Page images
PDF
EPUB

20

38

62

Pages. ODE I. On the Spring. OpeII. On the death of a favorite Cat.

24 ODE UI. On a distant prospect of Eton collége. 30 ODE IV. To Adversity. ODE V. The progress of Poely pindarick. 44 ODE VI. The Bard. ODE VII. The fatal Sisters.

92 ODE VIll. The descent of Odin. ODE IX. The triumphs of Owen.

114 Ode X. The death of Hoel. ODE XI. The installation of the Duc of Grafton. 124

MISCELLANIES.
The Country Churchyard.
Zpitaph on Mrs. Clarke.

102

120

140 158

The End.

DES MATIERES.

[ocr errors]
[ocr errors]

Pages. PRÉFACE. Notice sur la vie &c. One I. Sur le Printems.

21 Ode 11. Sur la mort d'une chate &c.

25 Ode III. Sur une Perspective du collége d'Econ. 31 Ode IV. A l’Adversité.

39 Ode V. Les Progrès de la Poésie.

45 ODE VI. Le Barde.

63 Ode VII. Les fatales Sæurs.

93 Ode VIII. La descente d'Odin

103 Ode IX. Le Triomphe d'Owen.

115 One X. La Mort d'Hoel. Ode XI. L'Installation du Duc de Grafton &c. 125

MELANGES. Le Cimeticre de Village

141 Epitaphe de Mde. Clarke.

159

121

Fin de la Table.

PRÉFACE.

LORSQUE

SQUE j'entrepris cette traduction des Poésies de Gray, je ne fongeois qu'à mon instruction particuliere. Pour cela j'essayai de placer, les expressions & les tours du Poête Anglois à côté des expressions françoiles les plus propres & les plus correspondantes: comparant ensuite la même phrase dans les deux langues, je m’étudiois à rapprocher, autant qu'il m'étoit possible, le langage de la traduction de celui de l'original. Je ne me proposois d'abord d'autre but, dans ce travail, que de me familiariser avec les expressions hardies, la précision énergique. & les belles images de la Poésie de. Gray: mais j'ai cru y trouver un autre avantage, celui d'acquérir, par ce moyen & de transporter dans ma propre langue, quelques tours, quelques expressions & quelques images

A

qui quoi qu'elles m’aient d'abord paru s'éloigner de son génie, cependant, amenées par l'analogie, se sont présentées à mon esprit comme le seul mot, la seule expression, la seule image propre, & m'ont forcé de les adopter, n'écrivant d'abord que pour moi, je m'étois livré au plaisir fi séduisant de faire des conquêtes: mais, en publiant ma traduction, j'ai songé que

n'avois ni le droit ni les moyens de les faire reconnoître; & d'ailleurs, comme mon principal but, étoit d'être utile aux Anglois qui s'occupent de l'étude de la langue Françoise, je me suis interdit tout ce qui eut pu être regardé comme une nouveauté; & je ne me suis permis que ce que j'ai cru authorisé par nos meilleurs écrivains & par les regles les plus séveres de notre langue.

Cette question a été fort agitée dans la litterature Françoise; quelle est la meilleur manière de traduire un Poête? Est-ce en vers? Est-ce en prose? Chaque opinion a eu des partisans célèbres. L'Abbé Del.

« PreviousContinue »