justice et dans sa miséricorde! Vous piété, les pères et les enfans, les maîtres

courez l'épouvantable chance d'être et les serviteurs se réunissent pour l'en. jugé sur l'évangile sans l'avoir étudié." tendre! Heureuses les familles qui savent embellir les affections naturelles The advantages to be derived par le charme de la sympathie reli. from the devout study of the word gieuse ; qui savent enpoblir, sanctioner of God, the evils which follow from les relations terrestres et passagères de the neglect of it, and the happiness la vie par la religion de ce Jésus qui of him who, after the example of ouvre devant nous l'immortalité, et nous permet d'espérer des liaisons éter- therein day and night,” are next

the royal Psalmist,

" meditates nelles !"

admirably described. In reply to The third discourse is occupied the objection which some urge, with the duty of reading the holy that they go to church to hear the Scriptures, which M. Cellerier word of God explained and enurges from the Divine commands, forced, M. Cellerier observes, that and from the example both of the preaching itself is in a great meaJews and of the primitive Chris- sure useless without the private tians. Speaking of the latter he reading of Scripture ; that for want observes:

of this the very language of the “Etudier la parole étoit la grande sacred writers is strange and unoccupation de leur vie ; ils sembloient intelligible, and the allusions of

after all,

preachers to the sentiments and the pour réunir toutes les communions, et examples of the Bible, which form dissiper toutes les sectes en éclairant the true riches of their discourses, leurs errenrs. Son but est de répandre la are for the most part lost; and, d'en remplir la terre comme le fond de la

connoissance de Dieu et de son Christ,

mer est rempli par les eaux qui la couvrent. “ Qu'est-ce que vos discours toujours

“ Ce but à la fois si simple et si grand, empreints des imperfections de celui est éminemment évangelique. C'est la qui les prononce, auprès de ces divines voie que Dieu lui-même daigna choisir E'critures où l'on entend la voix même pour eclairer la terre. C'est la charité du Seigneur, où l'on puise à la source

même dans toute la sublime acception même des lumières et des consolations, de ce mot. auprès de cette loi claire, parfaite, et

“ Jamais peut-être projet plus agréprécise, que l'on peut consulter dans able au ciel ne fut formé : jamais aussi tous les momens, qui s'applique à toutes projet ne fut si visiblement bévi par la les circonstances et prononce sur tons Providence. On ne peut lire sans verles points avec' une force victorieuse, ser des larmes d'admiration et d'attenune justice invariable, une inflexible drissement, le récit de ses heureux, de equité."

ses immenses resultats.-Les peuples

du Nord s'éveilleut à ce beau spectacle; In finally noticing the objection ils repondent avec chaleur à l'appel des that many do not possess the holy généreux insulaires. Scriptures, M. Cellerier takes oc- “ Ob! que la pensée de l'homme casion to introduce a most eloquent est sublime, et ses effets admirables eulogy on the British and Foreign lorsqu'elle est inspirée par la religion,

et benie par le Trés-Haut! Bible Society, and to recommend

“ Privés par nos malheurs de toute to his countrymen the support

of

communication avec les lieux ou s'opé. the Auxiliary Branch which had roient ces grandes choses, avec quelle then been just established in Ge- joie nous avons vu tomber tout-à-coup neva. Though we have already le rideau qui nous les déroboit. La dwelt so long upon these discourses Suisse entiére s'est émue. Elle compte on the Scriptures, we cannot help déjà plusieurs sociétés de la Bible

. adding so distinguished a testi- Notre Sion renaissante ne veut point mony as that of their author to inférieure à ses nouveaux confédérés.

demeurer en arrière, et se montrer the excellence of that great insti- Une société semblable s'est formée aussi tution.

dans ses murs: par une heureuse ren“ Durant ce même période où le

contre elle s'est réunie pour la prémière prince du mal vomissoit tous ses poi premier anniversaire de notre restaura

fois le jour où nous avons célébré le sons, déchaînoit les vents, excitoit les

tion. Elle ne tardera pas sans doute tempêtes, le Divin Fondateur de notre

à faire sentir à cette église son heureuse religion semoit'de sa bienfaisante main,

influence. Jes germes reparateurs qui devoient consoler la terre. Il se préparoit à ré

“ M. C. F., empressons-nous de la pandre ses grâces avec plus d'abondance.

seconder, les yos en se joignant à elle, Alors se formoit une societé sainte, dans

les autres en mettant à profit ses bien

faits. ces iles célèbres, distinguées par l'esprit public, et le respect des choses sacrées; aisance se montrent jaloux de participer

“ Que tous ceux qui ont quelque où le zele de la religion, et de l'humanité, à cette cuvre excellente contre laquelle produit tour-a tour de belles institutions, et de luminens écrits; dans ces îles,

un Chrétien ne peut rien objecter.honueur de la reforme, d'où la déliv. The fourth sermon in this vorance du monde est sortie. Cette so- luine is a justification of the ways ciété philanthropique aussi bien que of God to man, founded upon the Chrétienne, ou plutôt philanthropique words of the prophet Ezekiel. parce qu'elle est Chrétienne, cette So. ciété recoit dans son sein, sans distinc. (xviii. 29.) M. Cellerier endeavours tion de parté, de secte, de communion,

to reconcile the apparent difficultous ceux qui reconnoissent l'autorité de lies in the dispensations of Divine Jesús. Elle se consacre à propager Providence by the four following ces divines Ecritures, qui' sont faites considerations ;

« PreviousContinue »