Correspondance, littéraire, philosophique et critique par Grimm, Diderot, Raynal, Meister, etc: revue sur les textes originaux, comprenant outre ce qui a été publié à diverses époques les fragments supprimés en 1813 par la censure, les parties inédites conservées à la Bibliothèque ducale de Gotha et à l'Arsenal à Paris, Volume 8

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

I
3
II
30
III
42
IV
48
V
62
VI
89
VII
112
VIII
135
XIII
224
XIV
258
XV
290
XVI
314
XVII
344
XVIII
355
XIX
378
XX
414

IX
163
X
187
XI
195
XII
208
XXII
448
XXIII
467
XXIV
492

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 484 - Il est vrai , je suis capucin , C'est sur quoi mon salut se fonde ; Je ne veux pas dans mon déclin Finir comme les gens du monde. Mon malheur est de n'avoir plus Dans mes nuits ces bonnes fortunes . Ces nobles grâces des élus , A mes confrères si communes.
Page 153 - Felix, qui potuit rerum cognoscere causas; Atque metus omnes et inexorabile fatum Subjecit pedibus, strepitumque Acherontis avari! Fortunatus et ille, deos qui novit agrestes, Panaque Silvanumque senem Nymphasque sorores!
Page 156 - Daumat en retrancher rien. Voici donc mon heure dernière : Venez, bergères et bergers, Venez me fermer la paupière ; Qu'au murmure de vos baisers, Tout doucement mon âme soit éteinte. Finir ainsi dans les bras de l'Amour, C'est du trépas ne point sentir l'atteinte; C'est s'endormir sur la fin d'un beau jour.
Page 319 - ... lana Tarentino violas imitata veneno. Ac ne forte putes me, quae facere ipse recusem, cum recte tractent alii, laudare maligne, ille per extentum funem mihi posse videtur 210 ire poeta, meum qui pectus inaniter angit, irritat, mulcet, falsis terroribus implet, ut magus, et, modo me Thebis, modo ponit Athenis.
Page 282 - ... me tenir longtemps. Au lieu de me prêter à vos efforts, je ne verrai plus en vous qu'un faux rhéteur, et vous me laisserez froid. S'il arrive à un peintre de placer un tombeau dans un paysage riant, croyez qu'il ne manquera pas, s'il a quelque goût, de me le dérober en partie par des arbres touffus. Ce n'est qu'en regardant avec attention que je découvrirai sur le marbre quelques caractères à demi tracés, et que je lirai : « Et moi aussi je vivrai clans la délicieuse Arcadie.
Page 287 - Mais voilà l'été dans sa force. Le lit des fleuves se resserre, les fontaines sont desséchées, le grain se détache de l'épi, la chaleur accable l'homme et les animaux ; et le poète haletant s'écrie : Ah! que ne puis-je errer dans ces sentiers profonds Où j'ai vu des torrents tomber du haut des monts!
Page 203 - Je sers, en faisant volte-face, l'.l. la robe et l'épée , et la ville et la cour. Mon nom devient plus commun chaque jour; Chaque jour il se multiplie En Sorbonne, à l'Académie, Dans le conseil des rois et dans le parlement; Par tout ce qui s'y fait, on le voit clairement. Embarrassé de tant de...
Page 517 - Sermon prononcé le jour de l'an 1770 dans la grande synagogue de la rue Royale Butte Saint-Roch, en présence des archiprêtres, marguilliers et autres dignitaires, ainsi que des simples fidèles de la communion philosophique, professant la raison à Paris, par moi, natif de Ratisbonne, prophète mineur, missionnaire indigne dans les pays et langues...
Page 403 - Mettezvous sous l'abri du vacuf; ce vacuf est un acte par lequel vous léguerez vos biens à la Mecque ou à quelque maison religieuse, en cas que vous veniez à manquer de successeurs en ligne directe; alors vos biens deviennent inattaquables. Vous voyez que le vacuf doit tout engloutir à la longue ; mais, croyez-moi, quoique l'ambassade à la Porte soit peut-être la plus lucrative de toutes, ne la prenez pas si on vous l'offre, ou résolvez-vous aux cérémonies les plus humiliantes.
Page 223 - ... persécutions. Damilaville ne ressemblait pas à son correspondant ; il n'avait ni grâce, ni agrément dans l'esprit, et il manquait de cet usage du monde qui y supplée. Il était triste et lourd, et le défaut de première éducation perçait toujours. Le baron d'Holbach l'appelait plaisamment le gobe-mouche de la philosophie. Comme il n'avait pas fait ses études, il n'avait dans le fond aucun avis à lui, et il répétait ce qu'il entendait dire aux autres...

Bibliographic information