L'Hermite de la Guiane, ou Observations sur les moeurs et les usages français au commencement du XIXe siècle, Volume 2

Front Cover
Pillet, 1816 - France - 364 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 51 - Qu'on parle mal ou bien du fameux Cardinal, Ma prose ni mes vers n'en diront jamais rien : II m'a fait trop de bien pour en dire du mal, II m'a fait trop de mal pour en dire du bien.
Page 170 - TRAVAILLEZ, prenez de la peine ; C'est le fonds qui manque le moins. Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine, Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins. Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage Que nous ont laissé nos parents : Un trésor est caché dedans.
Page 30 - Pour chasser de sa souvenance L'ami secret, On se donne tant de souffrance Pour peu d'effet : Une si douce fantaisie Toujours revient; En songeant qu'il faut qu'on l'oublie, On s'en souvient.
Page 207 - J'ouvre les yeux et les oreilles. Observer l'effet d'un pompon Et méconnaître un caractère; Applaudir un joli sermon Et réformer le ministère; Rire d'un projet salutaire Et s'occuper d'une chanson; Immoler les mœurs aux manières, Et le bon sens à des bons mots ; Dire gravement des misères Et plaisanter sur des fléaux; Siffler l'air simple d'un héros Et chérir les têtes légères; Se flétrir dans la volupté, S'ennuyer d'un air de...
Page 272 - Compagnons dispersés de mon triste voyage, O mes amis ! ô vous qui me fûtes si chers ! De mes chants imparfaits recueillez l'héritage, Et sauvez de l'oubli quelques-uns de mes vers. « Et vous par qui je meurs, vous à qui je pardonne, Femmes ! vos traits encore à mon œil incertain S'offrent comme un rayon d'automne Ou comme un songe du matin. Doux fantômes ! venez, mon ombre vous demande Un dernier souvenir de douleur et d'amour : Au pied de mon cyprès effeuillez pour offrande Les roses...
Page 207 - N'avoir de l'esprit qu'en saillie, Paraître poli par fierté, Perfide par galanterie, Généreux sans humanité; Sans être aimé se voir...
Page 32 - La chanson n'a point de caractère fixe, mais elle prend tour à tour celui de l'épigramme, du madrigal, de l'élégie, de la pastorale, de l'ode même.
Page 238 - Eu même temps elle me jeta à la figure le vin qu'elle m'avait offert. Son mouvement fut plus prompt que mesuré : la libation faite en mon honneur tomba tout entière sur un charbonnier qui, sans tenir compte à la dame de son intention, l'apostropha si vivement, qu'à un échange d'injures, succéda, presque aussitôt, un échange de coups de poing, du voisinage desquels je jugeai à propos de me retirer. La lutte fut moins longue que violente ; on fit cercle autour des athlètes, et l'on monta...
Page 76 - Les jeunes gens disent ce qu'ils font, les vieillards ce qu'ils ont fait, et les sots ce qu'ils ont envie de faire...
Page 272 - Poète mourant ) : Compagnons dispersés de mon triste voyage , O mes amis! ô vous qui me fûtes si chers! De mes chants imparfaits recueillez l'héritage , Et sauvez de l'oubli quelques-uns de mes vers. Et vous , par qui je meurs, vous à qui je pardonne , Femmes ! vos traits encore à mon œil incertain S'offrent comme un rayon d'automne , Ou comme un songe du matin. I)ou...

Bibliographic information