Réflexions philosophiques sur le Systeme de la nature, Volume 2

Front Cover
London, 1772 - 344 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 241 - ... la miséricorde par de nouveaux crimes et de nouvelles expiations: qu'inquiets sur les anciennes dettes , jamais quittes envers le Seigneur, nous devons craindre d'en contracter de nouvelles, de combler la mesure , et d'aller jusqu'au terme où la bonté paternelle finit.
Page 294 - Si l'athéisme ne fait pas verser le sang des hommes, c'est moins par amour pour la paix que par" indifférence pour le bien : comme que tout aille, peu importe au prétendu sage, pourvu qu'il reste en repos dans son cabinet.
Page 245 - La nature dit à l'homme de conful», ter fa raifon & de la prendre pour „ guide : la religion lui apprend que „ cette raifon eft corrompue , qu'elle „ n'eft qu'un guide infidele , donnée par ,, un Dieu trompeur , afin d'égarer fes „ créatures. „ La nature m'ordonne de tendre vers le bonheur. Tu en trouveras , me ditelle, les moyens écrits dans ton cœur (a).
Page 163 - ... du monde a conftruit l'univers. *, Que l'on ne nous dife point que nous ne pouvons' ,, avoir l'idée d'un ouvrage, fans avoir celle d'un ou» vrier diftingué de fon ouvrage.
Page 162 - Sans le mal , l'homme ne pourroit ni connoître ce qui lui nuit , ni fe procurer le bien - être ,• le mal l'oblige à mettre en jeu fes facultés, à faire des expériences , à comparer & à diftinguer les objets ; enfin , fans le mal , l'homme ne connoîtroit point le bien , il feroit continuellement expofé à périr , il ne, jugeroit de rien » il ne feroit point capable de choix , il n'auroit point de volonte , de paffions , de defirs , de motifs pour rien aimer ou rien craindre, (p.
Page 13 - ... pour opérer des effets qui troubloient leur bonheur d'une façon fi marquée , ils -porterent leurs regards inquiets &: leurs yeux baignés de larmes vers le Ciel, où ils fuppoferent que devoient réfider des agens invifibles , dont l'inimitié détruifoit ici-bas leur félicité.
Page 35 - L'auteur fuppofe donc que le genre humain fut détruit à phifieurs reprifes par .de terribles révolutions phyfiques, & que ceux qui furvécurent à ces grands bouleverfemens de la nature , formerent à chaque fois une nouvelle race d'hommes qui, à force de tems, d'expérience & de travaux , retirerent de l'oubli les inventions des races primitives. Il faut d'abord favoir que ces grandes...
Page 77 - mon ame , s'écrie un philofophe , je ne te » reprocherai jamais de m'avoir fait à ton » image , afin que je puifle être libre , bon » &: heureux comme toi ». C'eft là la voix de tout homme qui réfléchit fur fon être , & qui fait apprécier l'excellence de fe nature.
Page 297 - ... à aucune des regles de la juftice ordinaire , qui ne doit rien aux foibles ouvrages de fes mains, qui permet que fes créatures...
Page 220 - ... l'appaife : celui qui craint la religion , & qui la hait, eft comme les bêtes fauvages qui mordent la chaîne qui les empêche de fe jetter fur ceux qui...

Bibliographic information