Journal encyclopédique ou universel, Volume 5

Front Cover
1767
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 149 - Le prix , qui confifte en une médaille d'or du poids de cinquante ducats , fera donné à celui qui , au jugement de l'académie , aura le mieux réuffi. Les pièces, écrites d'un caractère lifible , feront adreflees à M. le Confeiller privé Former , fecrétaile perpétuel de l'académie...
Page 58 - Bref, c'est un Turc par la teste , un Allemand par le corps, une harpie par les mains, un Anglais par la jarretière , un Polonais par les pieds et un vrai diable en l'âme...
Page 9 - Les Romains avoient pris cet étendart des DaCes , des Sarmates , des Pannoniens , & autres peuples barbares qu'ils avoient vaincus. Il y eut une aigle peinte , ou...
Page 33 - Racine vint moiflbnner de nouveaux lauriers dans une carrière que Corneille avoit parcourue avec tant de gloire. Déjà Molière avoit réformé la comédie , & lui faifoit prendre une forme nouvelle; il imitoit les anciens , les furpaffoit...
Page 34 - ... aux oiseaux, aux poissons, aux reptiles; ce plan, dis-je, bien saisi par l'esprit humain, est un exemplaire fidèle de la nature vivante, et la vue la plus simple et la plus générale sous laquelle on puisse la considérer : et lorsqu'on veut l'étendre et passer de ce qui vit à ce qui...
Page 76 - CETTE maniere de lever des troupes & de former des armées , étoit alors générale en Europe : les Gaulois , les Germains , les Bretons en avoient toujours ufé de même ; & elle s'eft confervée encore jufqu'à préfent chez les Polonois , qui appellent de toute la nation , la Pofpolite Rucheni.
Page 11 - ... parce qu'ils fe déchiroient impitoyablement la peau , & fe fouettoient jufqu'à ce que le fang coulât abondamment. Mais il y en avoit d'autres à qui ce titre avoit été...
Page 114 - Pour moi, si j'étais à sa place, je voudrais que mon mari me « défît de tous les gens qui causeraient mon malheur, et je me « ferais valoir d'une manière que ma sœur ne fait pas. » Tout d'un coup elle se récria : « Que je suis sotte de dire cela! vous « avez tous deux ma vie entre vos mains. » Je lui répondis : « Pour » moi, je n'ai rien ouï. » Le maréchal dit : « Pour moi, j'ai tout « entendu; cela ne fera aucun effet que de me faire connaître « que vous avez bien de l'esprit...
Page 15 - Japon à un quartier des villes qui n'est consacré qu'aux courtisanes ou filles de joie. Les pauvres gens y placent leurs filles dès l'âge de dix ans, pour qu'elles y apprennent leur métier lubrique. Elles...
Page 134 - Médecine rappellée à fa première (implicite ; par M. Clerc, ancien Médecin des Armées du Roi en Allemagne, & de PHetman des Cofaques \ Membre de l'Académie Impériale des Sciences de Pétersbourg, &c.

Bibliographic information