Kitāb Īrun fī waqʻ al-ašyāʼ al-t̲aqīla

Front Cover
Imprimerie nationale, 1894 - Mechanical engineering - 309 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 73 - Le point de suspension est un point quelconque sur le corps ou sur la figure non corporelle, tel que lorsque l'objet suspendu est suspendu à ce point, ses portions se font équilibre, c'est-à-dire qu'il n'oscille ni ne s'incline.
Page 74 - ... un point quelconque sur le corps ou sur la figure non corporelle, tel que lorsque l'objet suspendu est suspendu à ce point, ses portions se font équilibre, c'est-àdire qu'il n'oscille ni ne s'incline. „ A la suite de cette définition, Héron ajoute : " Archimède dit que les corps graves peuvent être en équilibre sans inclinaison autour d'une ligne ou autour d'un point ; autour d'une ligne, lorsque le corps reposant sur deux points de cette ligne, il ne penche d'aucun côté ; alors le...
Page 151 - Or x est plus bas que rj ; donc , quand nous tirons le poids à partir du point e, il vient en x, et quand nous le tirons à partir du point S, il vient en >;. Ainsi on élève davantage le poids en partant du point S qu'en partant du point e ; et pour porter le poids plus haut , il faut une plus grande force que pour le porter moins haut, parce que, pour le porter dans un lieu plus élevé , il faut un temps plus long.
Page 73 - ... ne s'entendent exactement que des corps, cependant personne ne s'opposera à ce que nous disions que dans les figures géométriques, solides et planes, le centre d'inclinaison, le centre de gravité est en tel point. Cette question a été exposée par Archimède avec des développements suffisants.
Page 67 - IV. — 20. Beaucoup de personnes, se plaçant à des points de vue faux, pensent que les fardeaux placés à terre ne peuvent être mis en mouvement que par une puissance qui leur est équivalente. Nous démontrerons que les poids qui ont une telle position peuvent être mus par une force moindre que toute force donnée ; et nous expliquerons pour quelle cause cela ne paraît pas évident dans le fait. Imaginons un fardeau posé à terre , dont la surface soit bien égale et unie, et de substance...
Page 89 - Suspendons ensuite des poids à des points quelconques du fléau: soient 8 et e ces points; le fléau reprend une position d'équilibre après que les poids ont été suspendus; et Archimède a démontré que, dans ce cas encore, le rapport des poids est égal au rapport inverse des distances respectives *. Ce que sont ces distances dans le cas de fléaux irréguliers et inclinés, on l'imaginera en faisant tomber une corde du point y vers...
Page 8 - Martin1. ME Renan le lui avait traduit : « Ce que Héron a tiré des grecs Philon et Archimède , sur la traction des fardeaux , les machines qui lancent les projectiles, les moyens pour faire monter l'eau et la recueillir, et autres choses semblables. » M. Ad. Neubauer, que nous avons consulté à ce sujet, nous a répondu que ce manuscrit paraissait 1 Recherches, etc., p.
Page 142 - ... parfaitement rabotés et lisses, taillés dans une matière homogène et avec des dimensions parfaitement exactes, il serait aussi possible d'employer ces machines aux travaux dont nous avons parlé , en conservant les rapports indiqués. Mais comme les hommes ne peuvent pas polir et égaliser une pièce avec une absolue perfection, on est forcé d'ajouter un excès de puissance destiné à vaincre les frottements des organes ; on produit cet excès en prenant des rapports un peu supérieurs...
Page 132 - Cet instrument et toutes les machines de grande force qui lui ressemblent sont lents, parce que , plus est faible la puissance comparée au poids très lourd qu'elle meut, plus est long le temps que demande le travail. Il ya un même rapport entre les puissances et les temps1.
Page 25 - Mécaniques un chapitre entier 1 qui affecte l'apparence d'un véritable extrait et qui ne tend à rien moins qu'à reproduire, bien que sous une forme très abrégée et avec de sérieuses variantes , les Mécaniques d'Aristote. Ce chapitre comprend dix-sept problèmes posés par demande et réponse, comme les problèmes mécaniques d'Aristote et précédés d'une introduction qui rappelle de loin le début de la Naturalis aascaltatio; les idées fondamentales de cette introduction sont qu'il est...

Bibliographic information